Death Note

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Kathy Estrella

Excellent

Kathy Estrella (Newbie - 1 critiques)

En voyant cette animation, j'ai été vraiment impressionné par ce scénario tortueux, avec un rebond incroyable et cohérent qui ne commence pas dans des illusions totalement incompréhensibles, mais vraiment.
Ce film contient du soufre au début de la comparaison avec tous les films d’horreur japonais modernes tels que Ring

publié le 25/03/2019 - 00:52

Bon film

Dr West (I am Legend - 1300 critiques)
10
 
Excellente adaptation du manga, ça reprend bien l'intrigue et il y a de bons effets spéciaux. Que demander de plus à part la suite...
publié le 14/04/2013 - 16:03
Portrait de Alol7

Génial !!

Alol7 (America's Most Wanted - 505 critiques)
10
 
Death Note est un film époustouflant qui m’a vraiment surpris par son suspens et par sa grande intelligence à mener l’histoire. Je n’ai pas lu la bande dessinée pour divers raisons mais sa popularité m’a attiré l’attention sur le film. Au départ, l’histoire m’a paru intéressante mais plutôt fermée. Finalement, j’ai été agréablement surpris de la richesse du scénario. Le scénario possède pas mal de rebondissements assez surprenants. Le suspense est donc très intense. "La guerre des deux intellectuels " (Light et L) accentue ce suspense et rend le film très intelligent. Nous sommes donc bluffé par cette "guerre de cerveaux" qui nous rend incertain pour celui qui a l’avantage par rapport à l’autre, tellement les stratégies opérées des deux camps sont efficaces. Bien sûr, en n’ayant pas lu la bande dessinée je suis très surpris du déroulement de l’histoire. A côté de cela, les acteurs assurent parfaitement leur rôle. J’ai bien aimé l’ange de la mort ; que j’ai trouvé assez effrayant d’ailleurs. Death Note est donc un excellent film alléchant avec son suspense palpitant. La suite est très prometteuse !
publié le 22/01/2011 - 21:02
Portrait de Dante_1984

Je suis l'ange de la mort

Dante_1984 (I am Legend - 1124 critiques)
10
 
Adaptation du manga éponyme, Death note nous narre l'histoire d'un jeune étudiant découvrant un mystérieux carnet. S'il inscrit un nom sur ce dernier, la personne meurt dans les circonstances décrites. Voilà une histoire pour le moins originale et étonnante. Un sujet qui pose la problématique du châtiment et de la punition adéquat aux personnes faisant fi de la loi. La justice à elle seule, suffit-elle pour condamner ces malfaiteurs ? Ou bien faut-il appliquer la loi du talion ? Oeil pour oeil. Un débat controversé et houleux qui n'aura de cesse d'alimenter maintes conversations. Je ne peux me prononcer quant à la qualité de l'adaptation du manga, étant donné que je n'ai ni lu les livres, ni vu la série animée. Toujours est-il que le déroulement du film se fait sans temps mort. L'enquête sur le serial killer justicier est prenante, à l'image de l'ensemble du long métrage. Kira commence à avoir la folie des grandeurs, au fur et à mesure qu'il assassine les criminels. Un changement de personnalité flagrante et inquiétante. Au final, Death note est un excellent film mêlant habilement le thriller et le fantastique pour notre plus grand plaisir. Machiavélique et parfaitement maîtrisé.
publié le 10/09/2009 - 23:05
Portrait de Carth

Attrape-nigaud

Carth (Serial Killer - 711 critiques)
Par quoi commence t-on lorsqu'il est question d'évoquer cette adaptation cinématographique d'un manga extrêmement populaire? Il va falloir trancher et peser le pour et le contre rapidement, tenter de percer les mystères de l'absence totale d'intérêt de cette adaptation live, imaginer comment aurait pu être le résultat si le projet avait été confié entre des mains de bonhommes sérieux prêts à apporter une vraie vision de cinéaste conscient du matériau de base. Death Note le film c'est la quintessence même du naufrage artistique, la quintessence du ratage à tous les niveaux que l'on ait apprécié ou non le travail original du duo Ooba/Obata, la preuve qu'un script de base solide (bien que l'on puisse trouver quelque chose à redire) ne suffit pas à masquer les troubles déjà bien présents. Au départ, un casting foireux composé de teenagers de second rang du cinéma japonais post Battle Royale avec notamment la présence d'un Fujiwara Tatsuya à des années lumières de ses prestations remarquables chez Fukasaku ou Miike, d'une Kashii Yu encore plus plate et inexpressive que dans Linda Linda Linda et d'un Matsuyama Ken'ichi encore plus inexistant que dans Nana. Le reste du casting ne vaut pas grand chose non plus dans la mesure où la direction d'acteurs est affligeante, comment ne pas esquisser le moindre sourire gêné face aux crises cardiaques des vilains à la sortie du tribunal ou face aux médias? Comment ne pas être consterné face à la ringardise absolue des dialogues, aux réactions sans âme, sans vie des protagonistes lorsqu'ils se retrouvent coincés dans leur propre jeu (l'inspecteur de police obligé de mettre sur écoute sa propre maison, l'ex membre du FBI qui ne semble pas souffrir de la mort de son mari, Kashii Yu qui ne comprend vraiment pas ce qu'elle fait là...)?

Impossible de ne pas rejeter le traitement général de l'oeuvre, enchaînant les séquences de décès préparés avec rapidité et montrant clairement les limites de l'adaptation live d'un manga qui semble être recherché et préparé : les solutions se trouvent par des déductions beaucoup trop hâtives, toutes plus ou moins lancées par ce fameux personnage, L, grotesque et imbuvable Matsuyama Ken'ichi plus proche d'un illuminé aux manies de petite princesse malsaine que du personnage mystérieux du manga original, l'ordinateur Apple avec lequel il communique avec la police joue bien mieux que lui. Dans cette débâcle artistique on ne note évidemment aucune prouesse visuelle, le film se permettant en plus de mêler tics clipesques et mollesse pas banale pour un résultat bien entendu inégal à l'écran. L'un des seuls éléments à sauver du film c'est bien la présence du dieu de la mort Ryuk, agréable grosse brute amatrice de pommes venue faire un tour sur Terre pour chercher autre chose que de l'ennui. Maintenant, faisons un petit constat rapide. Death Note a été sélectionné en 2007 dans -à peu près- tous les festivals et autres évènements médiatiques de l'archipel nippon. Alors soit sa sélection n'a été faite que pour booster encore un peu plus sa popularité au Japon (tout comme en Asie et Occident), soit les sélectionneurs ont vidé beaucoup trop de bouteilles de saké tiède lors des concertations. Une telle nullité ce n'est pas tous les jours qu'on en voit.

publié le 11/11/2008 - 21:14
Portrait de Spawn

Excellent

Spawn (Serial Killer - 702 critiques)
10
 
Et le premier film death note qui respecte vraiment bien l'animé du même nom. Déja a la vu de cet animé j'ai été vraiment époustouflé par ce scénario tortueux au rebondissement incroyable et cohérent qui ne part pas dans des délires totalement incompréhensibles. Donc le film pose toujours cette même question peut t'on tuer des criminels sans devenir nous même un criminel????? question difficile le shinigami comme dans la série est aussi marrant et il est plutôt bien réaliser. Les acteurs convaincants et la fin de ce premier film nous laisse bien présager le choc des titans pour le deuxième opus.
publié le 11/11/2008 - 13:29
Portrait de Dowd

Quète et Enquète

Dowd (Copycat Killer - 55 critiques)
10
 
Ce film soufre au départ de la comparaison avec tous les films d'horreur japonais moderne comme Ring. Et le synopsis n'est pas là pour nous faire penser à autre chose qu'un énième film de ce genre : après la cassette vidéo, l'appareil photo et les miroirs voici.....le cahier tueur! Ce serait une grosse erreur que de le mettre dans le même sac car ce n'est pas un film d'horreur. C'est un film fantastique-policier. Il y'a très peu d'action en fait, la chasse à l'homme de L et des policiers est plutôt d'ordre psychologique pour forcer le tueur à faire des erreurs. On suit une enquête à rebondissements où les 2 camps se manipulent de façon habile. Les seuls effet spéciaux sont pour le dieu de la mort et sont assez corrects. Ce dieu est le seul élément comique du film qui fait le paradoxe avec l'atmosphère oppressante que l'on ressent tout le long. Car il faut bien dire qu'on est dès le départ du coté du méchant car il ne fait que rendre la justice quand les lois humaines ont échouées dans le but de créer un monde meilleur (je vais pas refaire le débat du "Justicier dans la ville" mais c'est exactement ça). Mais sa volonté de ne pas être découvert va l'amener à nous interroger sur sa légitimité à donner la mort de façon partiale. Les acteurs sont bien dans leurs rôles, mention spéciale à L qui joue un détective obscur, excentrique et accro aux sucreries. L'ambiance est correctement mise en forme par sa sobriété (pas de course poursuite ni de scènes d'actions impressionnantes) mais peut paraître parfois un peu lent. Death Note est à l'origine un manga que je n'ai pas lu donc je ne peux pas faire la comparaison. Mais au final on a un film intéressant qui nous pose à nouveau le problème de la justice universelle. A noter que Death Note - The Last Name est la suite directe de ce film et non un nouvel opus.
publié le 10/11/2008 - 15:03
Portrait de Gory Freddy

Bronson, en mieux!

Gory Freddy (I am Legend - 1774 critiques)
8
 
Charles Bronson, notre justicier dans la ville préféré, aurait adoré posséder le "Death Note"! Il suffit d'y marquer le nom de quelqu'un, pour qu'il crève... Très efficace pour éliminer la racaille dans une ville infestée! C'est ce que se dit Light, officier de police en devenir, qui en entrant en possession de ce répertoire très particulier, voit l'opportunité d'assainir la société, en en éliminant toutes les parties gangrenées. Encore l'éternel dilemne de l'auto-justice... Quand la justice se montre inefficace, incompétente, a-t-on le droit quand on est sûr de la culpabilité d'un criminel, de rendre justice soi-même? Vaste question! Pour ma part, je ne déplorerais pas la disparition d'un criminel, en pensant que ses mauvaises actions futures auront au moins été empêchées! Quant à savoir s'il on devient criminel soi-même en éliminant un criminel... On ne le devient pas de la même façon, en ce sens que l'on ne le fait que sur quelqu'un de coupable, et qu'on l'empêche de perpétrer d'autres crimes, alors que le vrai criminel, lui, s'en prend à des innocents, pour assouvir des buts purement égoïstes. Donc si le sujet de l'auto-justice peut prêter à des discussions houleuses, une chose est sûre, quelqu'un qui rend justice par lui-même, reste quand même de mentalité très différente du criminel de base... Le problème avec Light, c'est qu'il ne se contente pas de s'en prendre aux criminels (comme le fait avec tant de douceur notre ami Bronson), il élimine impitoyablement toute personne qui se dresse sur son chemin, même des innocents. Il se prend au jeu de tuer, se sent tout puissant, et son égo de vient démesuré et dévastateur! Devant lui va se dresser L, un personnage étrange et immature tout comme lui, qui ne fonctionne également qu'à l'égo. Son but est plus de gagner la partie en le démasquant, que d'empêcher des crimes... Alors, l'adaptation de la bd est-elle réussie? Je n'ai pas lu la bd, tout ce que je peux dire, c'est que le film est très intelligemment écrit et excellemment interprété. Certains rebondissements du scénarios sont délicieusements pervers et inattendus, et les personnages très intéressants. Par contre l'ange de la mort, Ryuk, entièrement en images de synthèses, bien que correctement intégré à l'image, n'est pas très convaincant. Il est beau (enfin, dans sa laideur... Tout est relatif...), mais son visage est peu expressif (des mimiques très basiques), et la texture de sa peau n'est pas très crédible... Tant pis, ça passe quand même... En tout cas, un excellent divertissement, qui fait attendre avec impatience le second film qui va sortir, et clore l'histoire!!!
publié le 21/01/2008 - 13:18

Derniers commentaires