Jours de Tonnerre

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Maverick is back !

Captain Nono (America's Most Wanted - 327 critiques)
8
 
Comment ne pas évoquer Top Gun de Tony Scott, film d'action culte des années 80, devant ce Days of Thunder sorti à l'aube des années 90 ? Même réalisateur, même acteur principal, Tom Cruise, même romance entre le jeune chien fou et la belle jeune femme plus mature, Nicole Kidman, même contexte dans un milieu viril où les sensations fortes font force de loi, même rival blondinet (Cary Elwes). Sans compter le pote de Tom Cruise qui se mange un méchant accident lors d'une course de Nascar, à l'image du copilote de Maverick qui meurt en s'éjectant du F-14 dans Top Gun... Beaucoup de similitudes entre les deux films donc, mais faut-il s'en plaindre pour autant ?

Eh oui, Days of Thunder est en quelque sorte le Top Gun du bitume, l'un des rares films à traiter d'un sport automobile extrêmement populaire aux États-Unis, et malheureusement aux abonnés absents dans le reste du monde : le NASCAR. Une discipline automobile qui peine à s'exporter à l'étranger hormis deux ou trois courses annuelles par-ci par-là, pour des raisons à la fois culturelles et logistiques. Perso, je préfère de loin les courses de NASCAR à la "Formule 1" par exemple, que je trouve d'un ennui... Tout ça pour dire que le contexte du film me botte et que j'aime bien Top Gun. Déjà deux bonnes raisons d'apprécier les aventures mouvementées de Cole Trickle, isnt'it ?

Tom Cruise était à l'époque dans sa période dorée où rien ne lui résistait, pas même la superbe actrice qu'il courtisait dans le film et qui deviendra sa femme dans la vraie vie. Le couple le plus glamour et le plus médiatique de Hollywood à l'époque. Mais l'insouciance a parfois besoin d'une épaule paternelle sur laquelle s'appuyer, d'où la présence rassurante et ô combien appréciable de Robert Duvall dans le rôle du mentor de Cole Trickle. Sans oublier de bons seconds rôles comme Randy Quaid, Cary Elwes ou encore le prolifique John C. Reilly. Bref, un casting de choix pour un film qui sait aller droit au but.

Tony Scott était une valeur sûre dans le genre des films d'action, et même si les ficelles étaient parfois un peu grosses, le résultat était efficace et divertissant, ce qu'on demande généralement à ce genre de films. Il en va de même ici. L'histoire est certes bourrée de clichés et encore à l'époque très ancrée dans le style viril et héroïque des années 80, avec ce jeune pilote sûr de lui et qui sort de nulle part pour tout casser sur son passage, mais la mayonnaise prend bien pour peu que l'on ne soit pas réfractaire aux courses automobiles et au jeu de Tom Cruise, qui comme je le répète souvent, fait partie des tous meilleurs acteurs de sa génération.

Days of Thunder peut finalement se vanter d'être devenu un classique dans un genre sous-représenté au cinéma. Ce film a tout pour plaire à un public large et néophyte en matière de NASCAR, qui lui pardonnera aisément ses grosses ficelles à la sauce hollywoodienne.

Ma note : 7,5/10. Eh oui, ça change tout, je sais.^^

publié le 20/02/2013 - 15:59
Portrait de Lebreihz

Pour gagner des courses il faut....

Lebreihz (I am Legend - 2309 critiques)
8
 
.....les terminer. C'es part cette maxime que rappella jadis au début des années 80, à Gilles Villeneuve le "commendatore" la-bas à Maranello, j'ai nommé Enzo Ferrari , que l'on présente plus.Car Le défunt et fougueux québecois avait tendance justement à ne pas les finir, et le vieux tyran l'avait fait traverser la moitié de la planète, uniquement pour lui dire ça !. Donc Tony scott nous présente dans de film, l'univers de la nascar, qui sont des courses de stock-car propre aux états-unis, avec des caisses toutes identiques d'au moins 1000 Cv qui se frotte sur les ovales à 400 Km.Impensable un truc pareil dans l'univers très policé de la F1 (qui ont des chassis et un aérodynamisme beaucoup plus complexe), ou la mondre manoeuvre tandencieuse donne immédiatement lieu a une enquête des commissaires de course.

Ce que j'aime bien c'est le début, le gars (robert Duval) est en train de peter un coup de pulvé avec son Massey-fergusson et là débarque un gus, vendeur de bagnoles d'occas (ce sont ses propres termes) pour lui proposer de concevoir un chassi de course, rien que ça. Vous n'imaginez pas un truc pareil en F1, ou il faut des millions d'euros pour concevoir la mono-place, et des millions pour avoir le droit de l'aligner au départ, en ayant graisser la patte à Bernie, et jouer au golf avec lui, et éventuellement autre chose, selon l'orientation sexuel du gars, on sait jamais...c'est vrai que c'est que c'est bien fait, on a un tom Cruise triomphant qui débarque au début avec sa moto, sa rivalité avec Rooker, et évidement son idylle avec son medecin soignant qui le soigne ...très bien.

C'est vai , c'est cliché, c'est un peu un repompage de Top gun par le même réalisateur. Mais essayer donc d'imaginer un tom Cruise alcoolique, moche (qui a mon avis doit être très dure à enlaidir, n'importe comment c'est rare de voir un de ses gars ayant un physique pas potable, les sponsors doivent probablement une exigence en la matière) et mal rasé, et n'assurant pas au lit avec sa dulciné ! (là, il y aurait une parodie à faire). Alors ça parle de course, et au début notre pilote ne gagne pas grand chose, car c'est un pilote à l'instinct (comme ayrton senna et gilles villeneuve), qui sait qu'une chose, c'est écraser le champignon, et ne connait rein en terme technique (un peu comme Alesi qui était très bon, mais pas forcément l'approche technique), il s'améliore, sa rivalité avec son co-équipier qui devien t amitié et les disputes avec sa copine medecin (qui elle voit les choses du point de vue de medecin) qui le traite lui et tout ses allumés de congeneres de pilote de "d'égocentrique mégalomane" à juste raison.. Mais ça finit.....bien. Stallone voudra également réaliser un film sur la course avec Driven, avec beaucoup moins de succès.

publié le 17/02/2013 - 12:03
Portrait de Spawn

Tom is a winner

Spawn (Serial Killer - 702 critiques)
8
 
Ah ce Tom Cruise, quel battant celui là, il lâche rien et va toujours au bout des choses dont il ressort vainqueur et grandit. Donc rien d'original dans le scénario, un jeune intrépide qui arrive à se faire accepter dans le monde du stock car et qui va appendre à se tempérer au volant grâce à son coach et bien entendu à une jolie fille. voilà y a pas grand chose à dire d'autre sur ce film, les acteurs sont très bon, les courses de voitures sont impressionnantes et le film de Tony Scott nous fait passer un agréable moment.
publié le 15/07/2009 - 10:22

Course de voitures

Langanay (Serial Killer - 857 critiques)
6
 
4 ans après le succès énorme de TopGun, Tony Scott fait de nouveau appel à Tom Cruise. Pas trop de surprises, le scénario respecte les rails hollywodiens. On a donc des scènes d'action ( les courses de voitures) pas mal, une amourette (Tom Cruise et Nicole Kidman) et comme dans TopGun de la bravoure à revendre. Bon à la différence de TopGun, c'est un peu moins bon, on a souvent du mal à croire à certains passages. Sans dire la fin, Tom Cruise est toujours le meilleur, c'est le n°1 dans tout ce qu'il fait ...
publié le 08/03/2008 - 19:31

Sympathique

Gripsou (Serial Killer - 779 critiques)
8
 
Pour adhérer au film de Tony Scott, il est indispensable d'apprécier les courses de stock-cars, sport automobile très apprécié aux USA. A la manière d'un TOP GUN (du même réalisateur), l'histoire met en avant Tom Cruise dans le rôle du jeune pilote fougeux et intrépide, qui va progressivement apprendre à se calmer grâce au charme de la divine Nicole Kidman. Bref, un peu de romance dans un sport de mâles, le tout s'accomodant plutôt bien, même si le scénario ne propose guère d'originalité. A noter la présence d'excellents seconds-rôles, tels que Robert Duvall et Randy Quaid. Un divertissement sympathique.
publié le 01/01/2007 - 00:00

Derniers commentaires