Salo ou les 120 journées de Sodome

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Warhammer

Ignoble.

Warhammer (Serial Killer - 929 critiques)
Définition du sadisme:Perversion dans laquelle la satisfaction sexuelle ne peut être obtenue qu'en infligeant des souffrances physiques ou morales au partenaire ou plaisir à voir souffrir les autres=cruauté.

Voilà qui résume bien ce film considéré à juste titre comme l'un des plus choquants de l'histoire. Aussi avant d'y mettre le moindre centime d'euros pour l'achat d'un DVD j'ai voulu le visionner sur youtube et j'ai bien fais car jamais je ne l’achèterai ce film. Je me garderai bien d'en faire une description sous peine d'être censuré par le site. C'est répugnant,abjecte,malsain etc...et je pourrai passer en revu tous les adjectifs possibles tellement le résultat m'a révulsé.

Cependant il y a bien des qualités visuelles et d'interprétations au delà de la norme qui rend finalement ce film regardable à condition d'avoir le détachement mental nécessaire car si vous y mettez des sentiments envers les jeunes victimes expiatoires alors vous ne pourrez pas le voir jusqu'au bout. Pasolini le responsable de cette ignominie a mené intelligemment son projet car entre 2 séquences horribles,de longs monologues ainsi qu'une certaine théâtralisation parfois assez drôle rendront l'ensemble supportable(à la limite bien entendu). Les acteurs sont étonnants de naturel et font toutes ces choses avec une telle facilité qu'on peut se poser des questions envers tant de réalismes.

Il faut noter que le dernier quart-d'heure est atroce,comme pour nous achever alors qu'avant c'était déjà bien dégueulasse. Salo ou les 120 jours de sodom est une oeuvre ultime qu'il convient de voir le ventre vide si vous êtes curieux,pour les plus sensibles abstenez-vous!!

Pour une fois je vais m'abstenir moi aussi d'y mettre une note, c'est impossible à noter selon moi.

publié le 30/04/2014 - 13:22
Portrait de Seblechien

Sadicopédoscatophiles avertis

Seblechien (America's Most Wanted - 271 critiques)
4
 
L'un des films les plus dérangeant et malsain que j'ai eu la malchance de voir, et pourtant j'en ai vu des truc salaces. Malgré une bonne réalisation et des acteurs crédibles, je me demande encore : quel intérêt? C'est pas gore, ça fait pas peur, mais c'est dégueulasse. Je vous en dit pas plus et vous laisse vous faire votre propre idée.
publié le 04/01/2013 - 01:04
Portrait de Nandrolone

Mon avis

Nandrolone (Serial Killer - 704 critiques)
Un des meilleurs film que j'ai visionné . une oeuvre unique ! c'est mon film préféré, je l'ai vu plein de fois ce film, je me suis même levé une nuit une fois car je faisais que de penser au film .

Beaucoup de scènes cultes ou la folie y est filmée avec un naturel déconcertant ... éc½urant parfois, dérangeant souvent ... il faut le voir absolument !

publié le 06/07/2012 - 23:15
Portrait de Gory Freddy

Salò-pards...

Gory Freddy (I am Legend - 1792 critiques)
6
 
Film qui a fait scandale à sa sortie, qui en a choqué plus d'un. Pamphlet soi-disant politique pour son réalisateur, dénonciateur d'une société à la dérive. Merde sans nom pour certains, chef-d'oeuvre visionnaire pour d'autres... Sûr que ce film est particulier et ne laisse pas indifférent... Maintenant qu'en est-il vraiment ?

Pour ma part, j'ai trouvé effectivement ce film assez unique, incroyablement violent autant par ses images parfois extrêmes que par l'ambiance particulièrement perverse. Mais là ou le bas blesse à mon humble avis, c'est qu'il est vain, souvent particulièrement vain. Bien sûr on a bien capté le message politique sur la dérive du pouvoir, de l'asservissement des masses, des faibles, des pauvres, de la folie progressive et inéluctable qui naît d'un pouvoir absolu et blah blah blah mes couilles... mais le film tourne rapidement en rond ! Il touche rapidement ses limites, son fonctionnement reposant en fait sur une accumulation progressive et allant en croissant, d'éléments dégradant voire niant totalement l'identité humaine.

On arrive à un espèce de gloubiboulga provocateur et bêtement extrémiste qui finalement ne possède qu'une cohérence limitée, et un propos qui s'efface derrière la surenchère. Malgré les propos dithyrambiques de "grands penseurs" du 7e Art, j'y vois plutôt une oeuvre qui s'est perdue dans les prétentions du cinéaste et son désir de concrétiser toute la bassesse humaine dans son film sous prétexte de dénonciation.

On ne peut pas dire que ce que l'on voit soit d'une grande finesse, autant visuellement qu'intellectuellement. Certes les intellectuels auto-désignés qui s'auto-sucent en cercles fermés vous sortiront tout un fatras d'analyses pouèt-pouèt qui se voudront particulièrement bien vues... mais je ne suis pas certain qu'il y ait autant de choses à voir que ça finalement...

Certains principes du film retiennent l'attention, comme les séquences de lectures censées exacerber les fantasmes les plus vils; les acteurs sont inégaux, surtout dans les 2nds rôles, mais les 1ers sont particulièrement convaincants (Aldo Valletti (http://img94.imageshack.us/img94/8127/salo08.jpg) dans le rôle du Président est absolument répugnant, troublant, à tel point qu'on se demande s'il joue vraiment la comédie ou s'il est lui-même. Pier Paolo Pasolini aurait-il avant tout recruté des personnalités avant de recruter de vrais acteurs ?); on sent la mise en scène travaillée, qu'on la trouve brillante ou pas... mais cette accumulation grandissante de violence, d'humiliations, prend finalement une tournure assez facile qui n'a plus rien de particulièrement génial ou visionnaire à mon avis. Ça me fait plus l'effet des films de la Cannon dans les 80's où Chuck Norris et Charles Bronson dénonçaient la violence en tirant dans le tas.

On va me dire que j'ai rien compris, que le film est bien au-dessus de ça, trop bien pensé pour se rabaisser à des schémas aussi primaires... pourtant, passée la surprise du concept, la présentation des personnages, et l'avilissement progressif de tous ce beau monde; une fois le principe présenté dans sa facilité assez puérile finalement, le film patine et les "démonstrations" ne démontrent rien d'autre que le fait que la surenchère n'est ni un gage de qualité ni un gage d'intelligence. Alors quant à parler d'un des films les plus importants du cinéma... ?!? Un des plus marquants, certes, de part ce que l'on voit, et l'incroyable dégoût qu'il peut susciter au fur et à mesure, même pour les coeurs les plus accrochés, mais qualitativement et intellectuellement parlant, il y a à mon avis beaucoup de choses à dire et remettre en question entre les intentions de départ, et le résultat final...

Certaines séquences sont hallucinantes de violence, au départ encore plus dans les idées et le mépris de l'être humain, que graphiquement (les victimes nues traitées comme des chiens, entre autres...), puis vient l'excessif, la surenchère, l'obsession du stade anal, la fascination caca-boudin qui peut interpeller un temps mais qui au bout du compte s'auto-ridiculise passé le dégoût (terrifiant "cercle de la merde" qui au bout de 30 mn finit légitimement par lasser), et n'apporte que du vent intestinal et du vide intellectuel... et surtout aucun prolongement de propos. On a compris depuis longtemps ce que ça dénonce, le tirer en longueur, l'amplifier ad vitam eternam, donne la même impression qu'un mauvais élève qui fait des pléonasmes à gogo. Ou bien, vous savez les rappeurs, qui répètent la même chose sur 10 phrases, sans se rendre compte que leur propos n'a pas avancé d'un iota, mais n'a fait que de monter en violence dans sa présentation. Puéril ! Puéril et décevant de la part d'un grand cinéaste qui a la prétention de dénoncer et d'ouvrir les yeux au monde. Mais ce n'est pas avec de la merde dans les yeux que l'ont voit correctement les choses, jusqu'à preuve du contraire.

La nudité totale est une facilité récurrente, avec les obsessions déjectives, dans ce film. Censé sûrement rabaisser les protagonismes au maximum, leur enlever toute intimité, cette volonté de sexualiser à chaque fois toute forme de perversion a un côté autant redondant que facile et immature à mon avis.

Puis le film va se terminer dans un déluge de tortures (brûlures, arrachage de langue, scalp, éclunéation, ...), qui veulent probablement dénoncer tout et n'importe quoi dans les excès de la société et son incapacité à contrer ceux qui ont les pleins pouvoirs... mais bon... à part une mise en scène "auteurisante" qui pourra apparaître efficace à certains, cela fait bien longtemps à mon humble avis (restons humble devant le génie reconnu par l'élite intellectuelle) que tout ce que le film démontre, c'est que son concepteur à perdu toute mesure dans sa capacité à maîtriser la finesse et les sous-entendus, et s'est noyé dans sa propre merde...

Un film fort tout de même, avec des séquences difficilement oubliables, qui malgré de réelles fulgurances, s'anéantit lui-même par ses facilités et sa ligne directrice unique, de la même façon que le fait la société dénoncée. Pas certain qu'en utilisant les mêmes principes de ce que l'on critique, on puisse se montrer réellement convaincant... à mon humble avis...

publié le 05/07/2012 - 03:56
Portrait de Guill

Mon avis

Guill (Serial Killer - 838 critiques)
6
 
Film culte italien sortie en milieu des années ‘70. Un film qui a marqué à sa sortie mais ça un peu vieillit ce qui lui fait perdre de l’impact. Difficile d’aimer un tel film. On y retrouve plusieurs éléments politiquement incorrects dont le viol, l’humiliation sexuelle, sodomisation, festin d’excrément et j’en passe. Le genre de truc que l’on évite de montrer au cinéma. Une B.O signé par Ennio Morricone. Pas vraiment le genre de film que je visionnerais deux fois. Globalement j’ai trouvé ça très moyen malgré un final assez choc. Une curiosité à voir, sans plus.
publié le 22/06/2010 - 04:19
Portrait de Sly29

Plus écoeurant que dérengeant....

Sly29 (America's Most Wanted - 253 critiques)
4
 
Je m'en faisais tout un fromage de ce film. Enfin trouvé a pas cher chez nos amis de la FNAC, je me suis lancé dans la vision de ce brulôt filmique.... Et ben quel ennui, j'ai regardé les deux tiers du film normalement. Ca partait pas trop mal avec la description des tortionaires et l'enlèvement des furtures victimes. Bon passé ce purgatoire (le premier chapitre) voici venir le cercle du vice, et là on à le droit à de la débauche ou les personnages pricipaux font vivre leurs fantasmes au jeunes gens fraichement arrivés dans une magnifique demeure victorienne. Il n'y à pas à dire, Pasolini avait un talent certain pour créer de belle images. Même si le film est assez glacial pour tout ce qui est démonstration crasseuse, les décors sont sublimé par une mise en image ingénieuse. Seulement voilà, moi je m'attendais à être choqué, à ressentir un certain malaise. et ben non, certe il y a bien ce deuxième chapitre (le cercle de la merde) qui est assez écoeurant de part les dérives scatologiques cradingues, mais le tout est séverement saupoudré d'ennui. Du coup, histoire d'en voir le plus possible, j'ai passé quelques chapitre pour arriver au débordement final (le cercle du sang) histoire d'en avoir pour mon argent. Mais même là j'ai juste eu l'impression de me retrouver devant un étalage sans âme ( c'est l'effet cherché par le réal) de piètre envergure. Pourtant la réputation du film était assez énorme. je me suis ennuyé une bonne parite du film et au final ce métrage est pour moi quelque chose d'assez annecdotique. Beaucoup de bruits pour pas grand chose.
publié le 25/02/2010 - 16:10
Portrait de Kermit_the_frog

Bande de Salo !!

Kermit_the_frog (Graine de psychopathe - 84 critiques)
8
 
Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi GoodMad, le film récéle bien un fond personnel, en effet le film livre bien ses postulats tout d'abord que le régime fasciste est ,selon Pasolini, la pire des abominations et que c'est uniquement au travers de ce régime que peuvent se mettre en place les idées et écrits de Sade, il montre également que seul les puissants sont à même de goûter à l'anarchie ( parce que Pasolini le conçoir ainsi le fascisme est pour lui un grand bordel aranachique, d'ailleurs le juge ne dit il pas "Nous les fascistes sommes les seuls vrais anarchistes mais alors un anarchisme ancré dans le ressentiment, la frustration et la haine ) et la débauche qui peut découler de ce régime créant ainsi le paradoxe d'un "bonheur" nait dans la haine et le sang.En dehors de cela le film est trés bien fait , même si il est vrai qu'il peut être barbant, des scénes comme celle des conteuses et les mariages sont sublimes et je suis d'accord avec DorianGray, il y a des personnes bien membrées dans ce film.
publié le 26/08/2009 - 22:11
Portrait de Goodmad

J'ai enfin trouvé une note

Goodmad (Serial Killer - 874 critiques)
J'ai réfléchi et finalement trouvé une note pour Salo;0,pourquoi? Pour la simple et bonne raison que de la violence gratuite pendant 2h c'est bien gentil mais quand c'est juste pour en prendre plein la gueule sans livrer le moindre message, perso et je pense que vous serez un d'accord avec moi, n'y a rien d'artistique ou de divertissant. La presse voit en lui un chef d'oeuvre parce que la violence n'a pas vieillit et qu'elle est toujours aussi percutante,mais je pense que c'est juste parce que c'est Mister Pasolini qui l'a fait. Mais bien sur des comme Irreversible qui sont certes violents (beaucoup moins que Salo) mais qui ont un ou des messages sont critiqué comme des merdes pour leurs extrême violence. Vous voyez où là ça va pas je pense? Je suis sur que si un jour je tournais un film où on voit un pédophile qui viole des enfants on me traitera de fou pervers, mais si c'était Pasolini qui l'aurait fait alors là ce serait un chef d'oeuvre sans nom. A éviter, ce soit disant film culte n'est rien d'autre qu'un tas de mer**.
publié le 20/02/2009 - 13:18
Portrait de Goodmad

Horrible de chez horrible

Goodmad (Serial Killer - 874 critiques)
Je note pas pour la simple et bonne raison que je ne sais pas du tout comment noter correctement cette horreur sur patte. Ecoeurant,ultra trash et immoral. A regarder si vous croyez avoir tous vu en terme de film choc, à coté Irréversible,Cannibal holocaust et Visitor Q passent pour des film pour enfants à côté de celui là. A mettre QUE entre les mains des plus endurcis d'entre vous,moi personnellement j'avoue que c'est le pire truc que j'ai vu jusqu'à maintenant...
publié le 06/09/2008 - 00:08
Portrait de Lebreihz

La bien nomée république de salauds

Lebreihz (I am Legend - 2309 critiques)
8
 
Que dire de ce film ?. Ce qui est sur c'est que ce n'est pas une dénonciation du fascisme Italien. On retrouve dans ce metrage une inspiration clairement affichée de l'oeuvre du marquis de Sade.Car tout ce qui est contre nature y est montré, oui mais plutôt sugerré que que réellement montré. Ainsi, je n'ai pas pu de faire une comparaisson avec un autre film "déviant" précédemment critiqué (caligula), içi point d'acte sexuel en gros plan, mais plutôt un ensemble de concept moralement inacceptable, déja l'idée d'enlever des quasi-mineurs, pour qu'ils puissent servir d'esclaves sexuel à des notables fasciste, s'apparente franchement à de la pédophilie. Mais par contre ce film qui n'est pas centré sur un personnage en particulier, et est relativement dépourvu de scénario, de plus une bonne partie du film s'apparente plus à du théatre qu'a autre chose, avec de longs réçit de la part des compagne des notables ce qui rend le film un peu long. Alors qu'est ce que ce film à donc de remarquable ?. Eh bien je dirais que certains thêmes comme la scatologie, ne sont tout de même pas courant au cinéma, surtout d'une manière aussi crû, là pour le coup ce n'est pas suggeré, mais montré. En conclusion je dirais que le film est choquant, mais ce n'est pas le monument dédié à l'infamie auquel je m'attendais.
publié le 27/06/2008 - 16:33

Pages

Derniers commentaires