Le Trou Noir

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Lebreihz Lebreihz
I am Legend - 2308 critiques
publié le 21/12/2014 - 00:51

ça aurait pu être du kubrick

Du Kubrick ai-je écrit ?, d'une certaine façon oui, surtout vers la fin. Alors qu'est ce qui est extraordinaire dans ce film ?, c'est cette rencontre dans ce vaisseau en apparence abandonné avec ce homme qui fait penser un peu a un croisement entre un capitaine Nemo et un méchant sortit d'un James Bond.

je crois que le moment le plus intense du film c'est ce repas dans un cadre luxueux qui pourrait faire penser a une salle d'un château de de la renaissance et en toile de fond on aperçoit ce monstre intergalactique en train de tourner sur lui même, qui signifie en sorte le néant absolu !

Car tel est le trou noir....le néant. Le plus incroyable c'est qu'il sont été prédit par Simon De la place au 17 ème siècle. Nous "savons" qu'ils existent....mais nous n'en n'avons jamais vu, et d'ailleurs nous ne savons même pas à quoi ils pourraient réellement ressembler.

j'ai écrit plus haut que notre homme a quelque chose de Méchant "Bondien" , oui, mais en même temps c'est un scientifique génial, à un tel point que son génie l'a conduit a transgressé les lois morales.

Comme il dit au nom de la science" la fin justifie les moyens."

Oui le film est assez fascinant sur le plan humain comme sur le plan technologique. Au début je trouvais que les robots faisaient un peu ridicules , et puis en fait non ! la façon dont le gentil robot se déplace en lévitation est incroyablement bien faite; Ainsi que sa confrontation avec son homologue qui se trouve du mauvais coté qui évoque un golem, ressemble au combat de Davis contre Goliath. Cette fois la guerre des robots aura bien lieu.

Pourquoi l'aspect robot est important ? Eh bien il paraît que nous serions à la veille d'une révolution technologique, une "singularité technologique" dont le terme tombe bien a propos dans ce film ou le mot "singularité" a tout un autre sens , mais avec le même aspect irrémédiable.

Pour faire simple une singularité technologique est le point de non retour au de la duquel les machines devraient êtres amenés a concevoir ....d'autre machines , la technologie et puis le progrès. En fait c'est ce que j'ai voulu exprimer avec ma critique du film "transandance"

Alors selon les célèbres jumeaux, ça devrait se produire en 2030....dans 15 ans ! Les films de science fiction vont-ils se réaliser ? ou mieux encore va t-on aller au delà de ce que les auteurs ont imaginer ?, comme on dit :en général la réalité dépasse la fiction

Ou alors allons nous être dépassé par notre propre création, un peu comme ce savant, qui veut faire ....l'impensable SPOLIER traverser le trou noir, ce qui paraît impossible, le vaisseau et ses occupant subiraient des forces de pression....infinies, c'est la mort assuré, le suicide le plus accompli, a moins que le milliard de degré produit par la matière tombant dans le trou noir vous carbonise bien avant FIN SPOLIER.

Et à la fin , le film prend un aspect...dantesque ! effrayant même je dirais. Cette couleur rouge évoque l'enfer ! encore une fois je parle de l'enfer; Qui à la limite est une notion subjective, nous avons tous besoin de nous représenter quelque part l'inimaginable. Quoique là cette notion devient très concrète

Oui la fin fait franchement penser à "2001 l'odyssée de l'espace" . Bon c'est sur le réalisateur n'a pas la notoriété d'un Kubrick, mais n'empêche qu'il y apporte un très grand soin à l'ensemble.

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Orion666
Graine de psychopathe - 188 critiques
publié le 21/04/2013 - 21:25
10
 

Le dévoreur d'univers

Lors d'un voyage d'exploration, un vaisseau spatial perdu depuis des années, le Signus, est retrouvé aux abords d'un trou noir. L'un des membres d'équipage espérant y retrouver son père, les 6 voyageurs (4 hommes, une femme et un robot pourvu d'humour) décident d'y accoster et se retrouvent nez à nez avec le professeur Hans Reynards, le créateur du Signus, qui ne vit désormais plus qu'entourés de robots, l'équipage ayant préférer évacuer lors de l'approche du trou noir. Son projet: aller là où nul autre n'a osé aller, dans le trou noir et par delà.

Du bon gros vieux Disney et un film que je qualifierais de culte, voilà ce qu'est ce Trou Noir. On y retrouve la joie du visionnage des anciens films traitant de l'espace (avant que la technique et le modernisme n'en fasse des tonnes) avec un scénario efficace. Les décors sont superbes, la superstructure du vaisseau illuminé rendant un effet boeuf. L'histoire est servie par des acteurs talentueux qui sont utilisés de bout en bout (Hans Reynards est une belle représentation du savant un peu fou).

Alors, oui, le film a vieilli. Mais ce n'est vraiment pas un défaut ni un handicap, tant il nous tien en haleine jusqu'à un dénouement où se mêle philosophie/vision fantasmagorique. Les robots ont la part belle aussi quoiqu'ayant un design assez...spécial (Vincent ressemble à une poubelle volante et Maximilien semble fait pour servir des jus de fruits). Vincent est d'ailleur le premier robot que j'aie vu qui possède un tel sens de l'humour, et le fait qu'il n'ait aucune mimique le rend d'autant plus amusant.

Nous trouvons donc ici un film splendide, une petite perle de SF, qui devrait servir d'exemple aux nouveaux réalisateurs qui en font des tonnes et mettent au second plan les personnages.

Avez-vous apprécié ce commentaire ?