Advertisement

Morse

Je le recommande vivement ....

domval62 (Newbie - 2 critiques)

C'est un film qui réinvente le mythe du vampirisme, cette histoire d'amitié entre un enfant persécuté par les autres et un immortel de 12 ans, ce dernier est si fascinant, envoûtant. Moi, je suis sous le charme, qui n'a jamais eu envie d'avoir un ami pour l'aider à affronter les autres. Bref, je ne me lasse pas de le voir.
Je le recommande à ceux qui comme moi, une fascination pour les vampires.

publié le 17/09/2017 - 16:33
Portrait de Nandrolone

Magnifique

Nandrolone (Serial Killer - 659 critiques)
10
 

Magnifique ! j'aimerais en voir plus souvent des films de vampires comme celui là ! C'est beau et attachant, la performance des deux jeunes acteurs porte le film et nous replonge dans notre enfance et dans cette age de l'innocence. Le sujet est dur et sanglant mais on oublie complètement l'horreur des situations, l'atmosphère est envoûtante... La réalisation est épurée, froide mais exemplaire, une vrai et belle oeuvre.

publié le 15/03/2016 - 16:06

Crie, crie comme une truie !

HorrorV (Copycat Killer - 25 critiques)
10
 
Mamamïa! Ce film est si splendide et si génial! Ce cher Alfredson a tout d'abord trouvé deux talentueux personnages principaux qui m'ont plus que bluffé, leur jeu d'acteur est parfait : ces deux enfants sont si matures, sont si ouverts d'esprit. Ces derniers sont installés dans un paysage blanc somptueux mais tout ce décor froid rend l'atmosphère très glauque. Puis venons en maintenant à l'intrigue : ce film de vampire, loin du cliché (le rendant original), a certes un côté très noir et horrifique mais nous assistons aussi à une merveilleuse histoire d'amour et d'amitié entre deux enfants si différents. Bref, un film qui mériterait encore plus de reconnaissance! PS: *Spoiler* La scène de l'attaque des chats sur la femme doit être la plus dérangeante à mon goût! *Fin Spoiler*
publié le 30/12/2012 - 03:32
Portrait de Liam-X 2

Mon avis

Liam-X 2 (Copycat Killer - 75 critiques)
8
 
En voila un film étonnant que ce Morse! Clairement pas ce style de films dont on peut dire qu'on l'aime ou pas à la moitié et plusieurs visions sont à mon avis nécessaire pour capter toutes les subtilités du metrage... Car Morse, au premier abord, se veut plus poétique ( mais une poésie deprimante, froide, à l'image des dècors du film) qu'horrfique et c'est dans ce paradoxe que le scenario et la mise en scène vont s'engouffrer au fur et à mesure que la peloche avance... Alors bien sûr, on à droit à quelques scènes gore ou un poil flippante, mais dans l'ensemble le realisateur semble avoir plutôt misé sur une ambiance dérangeante, malsaine, qui contrebalance du coup avec cette idyle enfantine entre deux gamins de 12 ans, presque touchante... Et c'est bien sur ce point ( et pour la très belle photographie) que le film est réussi. Pourtant, le tableau n'est pas totalement rose pour autant, et on ne pourra lui épargner de nombreuses longeurs qui cassent le rythme déja pas violent du métrage... Mais après tout, ne boudons pas notre plaisr de voir un film qui sort un peu de l'ordinaire et qui posséde une vraie bonne ambiance!
publié le 07/12/2012 - 14:26
Portrait de G.C.

Bouleversant

G.C. (Graine de psychopathe - 200 critiques)
10
 
"Morse", ou "Låt den rätte komma in" (pour une fois les deux titres correspondent très bien à l'oeuvre) : un film sur la marginalité. D'un côté Oskar, enfant marginal de par son caractère solitaire et le rejet qu'il provoque chez les autres enfants de son âge. De l'autre Eli, marginale de par son genre flou (nom mixte, voix androgyne et sexe incertain) et surtout de par sa condition de vampire. Le film va ainsi nous montrer ces deux êtres, qui vont se rencontrer et tout simplement s'aimer.

C'est lent, froid et sublime. Un métrage extrêmement paisible, doux, attendrissant, avec quelques pics de violence faisant contraste. La photographie est magnifique, la musique (et toute la bande-son en général) envoûtante, l'atmosphère réussie. Le scénario est intelligent, les dialogues très bien écrits... Et pour ne rien gâcher, les deux acteurs-enfants sont tout bonnement excellents. Plusieurs scènes mémorables : le bâton, la combustion, la très décalée scène des chats, le sublime passage du "Tu peux rentrer", la fin... Le gore ? Présent par touches, mais voir "Morse" pour cet unique aspect serait une erreur colossale.

En bref : le meilleur traitement du mythe du vampire qu'il m'ait été donné de voir, avec le "Nosferatu" de 1922. À voir impérativement.

publié le 17/11/2012 - 19:54
Portrait de Mikthecutler

Mon avis

Mikthecutler (Copycat Killer - 30 critiques)
10
 
Plein d'idées, d'inattendu et d'audace... Le meilleur film de vampire depuis longtemps... à des années lumière des niaiseries du type "Twilight".
publié le 17/10/2012 - 04:35
Portrait de ROMAIN66

Mon avis

ROMAIN66 (Newbie - 12 critiques)
6
 
Bof pour moi ce n'était pas un film d'horreur. Je trouve que les vampires ne font pas spécialement peur. Après, le film n'était pas si mauvais.
publié le 15/01/2012 - 11:41
Portrait de Warhammer

Glaçant

Warhammer (Serial Killer - 929 critiques)
10
 
Un des plus beaux films de vampires que j'ai vu depuis longtemps!! C'est beau, sombre, poétique et violent. Le film se paye le luxe de rendre hommage aux films de vampires classiques tout en étant moderne. On ne peut qu’être émut de voir ces 2 jeunes solitaires rejetés par les autres(pour des raisons différentes), se lier par un amour naissant supposé impossible. Si le scénario reste classique,le film se suit malgré tout avec plaisir grâce à une réalisation sobre mais bigrement efficace, car nous ne sommes pas là en présence d'un twilight version ado, mais d'un film d'horreur bien sanglant. Certains pourront etre déconcertés par le coté austère et lent du film, mais c'est aussi ce qui fait son charme. Bref, à découvrir d'urgence.
publié le 27/10/2011 - 21:34
Portrait de AqME

De l'amour vampirique nordique

AqME (America's Most Wanted - 604 critiques)
10
 
Loin, très loin des contrées hollywoodiennes, il existe un autre cinéma. Un cinéma parfois moins bon, mais très souvent meilleur et poétique. Un cinéma à la fois froid, engourdissant, mais diablement poétique et envoutant. C'est exactement ce genre de cinéma qui redonne ses lettres de noblesse au grand écran, en proposant des films de genre, sur un axe différent, avec une intelligence subtile et bien éloigné des effets spéciaux clinquants et grossiers. Avec Morse, film suédois de Tomas Alfredson, le mythe du vampire se voit doter d'un film époustouflant, glaçant, sombre, réaliste et beau. Bien loin des suceurs de sang véloces et des acrobaties à rendre un trapéziste pour un pauvre baltringue, Morse propose au delà de sa poésie, un message à la fois dur et vraisemblable, touchant toute une jeunesse. Analyse rapide d'un film qui m'a troublé et marqué.

Les vampires sont très créatures qui ont attiré un très grand nombre de réalisateurs et même si on compte de véritables chefs d'oeuvre comme Dracula de Coppola, Entretien avec un vampire, Daybreakers, Vampires ou encore (mais cela ne concerne que moi) Blade 2, on peut aussi compter des films vampiriques franchement ratés et bien souvent tournant les suceurs de sang à la caricature, je pense notamment à Underworld premier du nom et trois ou encore à Blade 3. Mais on remarque très vite que tous ces films sont américains. Il est aussi intéressant de se plonger dans le vampire mais vu par des européens, et notamment par des nordiques. Le scénario de Morse est assez mélancolique et prouve que finalement, le vampire n'est pas qu'une créature sanguinaire chassant ou étant chassée. Dans Morse, un jeune garçon nommé Oskar se sent mal dans sa peau. Malmené par ses camarades, seul la plupart du temps, il préfère passer ces soirées à taillader un arbre en pensant à ses ennemis. Un beau jour, une jeune fille du nom de Eli vient habiter près de chez lui. Une relation simple et amoureuse va lier les deux êtres, mais Eli est un vampire. Bien loin des chasses et des fusillades, Morse se targue d'un scénario simple, ou Eli ne tue que pour se nourrir et qui privilégie l'approche sentimentale à une approche débile de chasse.

Il faut dire que l'ambiance sert vraiment le film. Les contrées enneigées de Stockholm sont vraisemblablement parfaites pour donner une ambiance froide, isolée mais aussi angoissante. Les plans se succèdent avec une maîtrise ahurissante et renforcent un sentiment d'isolement et de danger à chaque recoin. Mais aussi bien loin de cette atmosphère réfrigérante, le réalisateur montre une partie de la population suédoise dont les moyens ne sont pas faramineux et dont l'attitude reste assez proche de la société moyenne en France. Et c'est en cela que c'est intéressant, plutôt que de proposer de l'action à gogo, on remet le vampire dans un contexte socio-économique et je trouve cette initiative vraiment intéressante. De plus, la liaison entre la jeune Eli et son nourrisseur, qui doit tuer des gens pour fournir la demoiselle en sang est assez forte tout en étant dépourvue de sentiments. C'est fort et beau à la fois.

Les acteurs demeurent aussi relativement excellent. Le jeune comédien qui joue Oskar possède vraiment la t^te de l'emploi et il incarne véritablement cet enfant qui est martyrisé par les autres enfants de l'école. Il joue avec subtilité ce rôle de tête de turc et on a vraiment de la peine pour cet enfant qui semble aussi délaissé par ses parents. On en revient toujours au contexte économique/relationnel. La jeune actrice incarnant Eli est elle aussi bluffante à plus d'un titre. Elle arrive à l'aide son visage à faire passer des émotions très contradictoires, mais avec justesse et talent. Ainsi, elle peut passer de la nonchalance à la fureur à cause de la faim, mais aussi faire plus vieille que son âge. Les personnages secondaires se révèlent moins intéressants, mais il y en quand même qui sortent du lot. Je pense notamment à femme blonde qui entretient une relation conflictuelle avec son homme et qui fini de manière incandescente, ou encore à l'homme avec tous ses chats mais qui est perçu comme le type bizarre de l'immeuble. Bref, le contexte social permet de saisir des gens qui sont assez simples, mais qui finalement se révèlent plutôt ambigus, voir cruels entre eux.

Les effets spéciaux ne sont pas très nombreux dans le film, tout comme les effets gores. Il faut dire que le film ne fait pas dans une surenchère exacerbée d'hémoglobine ou d'effets numériques. Le réalisateur préfère instiller une petite touche de gore, mais qui fait diantrement réaliste. Je pense notamment à la première victime, pendue par les pieds pour pouvoir récolter du sang et dont des jeunes en font la macabre découverte. La scène finale est aussi très forte, montrant la violence incroyable des jeunes entre eux, la cruauté implacable des grands frères qui se prennent pour des caïds face à plus petits qu'eux, mais part dans un pseudo délire gore, comme une intervention divine pour sauver le pauvre Oskar. Certaines scènes sont assez bien foutues comme l'attaque des chats sur une femme infectée ou encore la déliquescence progressive de la jeune vampire quand elle rentre chez Oskar sans que celui-ci l'ai invité à entrer. Car le film respecte tout de même certains codes du vampire, tout en incluant une vision totalement différente.

Au final, Morse (ou Let the right one in) donne un gros coup de pied dans la fourmilière du film vampirique en proposant une vision beaucoup plus sociologique et traitant des relations entre les gens dans une société moyenne. Pas d'effets spéciaux clinquants, pas de gore à gogo, juste une magnifique histoire d'amour entre une vampire qui recherche désespérément l'amour malgré son régime alimentaire et un jeune garçon, humain mais souffrant du même mal d'isolement que la jeune vampire. Un film beau, poétique, onirique et parfois implacable. Morse est résolument l'un des plus grands films que j'ai pu voir, montrant la cruauté enfantine, l'isolement sentimental, et l'histoire d'amour la plus improbable mais surement la plus belle du cinéma. Un film sincère qui mérite un investissement complet. Une merveille.

publié le 23/10/2011 - 19:52

Mon avis

Skindred (Copycat Killer - 63 critiques)
10
 
Le plus beau film de vampires que je connaisse.
publié le 23/07/2011 - 22:51

Pages