Le Mur Invisible

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Lebreihz Lebreihz
I am Legend - 2309 critiques
publié le 30/08/2017 - 23:54

Robinsonne Crusoé des montagnes !

Disons le franchement ce film est un exploit à lui tout seul !

Lequel ? , eh bien faire reposer l'ensemble du film sur une seule actrice , les deux premiers personnages ne sont jamais là que pour l'introduction et leurs rôles ne durent plus de 10 minutes !

L'histoire ?, c'est fort simple ! notre héroïne se retrouve bloquée dans le voisinage de son chalet Autrichien, par un mur invisible !

Pourquoi un mur invisible ?, oui parce que l'on aurait pu imaginer que cet isolement serait du au fait de je ne sais quel effondrement civilisationnel ou écologique ou je ne sais quoi d'autre !

Oui mais voilà il aurait fallut pondre un scénario en conséquence , alors que ce n'est pas le sujet du film !

Car finalement le film est très contemplatif , on fait dans le survivalisme là , notre citadine va devoir réapprendre ou apprendre tout court à vivre avec les saisons , et donc la nature, à mon avis , Piero San giorgio va beaucoup apprécier !

Oui ! en fait dans ce film vous allez apprécier les choses simples , la nature , les animaux , et vous allez apprendre à les respecter !, car votre survie va dépendre d'eux et de votre capacité à anticiper les choses !

Très franchement ça vaut le coup d’œil ne serait-ce que pour les paysages déjà , sans parler de l'actrice principale , époustouflante de crédibilité

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Portrait de Gory Freddy Gory Freddy
I am Legend - 1829 critiques
publié le 15/07/2014 - 19:28
10
 

Magnifique !

Magnifique ! Un film absolument magnifique à tous points de vue.
Déjà formellement, où les images sont tout simplement à couper le souffle. La beauté de chaque plan, l'extrême soin accordé aux cadrages, à la lumière, aux espaces et à leurs couleurs est un émerveillement de chaque instant.

Ensuite, la mise en scène d'une grande élégance, rigoureuse et fluide, totalement habitée par son propos, est une réussite totale.
Le rythme lent ne pose aucun problème, tant il est en totale adéquation avec son histoire et les pensées de son personnage principal.
Rarement on aura vu un film s'insurger aussi profondément dans la psyché de son héroïne, de façon aussi claire, limpide, évidente, presque palpable; sans avoir besoin d'ajouter des explications qui ne seraient que des scories indésirables.
L'interprétation de Martina Gedeck, étourdissante d'émotions et de finesse, est ainsi captée à la perfection par la caméra de Julian Pölsler, au sommet de son Art.

Certains reprocheront au film de ne pas livrer d'explication à l'arrivée soudaine de ce mur invisible.
Il faut qu'ils comprennent que ce n'est pas du tout le propos, que ça n'a que peu d'intérêt en fait. Et que la fin très ouverte, paraissant frustrante n'est en fait que la représentation d'un nouveau départ pour cette femme, qui a déjà accomplit un long chemin vers elle-même.

Le mur est-il une simple invention de sa solitude ? La folie des hommes et leurs individualités forcenées ont-elles fini par créer une barrière physique autour de ceux qui ne se reconnaissent plus dans ce monde ?
On peut imaginer plein de choses. Qu'elle est folle, ou bien plus saine que ceux qui l'entoure et que c'est ce qui l'a isolée...

Le plus important est de comprendre le cheminement intérieur de cette femme, cheminement que nous devrions tous faire à un moment ou un autre de notre vie, si l'on veut y trouver un sens.
Le film parle du rapport aux autres, de la connaissance et compréhension de tout ce qui nous entoure, mais aussi du rapport à soi-même.
Les choses les plus importantes de prime abord peuvent finalement s'avérer bien futiles, et des choses d'apparences insignifiantes devenir une révélation.

L'homme n'est pas fait pour vivre seul, mais il doit expérimenter la solitude pour se comprendre lui-même, pour tout épurer et aller à l'essentiel.
Ce film parle de tolérance, du respect de la nature et de toute forme de vie, et aussi de tout ce qui sépare les hommes: la peur de ce qui leur est étranger.

On parle de Dieu aussi.
Mais nous sommes bien loin des notions naïves et primaires de la plupart des religions où Dieu serait un être unique, décideur et omnipotent; ici Dieu est tout.
Dieu est le monde, la nature, l'univers... et nous-même !
Se rapprocher de Dieu n'est pas devenir individuel à tout prix, mais accepter de faire partie d'un tout cohérent et bienveillant.
Nous devenons une partie de Dieu en nous rapprochant de ce qui nous est étranger, en l'acceptant, et en nous fondant dans une nature que la civilisation nous pousse à renier de plus en plus.

Elle est là la vraie spiritualité, bien loin des inventions humaines destinées à masquer ignorance et obscurantisme.
Et il est là tout le propos du film, bien loin du fait de savoir s'il s'agit d'un complot extra-terrestre ou autres banalités qui n'expliqueraient les choses qu'en surface !
Un très très grand film. Essentiel !!!

Avez-vous apprécié ce commentaire ?