La Route

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Fab-4

Ca prend du temps de mourir de faim...

Fab-4 (Serial Killer - 802 critiques)
9
 

La fin d'un monde comme nos amis dinos on pu la vivre... La nature meurt, la nourriture se fait rare et les hommes tentent de survivre.

L'histoire d'un père et son fils au milieu de l'apocalypse, des cannibales, des chasseurs et de voleurs. Un père qui va, à l'image de ses congénères, se déshumaniser peu à peu pour protéger à tout pris son fils né après l'apparition du chaos.

C'est un film noir et dur. Certainement le film le plus apocalyptique que j'ai pu voir, dû notamment à ce scénario d'anticipation tout à fait réaliste. Un réel enfer psychologique. Le livre dont il est tiré, si le film en est une adaptation fidèle, doit être une sacré oeuvre !

Un film atypique qui souffre de sa lenteur mais celle ci est en adéquation avec le thème. une fin également qui aurait plus être un peu plus étoffée à mon goùut.
Mais je chipote. Sacré film avec de très bons acteurs qui mérite je pense un second visionnage pour en mesurer encore plus la portée. A voir puis à revoir !

publié le 21/08/2015 - 20:16
Portrait de Brainkiller

Survivance!

Brainkiller (Graine de psychopathe - 119 critiques)
10
 
Grosse claque,l'histoire de ce père accroché à son fils (ou l'inverse?) dans une Amérique ravagée. Une histoire qui tient la route, entrecoupés de "flash-back", univers sombres et, "apocalyptiques" de "forets noircies", un père et son fils qui s'accroche dans une vie"très précaire" et, avancent "lentement"... certes, il y à des "longueurs" et des scènes d'actions mémorables dont celle ou ils se retrouvent à l'intérieur d'une maison et, pensant ètre pris au piège,le père se prépare à l'impensable.. note réjouissante tout de mème le "garde manger".. mais,surtout le role "méconnaissable" des acteurs déshumanisés.. viggo Mortensen, robert Duvall.. on pourra toujours regretter le "passage éphémère" de charlize Theron. Le film est "très bon". Film pour comprendre la "déshumanisation" qui peut toucher des êtres qui s'accrochent malgré tout! Du sentiment et de l'émotion authentiques!!!
publié le 29/08/2012 - 14:32
Portrait de Warhammer

La fin de la route...

Warhammer (Serial Killer - 929 critiques)
8
 
Un film d'un pessimisme rare et d'une grande tristesse. Pour ceux qui recherchent une lueur d'espoir pour le futur de l'humanité passez votre chemin,vous n'en trouverez pas dans ce film d'anticipation très sombre et intimiste,où l'on retrouve un père et son fils en quête d'un peu d'humanité dans un monde post-apocalyptique qui en ai quasiment dénué. En effet,dans un monde où la nourriture se fait très rare, le cannibalisme est devenu monnaie courante ce qui nous rappelle que l'homme dans des conditions extrêmes est capable de tout et surtout l’innommable. Difficile de vivre dans ce monde cauchemardesque où la moindre apparition est une menace,le moindre son même le plus insignifiant vire à la paranoïa. Ce film ne plaira pas à tout le monde car s'il n'est jamais réellement ennuyeux,on ne peut pas dire non plus qu'il se passe énormément de choses,de plus le rythme est relativement lancinant aussi il vous faudra plonger corps et âmes dans cette histoire toute en émotion mais qui par instant devient prenante et glauque. La réalisation se veut très réaliste et grisâtre à souhait faites de ruines et de cadavres, ce qui renforcent bien le côté macabre du récit,du beau boulot de la part d'un réalisateur méconnu qui ne le restera pas longtemps c'est certains. Quand à l'interprétation, elle est dominée par la belle performance de Viggo Mortensen très amoindri pour l'occasion. Bref un très beau film qui mérite d’être vu sauf si vous êtes férus d'actions en tous genres,vous serez sûrement déçus.
publié le 14/08/2012 - 14:30
Portrait de Spartanzombie

...

Spartanzombie (Graine de psychopathe - 78 critiques)
10
 
Ce film est l'un des films qui m'a le plus fait ressentir d'émotion, des émotions négatives, pessimistes, dépressif duent au film qui est absolument sans espoir, poignant, déchirant, humain dans l'inhumain ou l'inverse peut être ... J'ai eu plus de difficulté à regarder ce film qu'à regarder Snuff 102, pour vous dire ...
publié le 30/12/2011 - 02:17
Portrait de Dexter

La route de tout les dangers et espoirs

Dexter (Serial Killer - 475 critiques)
8
 
Rendu visuel d'un monde apocalyptique de très bonne facture dans un film assez sombre et sans pitié, dont un casting très alléchant (Viggo Mortensen, Charlize Theron, Robert duvall) veulent tant bien que mal survivre, en s'occupant de ce qu'il peuvent tout en gardant à l'ésprit une certaine civilité, mais face à d'autre personnages ne jurant que par la violence, ces personnages-ci entraînent certaines longueurs durant le film.
publié le 30/11/2010 - 10:18
Portrait de Spalding

A éviter

Spalding (Copycat Killer - 57 critiques)
2
 
Je ne comprend pas les notes et les critiques emphatiques pour ce film. Personnellement, je n'ai absolument pas apprécié et ma copine non plus.

Pourtant je suis plutôt "ouvert" pour ce qui est du cinéma, mais, franchement, il ne se passe quasiment rien dans un film, la relation avec le père et son fils est émouvante si l'on veut, moi je trouve qu'elle est pathétique, naive, ennuyeuse, inintéressante.

Ce film tente maladroitement de nous insuffler un message pseudo-moraliste comme j'en ai horreur au cinéma. Pour résumé, le films explique que l'homme est un loup pour l'homme mais qu'il faut garder confiance en l'humanité (car il reste toujours des gentils.... comme c'est mignon!!!).

Enfin, je tiens simplement à ajouter que le film manque terriblement de rythme. Le père est à moitié malade et handicapé, ce qui fait qu'il ne se déplace qu'en claudiquant lentement, trés lentement...

publié le 30/11/2010 - 09:39
Portrait de Dante_1984

Dieu nous a abandonné

Dante_1984 (I am Legend - 1124 critiques)
10
 
Il y a 10 ans, l’humanité touchait le fond. Personne ne se souvient comment tout cela est arrivé. Les derniers survivants errent dans un monde exsangue. Avant de regarder le film de John Hillcoat, j’ai lu (dévoré serait un terme plus approprié) le roman de Cormac McCarthy. De par un style d’écriture très particulier, le début peut sembler déroutant sur bon nombre d’aspects (l’auteur utilise à outrance les « et » dans ses phrases, néanmoins on s’y fait très rapidement). Petit à petit, on se laisse happer par l’histoire de cet homme et son enfant. Car avant d’être une fresque post-apocalyptique sombre et désespérée, La route décrit avant tout la relation étroite entre deux êtres unis par des liens indéfectibles. Une véritable histoire d’amour entre un père et son fils dépeinte avec toute la retenue et la pudeur qu’un tel exercice requiert. Lorsque je lis, plusieurs sentiments me traversent. En général, il s’agit de curiosité, d’engouement, de surprise, parfois de dégoût face à certaines scènes gores (dixit l’homme maintenu en équilibre par des fils de pêche dans Prédateurs de Maxime Chattam ;), mais je n’ai pas le souvenir d’avoir ressentis de la tristesse à la fin de mes lectures. Une tristesse primitive. A tel point qu’un nœud se forme dans l’estomac pour remonter jusqu’à la gorge. Une empathie certaine pour cet enfant, incarnation de l’innocence, mais également pour ce monde avili par la fourberie de l’homme. Une humanité semblable à une proie que l’on blesse et refuse d’achever pour apaiser ses souffrances. On erre sans le moindre but, sans la perspective d’un avenir ou d’un espoir.

Le film est très fidèle à l’œuvre originale, bien que la vision d’un réalisateur, si juste soit-elle, ne remplacera jamais la précision affûtée des mots de l’écrivain. La route est un voyage aux confins de la civilisation où l’homme s’abandonne dans ses instincts les plus primaires. Un monde dépeint avec un certain pessimisme. Une résilience omniprésente durant le récit. Les vestiges de notre civilisation sont le triste témoin de notre déchéance. Une corruption aussi bien physique que moral où la loi du Talion prévaut. A fortiori, la thématique de la peur s’ancre dans le cœur des protagonistes. Une peur rationnelle de l’autre, de sa véritable nature sous le paraître, et une peur abstraite du lendemain. Bien plus pernicieuse, car latente et indéfectible du propre de l’homme.

En plus d’être un chef d’œuvre de la littérature, La route appartient dorénavant au panthéon des grands films post-apocalyptiques du septième art. La richesse intrinsèque de l’œuvre force le respect. De grands acteurs, une histoire prenante et ô combien émouvante dans un univers en décomposition. En d’autres termes, un pur chef d’œuvre. Si ce n’est déjà fait, je ne saurais trop vous conseiller de lire le livre. Pour les personnes étant allergiques à la lecture, je vous propose un petit spoiler absent du long-métrage d’une scène peu ragoûtante dans le roman. Pour les autres, boulimiques de livres en tout genre, la lecture s’arrête ici pour ne pas vous gâcher la « surprise ».

Scène manquante au film (spoiler du roman) : Après avoir fuis le garde-manger, l’homme et l’enfant se trouvent dans la forêt. Des cannibales semblent suivre leur trace. Parvenant à se cacher in extremis, ils laissent les barbares continuer leur chemin (deux hommes et une femme enceinte). La nuit tombée, ils bivouaquent. Le lendemain, ne s’étant pas aperçu de la présence de l’homme et l’enfant à proximité de leur campement, ils poursuivent leur chemin en délaissant les braises, encore fumantes, de leur petit déjeuner. L’homme s’assure d’une sécurité somme toute relative et s’approche du feu. Lorsqu’il voit les restes du menu de ces individus, un malaise l’envahit. Il s’enfuit avec son fils sans se retourner. Que contenait ce menu ? Le fœtus de la femme qui avait accouché pendant la nuit.

publié le 31/05/2010 - 23:07
Portrait de Scarecrow

Touchant , noir , sombre , triste

Scarecrow (America's Most Wanted - 302 critiques)
10
 
Ce sont les bons mots pour resumer le film.. Tres sincerement, je m'attendais pas à cela. Lorsque le film se termine , on a encore du mal à realiser.. C'est un film tres sombre , et asser negatif il faut le dire . Que se soit les decors , l'ambiance , les dialogues, l'histoire, tout est bien noir . On a meme le droit à une scene bien glauque , la " cave " de la maison.. Mortensen joue son role parfaitement , cest tres destabilisant . Pour ma part se qui ma scotché cest le decor , j'ai rarement vu cela.. Serieusement . On reste marqué c'est sur . Un tres tres beau film
publié le 22/05/2010 - 20:22
Portrait de Alol7

Très sombre !!

Alol7 (America's Most Wanted - 505 critiques)
10
 
Un film magnifique !!

La route est un film parfaitement bien réalisé.Le film se montre très sombre que ça soit sur le décor, que sur les dialogues (les personnages parlent beaucoup de la mort: il y a le verbe mourir répété à plusieurs reprises et l'idée de suicide). La relation Père/Fils est vraiment très forte et réaliste, où le père apprend à son fils pas mal de choses sur la vie.

De plus, le film a une grosse tension à certains passage, lorsque les personnages sont très proches du danger (on stresse pour eux). Et le danger, ce sont tous simplement les humains; là aussi c'est un côté sombre du film : cette barbarie et sauvagerie humaine.

Il y a deux passages où je me suis retrouvé un peu embarrassé :comme par exemple, le noir où je me suis posé la question s'il méritait vraiment ça malgré ce qu'il a fait ou le vieillard si "nos" deux personnages auraient dû aller avec lui; donc cela montre que les humains sont vraiment désorientés (veut dire aussi : ne pas faire la différence entre le bien et le mal) et qui perdent la tête ( la sauvagerie des humains). Dans l'ensemble, le film possède très peu d'action mais malgré cela on ne s'ennuie pas une seconde.

La route est donc un film brillant qui méritait de passer plus aperçu car il possède beaucoup de qualités dans la réalisation et dans la prestation des deux acteurs principaux.

publié le 05/05/2010 - 16:32
Portrait de Lebreihz

Sur la route toute la sainte journée

Lebreihz (I am Legend - 2309 critiques)
10
 
Quoique en fait, ce n'est pas saint toute cette histoire !, tant le film est sombre. des post- nukes certes , c'est pas nouveau, un des premiers du genre est "Mad max", on pourrait aussi citer "maléville", ou même "the myst", car il comporte des similitudes avec ce film. Ce qui est particulier dans ce film c'est que le réalisateur ne s'étend pas sur les causes de la situation, il nous plonge directement au coeur de l'action, et nous faisant nous demander : "et maintenant que va t-il se passer ?". Car en fait toute l'histoire est centré sur ce père et son fils qui brutalement sont ramenés au besoin le plus primaire de l'être humain, c'est à dire survivre. On pourrait se dire que l'on va s'ennuyer un peu, que le film va manquer de scénario, eh bien non pas du tout. Et ceci grace au subtil jeu des acteurs et aux nombreux flash-back intelligement dispensés ça et là. Alors, un film à voir ?, oui très certainement, car très bien mené.
publié le 25/04/2010 - 22:29

Pages