The Beast

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de LeWolfer LeWolfer
Graine de psychopathe - 89 critiques
publié le 19/08/2015 - 18:22
1
 

Les Dents de la Mer... sans les Dents

Spielberg avait dégagé tous les aspects pesants et/ou inutiles du bouquin pour en tirer un film devenu à juste titre culte.
White a voulu péter plus haut que le cul du maître, et a donc transposé l'intégralité d'une autre des oeuvres de Benchley sur le thème de la méchante bêbête qui tue dans l'eau. Pas d'bol, Benchley est un auteur plutôt moyen, souvent manichéen, très souvent simpliste quant aux sentiments et motivations humaines, et carrément incapable de se renouveler.
Du coup, le scénario est une copie carbone de celui de Jaws, étalé sur pas loin de 3 plombes. Les rares différences ne servent qu'à permettre de glisser une amourette convenue et bon nombre de dialogues n'ayant d'autre fonction que d'atteindre les 2x80 minutes du format.
Les personnages sont les mêmes, en moins bien interprétés. Le seul acteur pas trop mauvais est celui qui reprend le rôle du marin limite pirate moderne (Robert Shaw dans l'original), mais, malheureusement pour lui le scénar ne l'aide pas à arriver à la cheville de son prédécesseur.
Côté fx, c'est comme d'hab. On autorise le spectateur à pioncer pendant 1/3 du métrage, puis on lui montre très rapidement des petits bouts du streum (de nuit, histoire que leur côté caoutchouc se voit un peu moins), puis une bestiole entière totalement inerte (j'exagère pas : le bestiau est cané), et enfin, dans les dernières minutes, quelque passages 100% synthèse mal fichus/intégrés et deux-trois gros plans ridicules . Et si vous êtes amateur de gore, passez votre chemin. Déjà, le découpage débile (mais habituel) du genre décrétant que le jour est réservé aux papotages et la nuit aux massacrages fait qu'on ne voit aucune giclée d'hémoglobine. De plus, l'incroyable acidité de l'eau américaine fait qu'il suffit d'y tomber pour que le caméraman soit pris de nausée et oriente son objectif ailleurs, considérant le personnage d'ores et déjà perdu.

Résultat : un long téléfilm mettant en scène des personnages d'un classicisme soporifique aux prises avec un calamar en caoutchouc. J'irai pas jusqu'à dire que c'est pour tous public, mais j'ai vu des scènes plus violentes dans Dragon Ball.

Dariofulcio13
Graine de psychopathe - 142 critiques
publié le 21/07/2010 - 21:05
8
 

Les ventouses de la mer

Adapté d'un roman de Peter Benchley (lui même auteur des DENTS DE LA MER), THE BEAST (LA BÊTE sur les chaînes hertziennes) a beau être un téléfilm de plus de trois heures, il n'en reste pas moins l'un des meilleurs rip-off du film de Steven Spielberg, et sûrement le meilleur film de genre mettant en scène un calamar géant!

Fort d'un casting charismatique et attachant (comprenant notamment William "Les Experts" Petersen), le scénario oscille entre drames humains pour une fois peu barbants (rapports de force, deuils en série...) et attaques très énervées de la créature revancharde (baigneurs croqués, navires déchiquettés...).

Les séquences de terreur sont ainsi très efficaces, bien que peu violentes à proprement parler, jouant sur un suspense de bon niveau et bénéficiant de trucages vraiment épatants ....Exit les habituels CGI foireux, place à des maquettes repoussantes et visqueuses à souhait rappellant avec bonheur 20 000 LIEUX SOUS LES MERS avec Kirk Douglas! Jamais céphalopode tueur n'aura été aussi repoussant et crédible à l'écran (le risible TENTACULES de Assonitis peut en prendre de la graîne tout les inombrables avatars du même acabit)

Réalisé avec soin, souvent spectaculaire et généreux, THE BEAST assure avec une grande réussite son statut de série B divertissante de samedi soir. Hormis un manque flagrant d'originalité (c'est un ersatz de JAWS avec une pieuvre à la place du requin), le film vaut assurément le détour pour tous les amateurs du genre.

Vous souhaitez soutenir Horreur.net ? N'hésitez pas à faire un don, même symbolique, sur Tipee.

Thématiques

Les clowns tueurs au cinéma