Le Livre d'Eli

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Brainkiller

La "foi" comme remède au chaos!

Brainkiller (Graine de psychopathe - 119 critiques)
4
 
Sorte d'itinérant dans un monde dévasté poursuivant une sorte de voyage pleins de risques. L'image est belle mais le scénario laisse à désirer. De la violence mais ça pèche par moment... on est bien loin du rendu "visuel" de "la route" , du ressenti de la faim ou de la soif... Et, bien sur, notre "héros" se prend une balle et se relève, poussé par je ne sais quoi? Le film au final se perd, alorsqu'on avait les "ingrédients" pour faire quelque chose de bien! Dommage...
publié le 22/06/2013 - 18:11
Portrait de Lebreihz

Un livre pour les gouverner tous

Lebreihz (I am Legend - 2309 critiques)
8
 
Un post-nuck ?, oui il en a tout les caractéristiques. Certes il y a "mad max" un des plus connu, et encore, plutôt le deuxième volet. Je pense également à "sur la route", et bien d'autres comme le méconnu "postman". Mais je pense que le film auquel ce film est le plus comparable est "sur la route". Alors certe le réalisateur oriente son film vers un aspect mystico-religieux très marqué. Et je remarque que dans un des précedents commentaires un membres s'offusque car le film semble justifier le meurtre de la part du héro du film, au nom de Dieu, pourquoi ?, on à l'impression en effet que notre homme est le nouveau Messie. Sauf que certes, ce n'est pas lui qui tend la joue gauche quand on lui gifle la joue droite !, mais il n'est pas non plus présenté comme un fanatique religieux, et est plutôt du genre à éviter tant qu'il peut les conflits. On nous présente un monde dans lequel il n'y a ni règles, ni lois, ni organisation, ni civilisation. L'enjeu ne semble pas être le pétrole comme dans "Mad Max" (ce qui correspondait peut-être à l'époque de la réalisation du film à une crainte de la rupture d'approvisionement, qui sait !), içi c'est l'eau. Alors notre homme parcour le pays vers l'ouest, et arive un jour dans une ville dirigée par un despote, dont le seul mode de gouvernement est la tyrannie. Là Eli se heurte aux sbires degenerés du tyran. C'est là que c'est interessant car le film semble mettre en lumière la quête de ce tyran d'un livre-avec-une croix-dessus, tout le monde a compris de quoi il s'agit !, qui lui permettre d'asseoir son pouvoir !. Car voyez-vous nos sommes dans un monde de barbarie extreme ou l'homme a régressé au stade du cannibalisme (que l'on repere a cause du tremblement des mains, tout a fait véridique , car c'est de ces symdrome que sont atteint les tibus cannibales de nouvelle-guiné), même la culture a disparu, on a fait une sorte de "reset" sur la mémoire collective de l'humanité. Et curieusement on déja vecu ce genre de chose en Europe dans les années 300-400 de notre ère qui vit l'effondrement de l'empire Romain et le déferlement des troupes "barbares" sur l'europe. Et qu'es-ce qui permis aux hommes de ce civiliser à nouveau ?, de retrouver une ligne de conduite dans ce qui était alors le Haut-moyen-âge, c'est la bible (certes Dorian Gray, prof d'histoire, qui ne fréquente plus ce site ne sera pas d'accord avec moi, et va me rétorquer que les Romains avant leur chute étaient déja christianisé).L Et là c'est pareil, notre tyran sait très bien que son pouvoir ne repose sur rien, et qu'en cas de faiblesse il le perd très vite (c'est ce qui va finir par lui arriver). Ca rappelle la citation de Calligula "Qu'importe qu'il me haïssent pourvu qu'il me craigne" (sauf que un beau jour on a fini par ne plus le craindre). Et justement on est en droit de se demander qu'est ce qui justifie le pourvoir des dirigeants de notre pays pour lequels nous votons ?....Eh bien la confiance que nous avons en eux, et leur sens supposé de l'éthique et de la déontologie, figurez-vous !. Donc, pour revenir au film il faut au tyran un socle à son pouvoir pour les gouverner tous. Et là il ya une intense réflexion sur ce qu'est la civilisation, et quand commence-t-elle ?, avec la mise en place d'une autorité legitimé pardi !. A votre avis que fait Hammurabi à Babylone il ya 1700 ans, il établi Le Code de Hammurabi, ainsi c'est la fin du oeil pour oeil dent pour dent,ç'est pour ça que l'homme invente les religions, pour edicter des règles par le biais de métaphores, on sort de la tyrannie (qui est la première forme de gouvernement de "civilisation") pour déja évoluer vers quelque chose de plus évolué, car la socièté elle aussi évolue. Question !, qu'est ce qui remplacera un jour la démocratie ?. Finalement les exemple en référence à des livres de pouvoirs (un peu comme un certain anneau en fait) sont nombreux dans l'histoire, que fait un petit homme brun à petite moustache il ya 80 ans ? Il écrit un livre qui fait un énorme tabac (ne l'oublions pas ça), dans lequel il expose et justifie ses idées racistes, ou encore que fait un leader communiste il ya 50 ans ?, il écrit un livre rouge (qui presque aussi diffusé que la bible). Alors faut-il voir la-dedans une couche de bondieuserie de la part du réalisateur qui serait éventuellement sous l'influence d'extremiste ? Pas forcément, car un moment on apprend que la guerre Nucléaire à pour cause justement......la bible !Alors certe le film tombe parfois dans le stéreotypé, comme le très méchant tyran de la ville interperté par Gary Oldman (une habitude chez lui), ça un coté Western pas forcément très bien maîtrisé, une course-poursuite dans le désert. Et cette arrivée carrément incroyable, dans cette maison intacte perdue au milieu du désert nucléaire, sans parler du couple très sympathique d'habitant civilisés...en apparence (enore une réflexion sur la notion de barbarie, et de civilisation) !. Certes il ya de l'idée, quand au dénouement, Eli ramasse une balle de gros calibre a un metre de distance mais poursuit son chemin (on se dit qu'il avait une astuce à la clint eastwood dans "Pour une poignée de dollars"), en fait c'est la foi qui lui permet de poursuivre sa mission. Pour arriver dans un endroit censer représenter le monde civilisé et la liberté dans ironie !une prison !.Mais là encore une fois,ce que je reproche au film c'est, voilà la bible et le sauvetage du monde ont lieu aux états-unis !. Donc c'est bien ça ? la bible a été conçu aux etats-unis ! (ou dans les fait on ne sait pas), le chist était Américains...je sais que les Américains considère (encore aujourd'hui, comme les pères fondateurs en 1620) que les états-unis sont le royaume de Dieu, mais tout de même.
publié le 13/04/2013 - 22:32

Beau mais puant

EvilAlien666 (Copycat Killer - 45 critiques)
2
 
J'apprécie plutôt les frères Hugues en général mais ce film est tout simplement puant. Je ne parle pas de réalisation qui est assez classe mais du fond du film. Le héros tue à tout va au nom de la bible... C'est pour le bien des pauvres apparemment! Ils ne font pas cela aussi dans la vrai vie les américains?? A éviter.
publié le 26/05/2011 - 23:04

Le Mad Max des années 2000

Captain Nono (America's Most Wanted - 327 critiques)
8
 
Impossible de ne pas évoquer Mad Max devant le spectacle offert par les frères Hughes, et ce "pélerinage" d'Eli à travers les étendues désolées d'une Amérique post-apocalyptique. Les deux héros solitaires partagent en effet nombre de points communs, à la différence que Max a opté pour le bolide et le canon scié, quand Eli préfère se traîner à pattes et manier le katana ...

Comme dans "The Road", sorti peu de temps après, la nature précise du cataclysme à l'origine de cet avenir incertain, dans lequel l'humanité a été ramenée aux frontières de la civilisation, ne nous est pas explicitement dévoilée. Cependant, les imposants cratères parsemant le désert attestent de ce qui a sûrement été une guerre nucléaire, ce qui expliquerait les irréversibles dommages causés à la couche d'ozone, et cette fameuse lumière vive propre au film. Il faut dire que le rendu visuel impose le respect, et constitue l'une des principales qualités du métrage, avec l'excellente prestation de Denzel Washington, impeccable et toujours aussi charismatique !

Fortement inspiré par l'univers des westerns, et à un degré moindre par celui des mangas, le film se révèle très axé sur l'action, avec des gunfights burnées, des combats violents, et une mise en scène parfaitement au diapason. Eli accumule les cadavres, au grand dam de Carnegie, le grand méchant de service, ici interprété par un Gary Oldman loin d'être inoubliable. Ma plus grande déception du film, connaissant le talent du bonhomme pour interpréter les bad-guys. A ses côtés, Ray Stevenson lui vole presque la vedette, c'est dire ...

Je reste tout de même dubitatif quant à l'importance supposée du fameux livre d'Eli, tant convoité par Carnegie et par d'autres renégats avides de pouvoir. Le suspense quant à sa véritable nature s'avère d'ailleurs quasiment factice, tant cette dernière saute aux yeux dès les premières minutes. Le message du film véhicule ainsi une sorte de prosélytisme auquel je n'adhère pas vraiment, et que je trouve un peu surfait pour le coup ... Rien de bien méchant cependant, avec un final à San Francisco plutôt réussi.

Bref, "The Book of Eli" s'impose comme une réussite esthétique, et remporte les suffrages grâce à son atmosphère post-apocalyptique travaillée et à la performance de son acteur principal. Pour le reste, chacun se fera sa propre opinion en fonction de sa sensibilité ...

publié le 25/02/2011 - 20:38
Portrait de Goodmad

In the name of god

Goodmad (Serial Killer - 874 critiques)
10
 
Le nouveau mad max? je ne pourez pas répondre pas répondre à cet question mais je peu dire que Le livre d'Eli est un film sous-éstimé et que peut de personne on cromprit le vrai sens de ce film. Car non, Le livre d'Eli n'est pas un film d'action, non il n'est pas un film de post-apocalyptique comme les autres. C'est un film sur la religion, sans etre "la religion c'est bien, point barre" ni "la religion c'est mal, et en plus c'est de la connerie", Le livre d'Eli montre les cotés positifs et négatifs de la religion, un juste milieu, donc un très bon point.

Les scènes d'action sont visuellement très beau, je pense surtout à l'attaque de la petite maison, qu'es que c'est bien filmé putai de m****e!! Les acteurs sont très bons et croient en leurs rôle, je retiendrai surtout Gary Oldman qui n'as pas joué un rôle de méchant (enfin méchant c'est vite dit) depuis un sacré bout de temps, donc ca fait un bien fou!! La réalisation est exemplaire! Un film à découvrir et à ne pas prendre comme un film d'action bete et méchant.

publié le 16/01/2011 - 01:31
Portrait de Cypher

Le cul-béni de l’apocalypse

Cypher (Copycat Killer - 26 critiques)
2
 
Dans un univers ravagé, on assiste au voyage d’un homme qui pense être guidé par dieu pour apporter la dernière bible de l’humanité à l’ultime bastion de la civilisation. Il traverse une ville dirigée d’une main de fer par un homme qui veut s’approprier cet ouvrage dogmatique pour vérifier l’adage selon lequel "la religion est l’opium du peuple" ; il souhaite donc obtenir la bible et utiliser la force théologique de ses textes pour asservir l’esprit du peuple.

Le scénario est donc plutôt efficace, l’univers post-apocalyptique est parfaitement bien rendu (l’image est tout bonnement sublime), les acteurs sont excellents (Gary Oldman en tête, avec un rôle de méchant charismatique ; un Denzel Washington très bon aussi dans son rôle d’Eli), les combats sont épiques et bénéficient d’une chorégraphie soignée… Juste un détail gênant : la crosse du fusil porté dans le dos devrait pointer vers l’arrière et non vers l’avant pour une prise en main immédiate en cas de nécessité de dégainer très vite.

Bref, tout ou presque semble parfait, et le film mériterait sur la forme un bon 10/10. Le fond, en revanche, vaudrait une note négative tant il est douteux : au lieu de profiter de l’holocauste solaire pour se débarrasser du poison de la religion, Eli va s’évertuer à préserver les écrits bibliques pour les faire figurer parmi les encyclopédies et les œuvres philosophiques (alors même que les survivants de l’apocalypse avaient eu la bonne idée de les brûler car ils leur imputaient la responsabilité des guerres ayant conduit à la fin du monde et de polluer la civilisation). Je ne suis pas contre l’idée de faire d’un fanatique religieux le personnage principal d’un récit ; mais de présenter sa quête sous un angle positif et salutaire me semble plus que contestable.

Un dernier point qui rend cet individu particulièrement antipathique à mes yeux : sa fâcheuse tendance à maltraiter les chats. Pour conclure, je dirai que Le livre d’Eli est un film totalement réussi sur le plan visuel, mais qui véhicule un message nauséabond (comme dans Les fils de l’homme).

publié le 09/06/2010 - 13:57
Portrait de Dante_1984

Le livre de l'espoir

Dante_1984 (I am Legend - 1124 critiques)
10
 
Dans un univers post-apocalyptique, un homme solitaire arpente ce qui reste des Etats-Unis en direction de l’Ouest. Il transporte un livre attisant les convoitises d’un groupe de renégats prêts à tous les sacrifices pour se le procurer. Il aura fallu attendre près de 9 ans pour que Les Frères Hughes nous gratifient d’un nouveau long-métrage. Après le superbe et ténébreux From hell, les deux réalisateurs s’attaquent au mythe post-apocalyptique menaçant notre civilisation. 9 longues années auront été nécessaires pour obtenir un véritable chef d’œuvre du septième art. Le livre d’Eli est avant une expérience visuelle et sensorielle hors-norme. Doté d’une photographie tout simplement hallucinante, la réalisation jouit d’une maîtrise palpable. La sobriété demeure au service de l’efficacité. Certains plans confèrent au génie. Des tableaux, œuvre d’art à part entière, où la désolation éblouit par sa prestance dans un maelström de clair-obscure splendide. Le chaos n’a jamais été aussi magnifique. Loin de l’esbroufe des blockbusters américains, on ressent une réelle identité dans ce film. Le budget magnifie la vision des deux frères. Il est des productions où l’on se demande où a bien pu passer l’argent (Speed racer). Il est des productions où l’on aperçoit le résultat dès les premières secondes. Le livre d’Eli fait partie de cette dernière catégorie. Non satisfait de conférer à leur œuvre une esthétique parfaite, les deux cinéastes parviennent à envoûter le public par le biais d’une histoire prenante. Peut-être un trop manichéenne sur certains aspects, il n’en reste pas moins qu’elle porte une réflexion singulière sur les croyances de part le monde tout en s’attachant à démontrer qu’un simple livre peut diviser ou rassembler les foules. Le livre est un vecteur de croyances incarnant la lueur d’espoir d’une humanité avilie. En conclusion, Le livre d’Eli est un film fort. Beau, intelligent, sobre et d’une profondeur peu commune, un film magnifique et fascinant. Par la même occasion, il pourrait s’avérer un excellent complément à La route. Ce dernier jouant sur les rapports humains dans un univers profondément nihilistes. Le livre d’Eli incarne une lueur d’espoir un peu plus optimiste dans l’agonie de notre civilisation.
publié le 31/05/2010 - 23:14

Bon film

Seifer (America's Most Wanted - 642 critiques)
10
 
Vue hier j'ai adoré grave, de tres bons acteurs. le film a une tres bonne ambiance, y a un peu de sang. bref, de l'action, tout ce qu'il faut pour passer un bon moment un film genre a la mad max.
publié le 14/03/2010 - 10:06
Portrait de Sardaukar

Un film à interdire…

Sardaukar (America's Most Wanted - 318 critiques)
6
 
… aux chats. Trop violents pour eux ! En effet, ici, ils ne sont pas épargnés.

Sinon que dire sur ce métrage? Le problème n’étant pas dans l’image, l’interprétation ou même le scénario, mais dans le sujet : « La religion ». Epoques différentes, opium différent… Le pétrole de Mad Max est remplacé ici par le mysticisme ou plutôt la foi. Certains adhéreront, d’autres pourront passez outre pour ne voir que le film. Les autres seront révulsés par le trop plein de préchi-précha… le risque avec un tel sujet.

Ceci mis à part et hormis le « twist » de fin, ce film reste sobrement classique et très politiquement correct. Vous n’y trouverez rien de choquant, ni dans les propos, ni dans les scènes d’actions savamment mise en scènes. Notre époque n’est pas celle de Mad Max, ici on ne cherche pas la controverse. On ne dénonce pas vraiment et on n’invente rien.

Et pour ceux qui pourront regretter que ce film ne semble prêcher que pour une seule foi… un court plan, vers la fin, rappel subrepticement les autres livres saints (Mais pas d’Eli).

Bref, ce film très moyen, n’est pas le nouveau Mad Max et n’a rien de révolutionnaire. Une déception en soi…

publié le 14/03/2010 - 06:24
Portrait de Punisher84

Au nom du père.

Punisher84 (I am Legend - 1390 critiques)
10
 
Seulement 4 films en 17 ans de carrière. Voilà à quoi ce résume le parcours des frères Hughes depuis MENACE II SOCIETY, mémorable film de banlieue. Le ghetto, l’après Vietnam et Jack l’éventreur. Autant dire qu’on ne les attendait pas dans un film de science-fiction post-apocalyptique ! Surtout si celui-ci a pour toile de fond La Sainte Bible et Dieu en personne. Avant toute chose, il y a bien évidemment un message qu’essaient de faire passer les réalisateurs. Qu’elle est-il ? A chacun de le découvrir pour se faire sa propre idée. Mais il est un fait certain qu’il faut être un tant soit peu ouvert d’esprit quant à Dieu et tout ce qui l’entoure pour réellement aller plus loin que le film en lui-même. Une fois ce point assimilé alors seulement l’on peut apercevoir de l’incroyable force intérieure du LIVRE D’ELI. Si tel n’est pas le cas, le film passera dans votre esprit comme un blockbuster bien fait mais dont le sens est ridicule et dénué de raison. J’ai dépassé cette raison « humaine » pour voir plus loin. En allant voir le long-métrage, je savais plus ou moins à quoi m’attendre. Mais pas à ce point et encore moins de cette manière. Je connais le sujet et c’est ce qui m’a permis de voir plus loin que les simples d’esprits qui osèrent traiter de ridicule un film qui va beaucoup plus loin qu’un certains et surestimé AVATAR. Le scénario de l’inconnu Gary Whitta supplante sans problème celui, léger, de James Cameron. Le sujet est amplement plus difficile à aborder mais le véritable noyau de l’histoire ne se développe qu’en milieu de parcours. Car avant ça il est un plaisir non dénué de mystère de découvrir le personnage d’Eli. Toujours incroyablement interprété par un Denzel Washington en état de grâce, il est quand même difficile pour le spectateur lambda de s’attacher à lui. Et je le comprends car comme écris ci-dessus, il faut d’abord avoir le cœur ouvert pour vraiment aller plus loin. Si non, l’on aimera que moyennement voir presque pas du tout un personnage qui pourtant est on ne peu plus « précieux ». Une sorte de road-movie mystique qui n’oublie pas d’être réaliste sans tomber dans les clichés religieux. Car beaucoup s’y sont cassé les dents en surlignant de manière trop grossière ce qu’il voulait faire passer. Ce film traite d’un sujet casse-tête mais n’est pas une propagande pour autant. Car il n’y a pas que les catholiques qui utilisent les saintes écritures ! Encore une fois, il faut voir plus loin. Et puis ne surtout pas bouder son plaisir de cinéphile en passant à coté d’un film techniquement magistrale. Qui en plus, et c’est maintenant un euphémisme pour les frères Hughes, recèle en son sein des séquences qui frisent les portes du ciel. L’attaque de la maison de George par Carnegie, par exemple. Et puis cela n’aurait pas été aussi bon sans le travail de Don Burgess. Le « cinematographer » du beau mais moyen TERMINATOR 3. Et quel casting ! Pas la peine de tergiverser plus longtemps sur le comédien principal mais soulignons les excellentes interprétations des seconds rôles et en particulier le méchamment détestable Gary Oldman. Qui nous offre, et excusez moi du peu, l’une de ses plus belles prestations. J’avais peur que le visage de Mila Kunis ne passe pas à l’écran mais à l’instar de comédiens comme Léonardo Dicaprio, elle se bonifie avec l’âge. De THAT 70 SHOW et AMERICAN PSYCHO 2 jusqu’au LIVRE D’ELI, il y a quand même un sacré gouffre ! Et pour ce qui concerne la comparaison avec le tout aussi excellent THE ROAD, je pense que les deux sont trop différents dans le fond pour pouvoir les comparer. L’un n’est pas vraiment meilleur que l’autre, ils sont justes plus différent que ce l’on pense. Au même titre que John Carpenter et Rob Zombie pour leurs versions d’Halloween. En définitive, le LIVRE D’ELI est un film très fort et difficilement abordable qui en grande partie révolutionne la vision du monde apocalyptique au cinéma. En espérant que celui-ci puisse être un tremplin pour le maximum de gens n’ayant pas trouvé le « vrai » but de la vie. Amen !
publié le 24/02/2010 - 18:23

Pages

Derniers commentaires