Confession d'un Cannibale

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Pffff

Mon avis

Pffff (Graine de psychopathe - 87 critiques)
6
 
Plus un thriller psychologique qu'un film d'horreur, ce film a le mérite de mettre en scène l'une des histoires vraies les plus barge de tous les temps . Un homme envoie une annonce sur internet demandant si quelqu'un voudrait se faire manger par lui, pas sérieux s'abstenir qu'il précise. Ce fait divers s'est passé en Allemagne en 2001. Le film nous montre une journaliste américaine qui part en Allemagne sur le lieu du crime, la maison de leur enfance et comprendre ce qui c'est passé dans leur vie pour en arrivé là et mettre la main sur la vidéo car oui, ils ont tout filmé. Le cannibale qui a pris perpétuité pour ce crime avait vraiment un souci étant petit et a laissé exploser ses pulsions à la mort de sa mère . Celui qui décide de se faire manger lui n'a jamais accepté son homosexualité et décide de se faire bouffer sa queue en premier pour se libérer de l'objet du mal et de se donner tout entier a l'autre en étant entièrement EN lui. Une lenteur du métrage est nécessaire pour bien montrer dans quelle folie les 2 protagonistes sont enfermés. Bref, le film montre la psychologie de ces 2 personnages et démontre une fois de plus que la réalité à encore dépassé la fiction.
publié le 15/03/2014 - 12:18
Portrait de Seblechien

Bonne surprise venue d' Allemagne

Seblechien (America's Most Wanted - 271 critiques)
8
 
Un bon petit film bien ficelé, tiré d'une histoire vraie tourné à la documentaire. A travers les yeux d'une étudiante américaine qui se rend en Allemagne pour s'imprégner de la vie d'un cannibale et de sa victime. L'un étant désireux de manger un homme et l' autre de servir de casse croute! On découvre l'enfance de nos 2 psychopathes, puis leur jeunesse et leur entrer dans l' age adulte pendant une bonne moitié du film. Puis leur rencontre sur internet et enfin leur dîner aux chandelles, entrecoupé de scènes avec notre belle étudiante.

Un film bien glauque, super bien tourné avec des acteurs plus que crédible. Ou on en fait ni trop, ni trop peu. On sent bien que le réalisateur ne cherche pas a nous en mettre plein la vue en gonflant le cénar, il se contente des faits. Ce qui rend son film un tout petit peu mou (pour la critique négative) On nous a épargné les détails sanglants, ce qui colle bien dans l' ambiance du film. UN très bon film quand même venu d'Allemagne qui mérite bien un 8/10

publié le 10/07/2011 - 15:16
Portrait de Satyr

La folie de l'homme

Satyr (America's Most Wanted - 494 critiques)
10
 
Katie Armstrong est fascinée par le cannibalisme, et en particulier par l’affaire Oliver Hartwin, qui a dévoré un homme, consentant, suite à une petite annonce passée sur le net. Dans le cadre de sa thèse, elle approfondit ses recherches, voulant en savoir toujours plus sur ce fait divers sordide... Mais sa quête se transforme bientôt en obsession. Les histoires de cannibales sont toujours intéressantes encore faut il en faire bon usage par une réalisation sobre et efficace, et Confession d'un cannibale se révèle être aussi fascinant que malsain. Fascinant dans le sens où tout ce que l'on nous dévoile au fer et à mesure prend des proportions considérables et inimaginables où chacun des deux protagonistes principaux finissent par se rencontrer suite à une annonce passée pour le moins "spéciale". Retraçant le parcours de Oliver Hartwin et Simon Grombeck où peu à peu on apprend plus de la véritable personnalité de chacun, le film verse dans une horreur plus psychologique que de l'horreur pure, en suggérant les quelques scènes de cannibalisme, avec cris horribles, expressions du visages livides, où malgré tout il faut avoir le coeur bien accroché. Malsain dans le jeu des personnages justement, cette envie, ce but ultime pour l'un de manger l'autre et l'autre de se faire manger, tout ce petit jeu auparavant mis en place est très pervers, dérangeant et choquant à plus d'un titre. Les acteurs sont très impliqués et le résultat est hypnotisant, dans le sens où dès l'instant que l'on prend part à la démarche de chacun on se sent obligé d'aller au bout. Le tout renforcé par une mise en scène abondante et une photographie dans le ton du sujet, qui rend le climat constamment lugubre et oppressant. Pour conclure, je n'aurai qu'un seul mot qui définit à lui seul ce film, Folie...
publié le 22/04/2011 - 11:03

Derniers commentaires