The Green Hornet

7.1/10
The Green Hornet

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Lebreihz Lebreihz
I am Legend - 2308 critiques
publié le 22/11/2013 - 23:51
8
 

Un frelon qui ne pique pas beaucoup

Alors, c'est marrant, ce film m'a très vite fait penser au film avec Bruce Lee, et pour cause c'est un remake, oui mais moi je ne le savais pas. C'est un super-héro, oui certes, mais involontaire. Le réalisateur nous présente un fils à papa je-m'en-foutiste, indolent (voyez, la mort de son père ne le touche pas). Et c'est par hasard qu'il se lie "d'amitié", avec son préparateur de café attitré. Et c'est encore plus pas hasard que nos 2 confrères mettent hors d'état de nuire des voyous, et sauvent un couple, tout en décapitant la statue du papa tant détesté. Et là, un personnage est né....par hasard. Certes, il y a une critique assez féroce de la société de l'information, de la presse en autre qui parle dans ses quotidiens ce dont elle veut bien parler. Nos 2 compères luttent contre le crime, et surtout contre le parrain qui tient la ville, sauf que ça va mener au désastre, d’autant que l'amitié entre notre fils à papa est ambiguë, l'autre reste tout de même son employé. J'aime bien à un moment leur explication musclée, ça rappelle un peu une scène de "rive droite rive gauche". Sympa, sauf jusqu'a un certain point de loufoquerie. ATTENTION SPOLIER les liens entre la pègre et le proc, ouai !, mais bon le grand chef de la justice ne traite pas avec le grand chef des voyous, comme ça d'une manière aussi provocante c'est archi-caricatural FIN SPOLIER, et puis décidément les gars au state sont naïf, ils ne réfléchissent pas à leur déclaration, car apparament l’enregistrement audio à votre insu sert de preuve dans ce pays (pas En France normalement). Et que dire de la poursuite finale, "to mutch " a mon sens.
Portrait de Sylvanhor Sylvanhor
Graine de psychopathe - 242 critiques
publié le 05/01/2012 - 20:51
8
 

Oui j'avoue

L'humour stupide de ce film a fait mouche chez moi ! Les loosers formidables, c'est mon truc. Alors je sais on a déjà vu ça 100 fois. Mais dans Green Hornet, j'ai trouvé sympa que l'on arrive à me faire passer d'un sentiment à un autre vis à vis du gosse de riche en l'espace d'1H40 de film. En effet, particulièrement antipathique, le fils-de nous semble de plus en plus sympathique au fur et à mesure qu'avance l'histoire déjantée de ce film pop-corn que je n'attendais pas au tournant. Une bonne surprise en sorte. Et puis Christoph Walz, même s'il cabotine un peu, j'adore !
Portrait de Warhammer Warhammer
I am Legend - 1058 critiques
publié le 05/01/2012 - 14:34
6
 

Un frelon qui manque de piquant

Sympa ce film c'est certain, mais il ne laissera pas un souvenir imperissable je le crains. Quand on confie l'écriture du film à seth rogen (ainsi que le premier rôle), un spécialiste de l'humour potache alors forcément le film par moment tombe un peu trop dans ce genre là. Après, on sourit parfois et ce n'est pas un mal mais ça vole assez bas par moment et ça gache un peu l'ensemble. Mais tout n'est pas mauvais, les scénes d'actions sont efficaces (surtout la scéne finale, excellente!!), le méchant de service assez caricatural, mais chistoph waltz est trés credible dans ce rôle, la présence de la belle cameron diaz(pour le plaisir des yeux). Mais le scénar est beaucoup trop prévisible et parfois les dialogues entre le green hornet et son acolyte sont agaçants voire carrément nuls. Ce film fera le bonheur des ados et sera pour nous tout juste divertissant!!
Bliss91
America's Most Wanted - 545 critiques
publié le 03/07/2011 - 20:48
4
 

Le Bouffon Vert

Eh non je fais pas référence à l'ennemi intime de Spiderman...

J'etais dejà inquiet de savoir qu'il y aurait un remake de cette serie trés kistch que j'associe naturellement à la Serie Batman avec Adam West mais qui malheureusement n'avait pas eu le meme succés.

Alors concernant la fidelité à la serie originale, passez votre chemin dés fois j'avais l'impression que certaines scénes etaient plagiées des films de la serie La Panthere Rose avec par coincidence un autre Kato.

Les interpretes restent complétement souis-exploités pour les seconds roles, le focus reste louredement aux scotchés aux faceties infantiles de Seth Rogen. le Casting reste nettement mediocre, les acteurs restent detachés de cette histoire bien maigrelette aux contours stereotypés.

Pour ce qui est du scénario, on reste bouché bée quant à la tournure des évenements. On ne découvre pas grand chose on reste dans le spectaculaire sans fond et un humour graveuleux.

Hormis quelques effets visuels de qualité , on reste trés en dessous de la moyenne pour ce genre d'adaptation.

Conclusion : Un Frelon Vert finalement sans Venin :(

Portrait de Dante_1984 Dante_1984
I am Legend - 1124 critiques
publié le 18/05/2011 - 09:20
6
 

La piqûre du moustique

Britt, le fils d'un riche journaliste hérite de l'empire de son père quand celui-ci décède. Sa vie prend un tournant différent lorsqu'il rencontre Kato, employé inventif et génial à son service. Ensemble, ils mettent au point des gadgets aussi fous qu'invraisemblables et une voiture qui ferait passer celle de James Bond pour une trottinette. Ils sont bien décidés à combattre le mal qui règne dans les rues de la ville. Michel Gondry est surtout connu pour ses délires métaphoriques et visuels qui lui sont propres. La science des rêves étant un OVNI à part entière, c'est surtout son Eternal sunshine qui avait retenu mon attention. Avec The green hornet, il succombe aux appels des blockbusters made in Hollywood.

On remet donc au goût du jour une vieille série des années 1960 qui a eu le privilège de révéler au public le mythique Bruce Lee. Il faut reconnaître que la notoriété de la série télévisée au fil des ans a grandement joué sur la figure de l'acteur emblématique. Nul doute que sans sa présence, Le frelon vert prendrait la poussière dans les archives cinématographiques. Néanmoins, Michel Gondry ne retirera que l'idée originale. De fidèle, il n'y aura que les protagonistes de conservés ainsi que leurs costumes. Pour le reste, on ajuste leur voiture de 1 001 gadgets, on gratifie l'histoire de la très séduisante (mais très inutile) Cameron Diaz et le tour est joué.

Pour ceux qui espèrent retrouver l'esprit de la série ou un côté kitsch parfaitement assumé, il ne faudra pas s'attarder dessus. Comme si cela n'était pas suffisant, l'humour très teen-movie du pataud Britt Reid alourdit considérablement un film sympathique, mais très commercial dans ses intentions. Si vous n'êtes pas familier de la série ou que vous en gardez un souvenir flou, The green hornet (le titre aura résisté inexplicablement à la traduction française) s'avérera sans aucun doute un divertissement familial de premier ordre. En dehors de cela, le côté super-héros et super-méchants ne déroge pas aux règles du genre.

Pas de prise de tête à l'horizon, ni même une grande surprise, The green Hornet version 2011 est un blockbuster qui remplit son contrat sans ambages. Le minimum syndical, une esbroufe quasi-permanente pour contenter un public davantage enclin à s'attarder sur la forme que sur le fond. Il résulte un produit peu ambitieux et peu innovant. On déplore également que le fameux thème musical de la série ne s'entende que quelques secondes à la fin, et ce, partiellement. Un remake onéreux à l'humour qui ne fait pas toujours mouche que l'on classera dans la catégorie « Remake opportuniste », plutôt que « Remake catastrophique ». En soi, ce n'est déjà pas si mal.

Portrait de Gory Freddy Gory Freddy
I am Legend - 1955 critiques
publié le 17/02/2011 - 02:17
8
 

Green Money

Une chose qui me fait toujours peur avec les adaptations de super-héros, c'est "l'effet billet vert", à savoir le pouvoir de l'argent sur l'artistique, le commercial qui abîme souvent les oeuvres prometteuses en les "formatant" impitoyablement pour le public bouffeur de pop-corn et de fast-movies. Un film que l'on espérait intelligent, devient désespérément con, les grands pontes des studios étant souvent convaincus que trop d'intelligence nuit au succès... Comment les blâmer quand on voit le QI moyen de nos contemporains sous perfusion de rap, foot ou TV-réalité, prenant et revendiquant tout ça comme de la culture ?

Qu'en est-il de ce film ? Et bien sans être la "catastrophe intellectuelle" des "4 Fantastiques", cette remise au goût du jour d'une vieille série, surtout connue pour avoir été les débuts de Bruce Lee que pour sa qualité réelle, se vautre un peu trop dans la farce potache. L'acteur principal, habitué des comédies pour teenagers libidineux, rempli néanmoins parfaitement le rôle qu'on lui a confié: un Green Hornet adulescent, attardé sursexué devant faire face à ses responsabilités.

Mais le film manque cruellement de fond, et même si la comédie, le second degré sont bienvenus, ils sont traités de manière souvent un peu trop lourdingue et attendue pour mériter un respect sans discussion. Les scènes de comédie plombent un peu le rythme et deviennent assez lassantes à force d'enfoncer des portes ouvertes et être prévisibles au-delà du raisonnable...

Heureusement les acteurs assurent, et même si Seth Rogen paraissait un choix étrange voire suicidaire au départ, il sait se montrer convaincant, le choix étant de s'écarter de la personnalité sérieuse du Britt Reid d'origine. Jay Chou est un excellent Kato à qui il ne vaut mieux pas chercher des crosses, mais Cameron Diaz est ici malheureusement purement "décorative" dans un rôle de bonnasse qui sert à rien dans le scénario, comme on en voyait par centaine autrefois, mais devenant une faute de goût dans un cinéma qui a évolué depuis, donnant une place plus appropriée et légitime à la femme... Espérons que pour le 2e film, elle aura des responsabilités plus intéressantes que d'exciter le héros et débiter des conneries !

Mais n'exagérons pas, certaines scènes sont très drôles, mais jamais surprenantes. Aucune finesse de dialogues, encore moins de situations. On rit bêtement, irrégulièrement, mais suffisamment !

Les scènes d'action sont immenses, particulièrement la fin, et valent à elles seules le déplacement. Mais même si la forme est soignée, et que le film a d'évidence pas d'autre vocation que de divertir, le manque de fond de l'ensemble déçoit, à l'heure où certaines oeuvres mettant en scène des super-héros, savent se montrer adultes sans être prétentieuses ou rébarbatives.

Quant au titre vf, pourquoi s'obstiner de plus en plus à garder les titres américains, alors qu'ici "Le Frelon Vert" sonnait si bien? Snobisme pseudo-branché? Préparation à une nouvelle génération qui maîtrise mieux l'anglais que ses aînés? Mystère... Je ne suis pas pour les traductions forcenées, certains titres vo étant irremplaçables et percutants, mais la plupart du temps, mieux vaut à mon avis se creuser un peu la tête et proposer un titre français facile à retenir et prononcer! Et ici, il était déjà trouvé depuis 44 ans déjà... Mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué?

Portrait de ED13 ED13
Graine de psychopathe - 129 critiques
publié le 15/02/2011 - 20:56
6
 

Mon avis

Les super héros au cinéma ? Il me parait évident que beaucoup de ceux qui sont aujourd’hui ignorés par le grand écran mériteraient un long métrage dédié. Mais je dois avouer que le Frelon Vert ne faisait partie de cette liste. Quelle mouche (ou frelon) a bien pu piquer les producteurs hollywoodiens pour ressortir ce pseudo super-héros tirée d’une série TV d’une qualité aussi médiocre que ses audiences de l’époque ? Personnellement je suivais cette série dans la même veine que le Batman d’Adam West, et malgré mes 8 ans, j’avais conscience des lacunes dans la réalisation et de la légèreté des effets spéciaux. Plus de 20 ans après sa diffusion en France et plus de 40 ans après sa création, le Frelon Vert revient sur grand écran avec des moyens et la 3D.

Et je dois bien avouer que si certains détails sont fidèles, le ton humoristique en décalage des autres super héros est une nouveauté bienvenue. Britt est un type odieux revendiqué et assumé. Sa suffisance n’a d’égale que son égocentrisme et son comportement aux antipodes de (Saint) Peter Parker ferait passer Iron Man pour un modèle d’humilité. Kato, quant à lui, est bien plus qu’un faire-valoir en acolyte border-line quand il s’agit de voler la vedette à l’indigne personnage principal. La relation entre ces deux super-anti-héros est assez cocasse et le paroxysme de leur bêtise est atteint dans une bagarre sur fond de qui-qu’a-la-plus-grosse. Si les protagonistes profitent d’une interprétation de qualité, et même si Mlle Diaz sait jouer de sa plastique généreuse, le personnage le plus enthousiasmant est bel et bien le méchant C. Waltz, déjà excellent dans Inglorious Basterds après avoir fais ses gammes dans Derrick, Tatord et autre Renard (si si j’vous jure…).

Le scénario n’est pas franchement d’un grand intérêt et quelques clichés des films d’action sont lourdement présents. En outre, le concept du film de vrai-anti-faux-super-héros est très sympa mais il n’est pas le premier métrage à se positionner sur cette niche, et comme pour tout ce qui doit rester marginal, cela pourrait vite devenir agaçant.

Pour conclure, j’ai apprécié le clin d’œil à Bruce Lee qui incarnait Kato dans la série TV, et je confirme que je n’aime pas la 3D, c’est cher, inutile voire nuisible et migraineux.

Portrait de Punisher84 Punisher84
I am Legend - 1390 critiques
publié le 09/02/2011 - 08:28
8
 

Vert de rage

Pour ma part, je ne trouvais pas la série originale si terrible que ça. Seul Bruce Lee valait vraiment le détour et encore, il était sous-employé. Un film ne pouvait être que bénéfique. Pas si sure quand on pense au coté comique que prennent généralement les adaptations cinéma des séries télévisées. Sans être mauvais, les pires exemples sont Starsky & Hutch et Sheriff Fais moi Peur. Seth Rogen, Cameron Diaz et Michel Gondry à la réalisation. Autant dire que ce n’était pas pour me rassurer ! J’étais prés au pire avant d’aller voir le film. C’est peut-être ce qui m’a permis d’apprécier une comédie d’action pétaradante et sans temps morts. Pourtant la durée de ce dernier et de presque deux heures ! Situations cocasses, scènes d’actions vrombissantes, effets spéciaux tapes à l’œil et méchant de service qui a sa part du gâteau. Tout ça mixé avec un duo de héros qui fait maintenant partie des plus sympathiques vu sur un écran. Deux pôles contraires que tout oppose mais qui ne peuvent s’empêcher de se tenir la main. Une complicité aussi bonne que celle formée par Mel Gibson et Danny Glover, je dis oui. Tans pis si le côté rétro de la sérié est mis hors piste, car il faut aussi vivre avec son temps. Sur la fin Le Frelon Vert fait tellement bien les choses qu’il verse un peu trop dans le « too much » mais cela n’entrave en rien le plaisir. La trois dimensions est secondaire et le petit hommage fait au grand Bruce Lee est trop court. Comme tout les hommages que l’on a pu lui faire tellement le bonhomme est LE plus grand. Je veux bien me faire piquer !
Portrait de AqME AqME
America's Most Wanted - 604 critiques
publié le 15/01/2011 - 14:23
8
 

Du faux super-héros

Michel Gondry n'est pas un habitué des films américains à gros budget. Néanmoins, dans chacun de ses films, il en ressort une poésie et une esthétique qui lui est propre. Je me souviens de "soyez sympas, rembobinez" qui demeure un excellent film bourré de référence à d'autres films et qui est une ode d'amour au cinéma en général. Avec the green hornet, il change complètement de cap et fait un film de commande. Beaucoup de personnes étaient inquiètes, légitimement, ayant peur que Gondry ne vende son âme au diable pour gagner un peu d'argent. D'ailleurs, il le dit lui même lors d'interviews. Mais en tant que véritable amoureux du cinoche, il nous pond un film certes pas révolutionnaire, pas gigantesque, mais très sympathique avec des dialogues savoureux, un duo d'acteurs au diapason et surtout des scènes d'action efficaces et drôles. De plus, le film traite d'un super-héros pas comme les autres, car le frelon vert n'a pas de super pouvoirs, c'est plutôt son comparse qui en possède (Kaito) et qui fait tout le sale boulot pour faire briller le frelon. Le duo choisi pour faire les héros est aux petits oignons, Seth Rogen est moins stupide qu'à son habitude et investit pleinement son rôle. Quant à Jay Chou, il succède avec succès à Bruce Lee dans un rôle qui lui convient à merveille. Reste Cameron Diaz qui a prit cher et qui reste anecdotique dans le film (même si elle a toujours un bon cul). Le scénario reste simple, mais l'opposition entre le frelon vert et son acolyte est assez savoureuse et relativement rare dans les films de super héros. A-t-on jamais vu Batman et Robin se mettre sur la gueule dans les films de Schumacher? De plus, le méchant est lui aussi assez charismatique avec son accent russe et son pistolet à double canon qui semble être sorti du cerveau déjanté de Gondry. Les scènes d'action sont relativement bien foutues avec des effets visuels intéressants et des moments assez hilarants. Car oui, the green hornet demeure un film avec des dialogues riches et pas des inepties à deux balles. Le travail effectué est vraiment intéressant et le traitement donné aux super héros reste assez novateur. Au final, the green hornet est un bon film, drôle, péchu, intelligent qui montre que Gondry est bien capable de faire des films à plus gros budget sans vendre son âme aux grands pontes hollywoodiens.
Vous souhaitez soutenir Horreur.net ? N'hésitez pas à faire un don, même symbolique, sur Tipee.