Dark Country 3D

6.6/10
Dark Country 3D

Critiques spectateurs

Réalisateur: Thomas Jane Avec Thomas Jane, Ron Perlman, Lauren German, Chris Browning, Rene Mousseux

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Brainkiller Brainkiller
Graine de psychopathe - 119 critiques
publié le 30/08/2012 - 11:49
8
 

Plein pays!!!*

J'ai choisi de mettre une note de "7" car pour un premier film de "thomas Jane", c'est quand mème "pas mal" ce "road movie" à travers le désert... Une route qui parait longue et ennuyeuse jusqu'a qu'il tombe sur un "étranger accidenté de la route" au langage "peu banal"! Une surprise donc! A voir...
Marc.mlc
I am Legend - 1113 critiques
publié le 14/08/2011 - 21:39
8
 

Pays sombre

Cette réalisation de l'acteur Thomas Jane ("The Mist") est une curiosité. On peut reprocher une esthétique pas toujours heureuses notamment certaines incrustations des acteurs dans les séquences en voitures (moches rappelant les films des années 50). Mais "Dark Country" dispose d'un scénario assez malin (qui ne se dévoilera qu'à la toute fin et encore de façon assez mystérieuse...) et surtout d'une ambiance nocturne très réussie. A noter aussi une apparition de Ron Perlman. A voir !
Captain Nono
America's Most Wanted - 327 critiques
publié le 01/06/2011 - 22:28
6
 

Une curiosité

Thomas Jane passe derrière la caméra pour filmer le périple nocturne d'un couple fraichement marié à travers le désert du Nevada. L'homme, interprété par Tomas Jane lui-même, est raide dingue de la blonde assise à ses côtés dans la voiture et rencontrée quelques heures plus tôt à Las Vegas. On peut aisément le comprendre : Lauren German est ici sacrément sexy ! En partance pour leur lune de miel, nos deux tourtereaux ne vont pas tarder à plonger en plein cauchemar, après avoir recueilli à leur bord un accidenté de la route au visage affreusement défiguré ... Enjoy !

Les road-movies dans les déserts américains m'attirent depuis toujours, surtout lorsqu'ils penchent vers le survival, et encore davantage lorsqu'ils lorgnent vers le fantastique. Le premier essai à la réalisation de Thomas Jane m'a donc tout naturellement attiré, et les premières minutes du film n'ont fait qu'accroître ma curiosité. Une ambiance de polar noir, tant au niveau de la narration que d'un visuel résolument rétro. Au niveau de l'ambiance générale, ce film m'a d'emblée évoqué "Dead End" (2003) : une route déserte et interminable qui ne semble mener nulle part, les ténèbres, une menace persistante et invisible, la folie qui guette ... Le suspense est ici plutôt bien maîtrisé, surtout lors de la scène avec l'accidenté dans la voiture. Par la suite, l'efficacité de l'ensemble s'estompe quelque peu, la faute à des personnages moyennement attachants, un scénario qui semble patiner et chercher un second souffle pour accoucher d'un twist finalement prévisible et assez facile, et enfin quelques effets visuels assez moyens, notamment au niveau des décors et lors de la course-poursuite avec la police à la fin. L'utilisation de la 3D n'est décidément pas un atout que je plébiscite ...

A noter l'apparition toujours appréciable de Ron Perlman et de son cher faciès néandertalien, qui apporte un peu de fraîcheur bienvenue à ce film prometteur, mais qui n'exploite pas au mieux son potentiel. Un divertissement honnête et honorable pour le bleu-bite qu'est Thomas Jane à la réalisation.

Seifer
America's Most Wanted - 642 critiques
publié le 14/04/2011 - 17:03
8
 

Mon avis

Ce film est vraiment sympa et assez original. Un truc bien fait avec une histoire bien travaillée, on ne peut qu'aimer ce film. Premier film realisé par thomas jane et première reussite. A voir pour ceux qui ne l'ont pas encore vu.
Portrait de Punisher84 Punisher84
I am Legend - 1390 critiques
publié le 26/05/2010 - 11:50
8
 

Viva Las Vegas

Thomas Jane à la réalisation, pourquoi pas ? En tant que comédien, ces jours n’ont pas toujours été roses. A part un bon Punisher et un surprenant David Drayton dans The Mist, il n’y a pas grand-chose d’exceptionnel dans la carrière de cet acteur sous-estimé. Avec Dark Country, il prend une sorte de revanche contre ceux qui n’attendais rien de lui. Si c’est bien le cas on peut alors dire qu’il a réussi sa mission au-delà des espérances. Son premier film en tant que réalisateur nous prend vraiment à contre-pied. A-t-il tiré les enseignements de Frank Darabont ? Certainement mais il livre un film fantastique personnel avec une empreinte qui lui est propre. Voilà déjà un pari gagné. Reste à savoir si tout ça tient la route. Pour ma part, je n’ai pas du tout préparé à ce road-movie étrange et à son odeur burlesque. Croyant être en face d’un thriller banale, je me suis retrouvé avec un film très sombre (on ne voit pas grand-chose) doté de comédiens peu nombreux mais très convaincants. En particulier Thomas Jane et Lauren « Hostel II » German. Et puis qui peu dire non à Ron Perlman ? L’homme qui scarifie l’écran à chacune de ses prestations aussi courtent soient-elles. D’une duré assez longue, on aurait pût avoir légitiment peur d’un scénario pas assez consistant vu l’histoire du film. Mais non ! Ce dernier s’accroche grâce à un suspense intelligemment dosé et à quelques séquences d’anthologies. A titre d’exemple, la masturbation de Lauren German vaut le détour à elle toute seule. Comme dis ci-dessus Dark Country est très sombre. Normal vu qu’il s’agit d’un road-movie nocturne. Cela ne m’a pas toujours permis de bien distinguer les éléments du film à l’écran. Mais le travail de Geoff Boyle à la photographie est assez impressionnant pour s’y attarder. Les effets spéciaux proprement gores sont peu nombreux mais restent bien mis en valeur par la qualité de l’image. Vive la suggestion ! Il est tout de même curieux que certains plans soient si moches. La voiture et les fonds de décors en CGI donnent un certains aspect rétro au film (on se croirait vraiment dans les années 50 !). Mais ils foirent par moment car ils auraient pu être plus « vrai » pour donner un aspect moins désagréable. Pour la résolution de l’intrigue, elle est aisément devinable pour les plus avertis. Quoi qu’il en soit, elle reste assez bien troussée pour passer un bon moment. Un long-métrage curieux, pas toujours facile à apprécier mais doté d’une originalité sans précédent.

Thématiques