Shadowz - la plateforme de VOD

Dark Mirror

4.0/10
Dark Mirror

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Victoryanne Victoryanne
Graine de psychopathe - 149 critiques
publié le 07/10/2010 - 12:33
4
 

Originalité: 0

Dark Mirror est le genre de film bien trop prévisible et ou il ne nous est donné de voir quasi aucune originalité... Famille modèle, de méchant mirroirs, le mari qui pense que sa femme devient folle et la pauvre femme qui veut tout découvrir et sauver sa famille. Voila mesdames messieurs, vous pouvez rentrer chez vous y'en aura pas plus, allez soyons gentil... un ou deux petit sursauts au mieux. Bref, y'a bien mieux comme film a regarder que celui ci, passez votre chemin sauf en cas de pénurie après tout car il ne faut rien exagérer, on est pas non plus dans le nanard dantesque.

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Portrait de Dante_1984 Dante_1984
I am Legend - 1124 critiques
publié le 30/06/2010 - 22:12
4
 

Réponse à Charlie-T

Bonjour Charlie-T, après quelques recherches effectuées sur le peintre en question, il me semble que Rupert Wells est une pure invention pour les besoins du film. Je peux me tromper, mais le seul Rupert Wells « célèbre » que j’ai pu trouver est un médecin qui exerça au début du 20e siècle. J’ai également cherché pour trouver une quelconque œuvre sous son nom, mais je n’ai rien découvert. J’espère t’avoir aidé. Au plaisir.

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Charlie-t
Newbie - 1 critiques
publié le 30/06/2010 - 13:59

Quelqu'un peut-il éclairer ma lanterne?

Au tout début du film, il y a une référence à un peintre "très connu". Il s'agit d'un certain Rupert qui aurait habité dans la maison. Je n'arrive pas à saisir le nom de l'artiste.

Quelqu'un saurait me dire si ce peintre a vraiment existé, et me dire son nom à ce moment là, ou s'il s'agit d'une invention pour les besoins du scénario?

Je vous remercie d'avance.

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Portrait de Bzittt Bzittt
Graine de psychopathe - 199 critiques
publié le 14/05/2010 - 06:27
4
 

Miroir mon beau miroir....

Et voila ce que ça donne quand on écrit un scénario sur du papier toilette on fini par se torcher avec quelques feuilles, forcément on perd le fils lors de la réalisation, elle même assez médiocre avouons le.

Ce dark mirror ressemble en tout point a un brouillon et c'est bien dommage parce que la matière et les idées ne semblaient pas manquer à la base bien que noyées dans une trame somme toute assez classique.

Ce ne sont définitivement pas le jeu des acteurs qui sauveront le film du naufrage, avec une mention spéciale pour le gamin que ca devait être le fils de la maquilleuse qu'on a choppé parce que y'avait que lui à porté de main.

Malgré tout il y a quelques idées assez sympa, notamment une histoire fantomatique de fond qui aurait put touché a quelque chose de proche du style de Daphné du Maurier et de son "Rebecca", mais rien n'y fait on croirait assisté a un a un sabotage organisé.

Inutile de préciser que le film n'est pas angoissant pour un sous, et que sa fin est sur convenue, je pense qu'a ce stade, on est plus a ça près.

Bien dommage, ce film ressemble a un acte manqué.

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Portrait de Punisher84 Punisher84
I am Legend - 1390 critiques
publié le 11/05/2010 - 11:47
4
 

Qui est la plus belle ?

Qu’y-a-t-il de plus menteur qu’un arracheur de dents ? La jaquette d’un film arrivant trois après sa réalisation bien sure ! On pense irrémédiablement au Into The Mirror de Sung-ho Kim et à l’injustement mal-aimé remake d’Alexandre Aja. Dans ces deux films précités, il y avait les talents indéniables des réalisateurs malgré les obstacles. Alors soit Pablo Proenza en a et est fainéant. Ou alors il n’en a pas du tout. Personnellement, je pencherais pour les deux solutions. Car Dark Mirror balance constamment entre séquences originales et passages idiots. Mais la donne finie par tomber du mauvais côté tant le metteur en scène n’arrive pas à faire sortir la moindre émotion. Un assemblage de scènes sans queue ni tête. Cousues de fils blanc, les situations que traversent les personnages sont mal agencées. Sans mettre un pied dans la maison, l’héroïne fait déjà grise mine. Une fois rentrée, elle commence déjà à faire sa petite enquête. Une rapidité peu commune mais dénué d’effet en partie à cause d’un mauvais casting, le doublage ne faisant qu’empirer les choses. Il y a même des protagonistes qui ne servent à rien, au sens propre du terme. Le scénario, simpliste, déjà vu mais intéressant dans son approche, n’explique rien et part en roue libre après à peine dix minutes de film. Je ne parle même pas des nombreux coups téléphonés qui ne sont prétexte qu’a des effets spéciaux souvent risibles. Pourtant l’idée des miroirs est tout ce qu’il y a de plus originale. Ce Dark Mirror était un morceau de fer solide plaqué en or pur dont on a refilé les reines à un gars qui n’en avait rien à foutre.

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Portrait de Dante_1984 Dante_1984
I am Legend - 1124 critiques
publié le 08/03/2010 - 21:45
4
 

Les 7 ans de malheur sont écoulés

Après Into the mirror et son très bon remake réalisé par Alexandre Aja, un nouveau film mettant en scène des miroirs diaboliques arrive dans nos contrées. Si Dark mirror n’invente rien, a t-il au moins la bonne idée de nous offrir un divertissement digne de ce nom ? Malheureusement, non. Outre une histoire des plus classiques (la famille idéale emménageant dans une nouvelle demeure pleine de mystères), il est à regretter un véritable manque d’envergure dans la réalisation. Même si l’on est un néophyte en la matière, les frissons ne sont pas au rendez-vous. La mise en scène quelconque est en partie imputable à cette carence pour le moins ennuyeuse dans un film se voulant, je cite « …angoissant et haletant qui vous glacera le sang pendant des jours » (Fin de citation au dos de la jaquette dvd). Toutefois, la bande sonore est le véritable point faible de ce Dark mirror. Elle brille par son absence aux moments primordiaux du récit. Ce ne sont pas les rares compositions soporifiques desservis lors de séquences inutiles qui changeront la donne. Ce dernier point est omniprésent tout au long du film. Badinage avec la voisine exhibitionniste, le gamin qui reste coincé dans les toilettes ou les séances de ménages quotidiennes sont un exemple concret de ce que vous réserve Dark mirror. On remarquera la présence d’un boogeyman à capuche trucidant les personnes photographiées par Deborah. Un personnage échappé d’un slasher totalement superflu dont on s’interroge sur sa nécessité dans un thriller fantastique. Ajoutons à cela, des dialogues niais et stériles récités par des acteurs peu impliqués dans leurs interprétations (ce qui vaut également pour le doublage français) et l’on obtient un beau gâchis. Dommage, car l’idée de départ pouvait donner matière à un rythme trépidant et à la création d’un univers sous-jacent obscur et énigmatique. La complémentarité entre le monde se trouvant derrière le miroir ainsi que le métier de photographe de la jeune femme aurait également pu donné lieu à un parallèle original et intrigant. Au lieu de quoi, le réalisateur se contente de nous imposer des mécanismes éculés sans jamais parvenir à nous faire peur. Une histoire mal amenée (on recherche l’origine du mal avant que celui-ci est commencé à se manifester), des acteurs d’une platitude exaspérante, un rythme irrégulier, Dark mirror est un thriller fantastique insignifiant ne montrant aucune volonté de nous proposer un spectacle attrayant à défaut d’être original.

Avez-vous apprécié ce commentaire ?