Landru

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Dante_1984

O temps suspends ton vol

Dante_1984 (I am Legend - 1124 critiques)
10
 
Inspiré de l’histoire vraie du premier tueur en série français reconnu comme tel, Landru narre le parcours de ce personnage atypique et impitoyable. Dans une France ravagée par la première guerre mondiale (les meurtres de Landru s’étalent de 1915 à 1919), la classe moyenne est touchée de plein fouet par la misère. A travers un contexte pour le moins incertain et confus, Landru tente d’excuser ces actes par une certaine noblesse d’esprit d’appliquer la seule solution plausible, tout du moins à ses yeux, pour subvenir aux besoins de sa famille. Etonnement, le film de Claude Chabrol ne dispose d’aucune scène violente. Les meurtres son éludés volontairement par le cinéaste. Il s’attarde quelques secondes sur le visage de la pauvre victime. Puis, il enchaîne sur la cheminée de la maison de Landru dégageant une fumée noire et une odeur pestilentielle. Symbole que le forfait est accomplit. Pas de violence physique, mais une impitoyable réalité dans laquelle il est difficile de survivre. Les images d’archives disséminées dans le film traduisent la situation inquiétante dans laquelle se trouvaient les français. Faisant preuve d’un cynisme démesuré, Landru est un criminel aristocrate des plus extravagants. La perfidie des moyens employés pour gagner la confiance de ses victimes n’a d’égal que son éloquence et ses manières bienséantes. Un homme parfois drôle, mais souvent déstabilisant. Charles Denner excelle dans ce rôle unique. Il campe son personnage avec une étonnante crédibilité. De sa gestuelle excentrique à son timbre de voix si particulier, tout est parfait dans sa prestation. Si la première partie du film s’attarde sur les méfaits de Landru, la seconde partie (bien plus courtes que la précédente), retrace son procès. On s’étonne alors de l’indifférence dont fait preuve l’audience face à cet homme. Bien que ses actes soient méprisables et inexcusables, le public s’amuse de la situation. Pour preuve, un homme d’un certain âge grimpe sur un banc et utilise des jumelles pour mieux apercevoir le visage du tueur en série. Un comportement déroutant et inadmissible. En conclusion, Landru est un drame social sur une France déchirée et exsangue. Une histoire dépeinte par un Claude Chabrol soucieux de reconstituer un fait divers le plus justement possible.
publié le 06/03/2010 - 10:56

Derniers commentaires