Haven

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de DorianGray DorianGray
I am Legend - 2000 critiques
publié le 06/11/2010 - 22:02
10
 

Saison 1

Colorado Kid est une nouvelle peu fortiche de l'ancien roi de l'horreur, Stêphen King ... l'adaptation lorgne d'un air convaincu sur la télésérie 'La tempête du siècle' ... avec une meilleure réussite d'ailleurs dans le traitement des personnages.

Attention, chers amis, cette critique peut contenir quelques annonces (spoilers) qui peuvent gâcher le plaisir de découverte.

Tout d'abord, il faut compter avec un scénario multiple et cascadé, prévu pour égarer le lecteur avec une maestria d'enfer. Sur une base simple - l'inspectrice Audrey Parker du FBI se rend à Haven pour découvrir ce qu'il est advenu d'un criminel recherché par les services américains - les scénaristes et réalisateurs offrent 13 épisodes fantastiques mêlant divers éléments du paranormal : télékinésie, télépathie, pyrokinésie, fantômes, boulversements climatiques ... L'ensemble souffre bien sur de quelques facilités : les éléments ont déjà été traités maintes fois notamment par Stephen King lui-même, les intrigues sont très décousues, certaines d'une qualité bien faible comparées à d'autres, c'est inégal et peu maîtrisé. Mais l'ensemble s'offre souvent involontairement des avantages agréables : des personnages attachants, des réflexions intelligentes, loin de la pensée simpliste des Américains habituels, es situations cocasses et humoristiques, aucune tension mais beaucoup d'amusement ... Les renversements de situations ne sont JAMAIS prévisibles sauf en ce qui concerne le centre même de l'intrigue, le Colorado Kid tout bonnement ... les scénaristes ont vite compris que rendre crédible l'intrigue centrale serait impossible, ils se sont donc chargés d'épicer les divers épisodes en chargeant les personnages secondaires et en affichant une force exceptionnelle au niveau des phénomènes paranormaux.

Au niveau acteurs, actrices, il faut noter que les trois rôles titres sont vraiment agréables car chacun trouve son système pour rendre son perso attachant et intéressant. La plame revient à Eric Balfour qui nous prouve qu'il peut être bon acteur sans pour autant nous montrer sa queue ou se faire trucider par un pecnaud au fond de sa cambrousse. Sans oublier Emily Rose qui est quand même diablement jolie. Les deux autres personnages principaux, Nicholas Campbell et Lucas Bryant, sont adoptés avec une réelle crédibilité bienvenue qui se maintient jusqu'au dernier épisode. Le tandem Richard Donat et John Durnsworth fonctionne parfaitement et apporte une véritable touche d'humour bon enfant. Mary Colin Chisolm est excellente dans son rôle de médecin légiste à la langue bien pendue et on regrette sincèrement son éviction au profit de l'insipide Michelle Monteith dans le meilleur épisode de la série. Enfin, Stephen McHattie excelle dans sa variation de l'homme noir, de Randall Flagg, de Leland Gaunt ... on sent beaucoup de potentiel dans ce monstrueux personnage et une finale exceptionnelle avec ce criminel en soutane.

Au niveau effets spéciaux, il faut se dire qu'il s'agit d'une série et donc qu'il ne faut pas trop en demander. J'ai lu quelque part que c'était là le parent pauvre de la série. Je ne donnerais pas mon accord, car dans l'ensemble, ils collent à l'esthétique de la série et ne souffrent d'aucune malformation évidente. C'est un bon qualibrage, justement achalandé et parfaitement rôdé. Par ailleurs, les images sont belles, équivoques et très naturelles, permettant une plus grande harmonie entre les actions et les visions réelles des personnages.

13 épisodes inégaux : welcome to haven (6/10), butterfly (8/10), harmony (10/10), consumed (10/10), ball and chain (10/10), fur (10/10), sketchy (8/10), ain't no sunshine (8/10), as you were (12/10), the hand you're dealt (8/10), the trial of Audrey Parker (6/10), resurfacing (10/10), spiral (12/10)

Avez-vous apprécié ce commentaire ?