Cyborg Soldier

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Dante_1984

Pas de douleur, pas d'émotions

Dante_1984 (I am Legend - 1124 critiques)
6
 
Isaac, un cyborg des plus perfectionnés, s’enfuit du laboratoire où il a été conçu. Lors de sa fuite, il se trouve une alliée de taille en la personne de Lindsay, une jeune policière. Ensemble, ils vont tenter de démêler le passé trouble d’Isaac tout en essayant d’échapper aux hommes de main de Simon Hart qui n’est autre que le responsable du projet. Tout comme les stars de la WWE, les combattants de l’UFC tentent de se faire une place de choix dans le cinéma d’action. Après Randy Couture et Rampage Jackson (également ancien combattant du Pride), c’est au tour de Rich Franklin à tenter une incursion devant la caméra. Bien que le scénario ne paye pas de mine aux premiers regards, Cyborg soldier se montre assez distrayant. Le film est fortement axé sur un rythme nerveux si bien que l’on se retrouve davantage devant un film d’action qu’autre chose. L’aspect « science-fiction » occupe une part minoritaire de l’intrigue (environ 20 %). En effet, seules les expérimentations subit par Isaac relève de l’imaginaire (quoique…). Le bidouillage des gènes pour créer un soldat quasi-invincible ne semble pas si éloigné de la réalité que cela. Pour ceux qui pensent voir un ersatz de Terminator et bien le constat est à demi-vérifié. Le faciès impassible d’Isaac, ainsi que sa faculté à recevoir des rafales de mitrailleuses dans le ventre sans sourciller le laisse sous-entendre ; notamment la scène où il enlève lui-même les balles de son corps. Un clin d’œil évident qui n’enlèvera rien au plaisir que l’on ressent lors du film. Malheureusement, les scènes de combat au corps à corps sont plutôt rares et manquent cruellement d’intensité. Ajoutons à cela quelques caméras épileptiques et l’on ressent un potentiel prometteur entaché par des maladresses pour le moins énervantes. Malgré quelques redondances dans le scénario (la poursuite semble s’éterniser sur la longueur) et une légère tendance à multiplier les mystères plutôt que d’y répondre progressivement, Cyborg soldier s’en sort plutôt bien. Bref, le film de John Stead se veut avant tout un défouloir des plus distrayants, même si l’on regrette des erreurs agaçantes sur la forme. On ne criera pas au génie créatif, mais nous sommes en présence d’une honnête série B qui ravira les amateurs du genre.
publié le 15/12/2010 - 08:53

Derniers commentaires