Sanctum

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Nandrolone Nandrolone
Serial Killer - 741 critiques
publié le 04/03/2016 - 16:29
9
 

Sanctum

Je ne suis pas d'accord avec presque tout les commentaires ci dessous, je ne me suis pas ennuyé une seule seconde ni trouvé quelconque longueurs, j'ai plutôt trouvé leurs cheminements dans les grottes réaliste, là ou le seul et pire ennemi est la nature..

Pour moi c'est excellent, presque parfait, la réalisation épuré est impeccable, la photographie magnifique, les effets spéciaux de qualités. Le scénario est réaliste, terre à terre, précis, glaçant, prenant et très stressant. C'est simple, très efficace et véhicule de bonnes valeurs et des émotions saines qui font réfléchir.

Comme quoi, il est possible de faire un film de groupe sans montrer des paires de seins et sans introduction débilisante avec une bande de jeune qui ce bourrent la gueule. Une belle réussite.

Portrait de Geoffrey Geoffrey
America's Most Wanted - 324 critiques
publié le 14/03/2014 - 12:13
8
 

Avis paresseux

Contrairement à de nombreuses personnes, j'ai beaucoup aimé Sanctum. Il faut dire aussi que l'une de mes plus grandes peurs est de mourir noyé et que je préférerais me casser les jambes plutôt que participer à une expédition spéléologique, ce qui m'a sans doute aider à m'immerger (ohohoh !) dans le film. De plus, la réalisation est de bonne facture. Certaines séquences sont splendides et constituent un vrai régal pour les yeux !

Cela étant, le film est clairement trop long et devient très répétitif dans sa deuxième partie. Les péripéties s'enchainent mais perdent en intérêt tant elles donnent l'impression d'avoir été rajoutées pour allonger artificiellement la durée du film. Je comprends donc que l'on puisse finir par trouver le temps long. Amputé de vingt bonnes minutes, Sanctum aurait été bien plus efficace. En l'état, il reste tout de même un divertissement correct assez anxiogène pour les personnes claustrophobes.

Portrait de DorianGray DorianGray
I am Legend - 1998 critiques
publié le 17/06/2012 - 16:43
2
 

Dominus Vobiscum ...

CHIANT !!!! C'est le mot ... pas besoin de la faire longue ici ... quel besoin y avait-il de faire ce film ??? Montrer la claustrophobie des humains ???? Essayer de filmer au noir ???? Les acteurs ont-ils été payés en noir ????? Rien ne se passe vraiment ... tout est décousu, attendu, stupide, on s'emmerde, on s'en fout des personnages ... rien d'intéressant et si ce n'était le nom de Cameron associé à CA je mettrais facilement 0/10 pour l'inutilité totale de ce métrage ! C'est honteux de faire chier son monde pour n'aboutir finalement à rien du tout !!!!
Portrait de Dante_1984 Dante_1984
I am Legend - 1124 critiques
publié le 19/08/2011 - 12:54
6
 

Plongée en eaux sombres

À la suite d'une tempête tropicale, une équipe de spéléologues se retrouve prisonniers d'un réseau souterrain. Ils sont contraints d'explorer des boyaux jusque-là inconnus. Quand le nom de James Cameron est associé à un projet (aussi bien en tant que réalisateur que producteur), il y a toujours une forte attente sur ledit film. En l'occurrence, Sanctum nous plonge dans les affres tortueuses de grottes. On pourrait donc songer à un habile mélange entre Abyss et The descent mais, bien rapidement, la déconvenue est de taille et les mille et une promesses que l'on été en droit d'exiger s'évapore.

Deuxième long-métrage d'Alister Grierson, Sanctum ne reflète pas le talent et la verve de James Cameron. Des moyens certes, mais utilisés à mauvais escient. L'image est sobre, efficace, mais sans panache. Contrairement à The descent qui nous faisait ressentir une claustrophobie de tous les instants, Sanctum se complaît dans un panorama de paysages grandioses. Les cavernes sont majestueuses, les plongées immersives. On a davantage l'impression de se retrouver face à un documentaire sous-marin (au hasard Aliens of the deep), plutôt qu'à un huis clos angoissant.

Les maladresses ne s'arrêtent pas à ce type de considérations puisque le scénario se targue de nous infliger des stéréotypes du plus mauvais goût. La relation conflictuelle entre le père et le fils, le riche qui se trouve un passe-temps à la hauteur de ses ambitions (contrairement au film) ou encore les nombreux sous-fifres qui pataugent irrémédiablement dans des rôles plus plats les uns que les autres. Comme si cela n'était pas suffisant, certains passages sont gâchés par des teintes trop sombres, ôtant le peu d'ambiance difficilement instauré en amont. De fait, il en résulte une ébauche brouillonne d'un projet sans véritables atouts pour faire la différence.

Entre la prévisibilité d'un scénario lambda et l'autocongratulation, Sanctum multiplie les maladresses à un rythme effarant. L'héroïsme inconditionnel est de la partie où les bons sentiments flirtent avec l'abnégation. On tente de se dépêtrer d'un piège où l'inconscience et la complaisance ne sont pas étrangères. À vrai dire, le plus grand défaut de Sanctum est de se servir du nom de James Cameron pour vendre son histoire. On se retrouve d'autant plus frustré à la vue du résultat final. Le budget ne se justifie pas et l'on préférera se tourner vers des valeurs sûres où le suspense et l'angoisse sont au rendez-vous. Une déception.

Portrait de Seblechien Seblechien
America's Most Wanted - 271 critiques
publié le 07/08/2011 - 13:28
6
 

3D seulement

Une troupe d'explorateurs visitent une grotte sous-marine et se retrouvent pris aux piège à l'intérieur.

Je pense que ce film aurait mérité un visionnage en 3D au cinéma. Malheureusement, pour ma part, c'est sur l'écran de mon salon que j'ai regardé Sanctum. Un film où le visuel prime, c'est très joli! Pour le reste un peu déçu quand même.

Limite longuet, ne mérite pas le nom de James Cameron sur le cover!

Bliss91
America's Most Wanted - 545 critiques
publié le 22/05/2011 - 20:15
2
 

Les Barboteurs du Dimanche!

Pour ce qui est de moi, je n'ai vraiment pas du tout accroché à ce film censé etre un thriller claustrophopique... ben rien du tout la realisation est tellement inerte et les couleurs tellement glaciales qu'on ne ressent en rien cette pression voulue.

L'intrigue semble avoir pris des largesses avec le fait veridique censé etre relaté ici et sombre parfois dans le burlesque.

Plus le film avance plus on rentre dans la folie scenaristique avec l'enchevetrement de reactions completement demesurés de la part des interpretes. Ces derniers perdent rapidement leurs credibilités dés que l'action demarre c'est à dire à la seconde moitié du film.

Les tribulations de ces barboteurs du dimanche n'ont pas reussi à me toucher ni à me faire ressentir un quelquonque effet claustrophobique...

Peu de chose à se mettre sous la dent hormis quelques scénes sous-marines techniquement bonne mais qui se diluent dans la médiocrité d'un scénario indigent!

Conclusion : Uniquement Pour les amateurs de Spéleologie !

Leduffpascal@cp
Copycat Killer - 30 critiques
publié le 06/04/2011 - 13:44
6
 

Moyen !

Inspiré d'une histoire vraie autrement moins tragique, ce film d'un élève de James Cameron est vraiment spectaculaire. Visuellement, il est irréprochable. La 3D souterraine est parfaite et permet de vivre pleinement l'exploration de ces fonds aquatiques avec une grande maestria. On peut regretter la dimension de " survival " peu originale, où les morts violentes s'enchaînent sans imagination. Après un démarrage réussi, l'écriture devient ainsi de plus en plus paresseuse. Le spectacle est certes assuré mais il manque un grand cinéaste derrière la caméra et un vrai scénario. Richard Roxburgh trouve cependant un de ses meilleurs rôles depuis longtemps en aventurier borné et taiseux malgré l'ode simplette à l'amour filial. Comme dans " Tron L'Héritage ", il s'agit essentiellement d'un tour de grand huit et si on fait fi d'un scénario dont la prévisibilité va en s'accroissant de scène en scène, on est vraiment emportés par de très belles images et un rythme efficace. À se reposer ainsi sur la 3D, le public risque de se lasser définitivement de cette avancée technologique qui oublie parfois bien trop la réflexion.
Seifer
America's Most Wanted - 642 critiques
publié le 15/03/2011 - 17:54
8
 

Mon avis

Ce sanctum, je l'ai bien aimé. Il reste un film bien fait et il faut pas ecouter les critique negative car c'est un bon film, mieux que certains. l'histoire est bien faite, de belles images, de belles sequences d'action, bref rien à jeter dans ce film. Niveau acteur, c'est pas mal non plus.
Portrait de Lebreihz Lebreihz
I am Legend - 2308 critiques
publié le 01/03/2011 - 14:35
10
 

On retient son souffle

Oui, tout comme les protagonistes du film on retient son souffle, en se demandant comment cela va finir. Car le film alterne situation incroyable et danger extreme. Certes ce n'est peur-être pas des grosses pointures du cinéma qui jouent dans ce film, mais peu importe à la limite. Le film réussit à nous impressionner, devant le spectacle de ces grottes sous-marines.
Mimipasse
Graine de psychopathe - 88 critiques
publié le 24/02/2011 - 19:35

Mon avis

Si le nom de James Cameron est largement mis en avant, de façon même abusive tant Sanctum ne porte que très peu la signature du réalisateur visionnaire, il ne faut pas se leurrer. Celui qu’il faut bien retenir pour éviter la déception qui guette c’est Alister Grierson, jeune réalisateur australien ayant remporté un franc succès dans son pays avec Kokoda, le 39ème bataillon (sorti directement en DVD chez nous), technicien et yes-man idéal pour mettre en scène ces souvenirs d’expérience de mort imminente d’Andrew Wight, co-scénariste et explorateur reconnu ayant déjà collaboré sur des projets de Cameron (Expedition: Bismarck, Les Fantômes du Titanic, Aliens of the Deep…). Concrètement l’apport de James Cameron, au delà du rôle de prête-nom, il se situe dans son rôle de producteur exécutif fou de plongée et dans l’utilisation des caméras PACE Fusion 3-D développées par le canadien pour Avatar. Et si Sanctum n’est finalement pas la grosse purge qu’on pouvait craindre en voyant les bandes annonces, le film n’est pas forcément très brillant non plus, la faute à divers choix douteux dans la mise en scène, l’écriture ou le casting, qui plombent l’expérience plus qu’ils ne l’élèvent. À vrai dire, Sanctum alterne le bon et le très moyen, voire le très mauvais parfois, pour un résultat global bancal et assez mal construit, gâchant ainsi un potentiel assez énorme pour aboutir sur un petit thriller catastrophe plaisant mais loin d’être mémorable. Un des gros soucis de Sanctum vient donc de sa narration. Car ce qu’on nous annonçait comme une aventure souterraine se traîne pendant pas loin de quarante minutes d’introduction (sur 1h45 de film, c’est beaucoup) bien ennuyeuses. D’autant plus que s’il ne se passe absolument rien de palpitant, si ce n’est l’annonce d’une tempête qu’on imagine déclencheur des hostilités, la galerie de personnages qui nous est présentée en long, en large, et en travers, tombe dans les pires clichés de la série B peu ambitieuse. Le milliardaire casse-cou(illes), l’explorateur émérite au comportement de vétéran du Vietnam, l’assistant cool mais avec un lourd secret qui le mine, la potiche de service qu’au début on dirait que non mais en fait oui c’est un boulet, le fils rebelle mais surdoué avec sa mèche à la Justin Bieber… en voilà des caractères écrits avec finesse! Pendant bien trop longtemps on veut nous faire croire à un film profond, à un drame poignant, à une illustration sensible des rapports père/fils et à une quête initiatique vers l’âge adulte. Sauf qu’on s’en fout un peu, ce n’est pas ce qu’on voulait voir. Si encore tout cela était traité intelligemment, pourquoi pas, mais ce n’est vraiment pas le cas.

Il faut donc attendre avant de voir Sanctum enfin démarrer dans ce qu’il possède de plus intéressant. C’est bien beau de reprendre la structure de Jurassic Park appliquée à un survival sous-marin, mais c’est mieux quand il y a quelque chose à raconter. Mais voilà, quand la tempête arrive et que toute la troupe se retrouve bloquée, Sanctum trouve enfin son rythme, ou presque. Le film prend alors le parti d’un véritable survival dans un mélange entre Sphere pour l’environnement (on ne va pas mentionner Abyss) et The Descent pour le ton général. Et si ce dernier s’avère être LE modèle à suivre en terme d’ambiance, n’en déplaise à ses détracteurs, c’est passablement raté pour des raisons techniques. Le rythme imprimé en dents de scie alterne là aussi le bon et le moins bon, avec des séquences où la lutte entre le père et le fils nous fait chier plus qu’autre chose car jamais crédible, et de véritables moments de bravoure. Dans ces scènes là on en oublie absolument tous les défauts et Alister Grierson trouve le moyen de nous impressionner. On ne voit plus les décors en carton pâte, on oublie la lumière surréaliste pour des décors sous-terrains, on oublie les acteurs minables. Quand les éléments se déchaînent c’est une véritable lutte pour la survie qui s’engage et la tension en devient parfois insupportable. Et on enrage car le potentiel de Sanctum nous arrive en pleine gueule, mais par intermittences. C’est dans ces fortes accélérations que Alister Grierson trouve enfin comment utiliser les caméras de Cameron. L’immersion alors permise par la 3D est assez stupéfiante. Pourtant jusque là dans Sanctum si les images ne manquaient jamais de relief, on ne peut pas dire que l’utilisation de la technologie soit vraiment judicieuse. En effet, en créant un véritable effet de profondeur, et on ne dira rien là-dessus car la 3D est sublime, la sensation de claustrophobie recherchée est tout simplement absente car les espaces se retrouvent élargis plus que de raison. Dès lors il n’ya bien que dans les passages de couloirs étroits qu’on ressent cette sensation d’oppression. Ajoutons à cela une image tout de même très sombre et l’impression de voir des personnages évoluer dans des décors vides prédomine. Pour ne rien gâcher à la fête, la totalité du casting, pour la plupart des acteurs de seconde zone, impressionne par sa médiocrité. Tous coincés dans leurs personnages caricaturaux, ils ne parviennent pas à imposer la moindre subtilité et donc la moindre empathie, y compris le pourtant bon d’habitude Richard Roxburgh qui se prélasse dans une composition de Colonel Kurtz du pauvre. On attend patiemment qu’ils crèvent tous, généralement dans des séquences un peu gores réussies, mais sans passion. Dommage car parfois Sanctum dévoile des trésors de tension et des images sublimes.

En bref... Oubliez le nom de James Cameron largement mis en avant pour la promotion de Sanctum! À part l'apport de ses caméras, le milieu sous-marin et un goût prononcé pour le spectaculaire, Sanctum n'a pas grand chose à voir avec l'oeuvre du canadien. Lui qui s'est amusé à cracher sur de bons films convertis en 3D soutient bizarrement cette série B loin d'être honteuse mais tout de même assez faiblarde. Avant de voir du vrai survival en 3D, technologie aussi sublime que pas à sa place ici car elle augmente un espace voulu restreint, il faut se taper une longue intro bien chiante et des personnages calés dans les pires clichés du genre. On s'ennuie un peu, mais on assiste également à quelques séquences surpuissantes. Pas le thriller claustro souhaité, pas la purge crainte, mais une série B assez banale où le bon et le beaucoup moins bon s’enchaînent allègrement.

Vous souhaitez soutenir Horreur.net ? N'hésitez pas à faire un don, même symbolique, sur Tipee.

Thématiques