Le Scaphandrier

2.0/10
Le Scaphandrier

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Re-animagore88 Re-animagore88
Graine de psychopathe - 147 critiques
publié le 21/02/2015 - 18:36

Alain Vézina est avant tout

Alain Vézina est avant tout un enseignant de cinéma au Cegep et il ne cache pas son goût pour les monstres à la godzilla et les films de type slasher des années 1980. Après des années à chercher du financement dans un environnement où les producteurs publiques québécois sont encore méfiant à diriger leurs argents dans un univers horrifique, il est difficile de s'imposer dans le film de genre.

Pourtant le Québec a eu son premier film de zombies fous avec David Cronenberg dans les années 70, celui-ci avait d'ailleurs reçu de nombreuses critiques avec son film ''Frisson''; lui reprochant de lapider les fonds publiques en réalisant des films trashs et dégradants. Pour revenir sur le film de Vézina qui s'insipira fortement des films américains ''Halloween'' et ''Fog'', celui-ci n'a reçu qu'un maigre 2 millions de dollars pour la production de ce films, ce qui équivaux au budget du buffet du midi sur les plateaux de tournages chez les américains, bref c'est bien peu, surtout que de nos jours en 2015, 1 millions c'est vite dépensé. Côté scénario, malheureusement les clichés sont nombreux mais bon, le film n'est-il pas un espèce d'hommage au cliché du genre?

Les acteurs s'en tirent plutôt bien malgré des dialogues qui vise le minimum et ont à droit à quelques moments drôles, ce qui permet au film de se dérider un peu, tant le scénario semble bancal et prévisible comme tout bon film de série B américaine dont il s'inspire. Cependant, ce qui aurait pu faire la force du film semble avoir été coupé par la censure de la régie du cinéma québécois et je parle bien sûr du gore qui est bien peu présent et dont la plupart des meurtres sont hors champs. En espérant une sortie DVD non censuré. Que dire des effets CGI dont le sous-marin qui ne peut que nous faire sourire tant les effets de synthèses sont ridicules, aussi bien tourner avec un sous-marin jouet dans une baignoire que cela ferait plus réaliste.

Je voulais aussi souligner le manque de publicité de ce film afin de le promouvoir publiquement, selon Vézina le film à été boudé par les station Tv et pour la plupart ils n'ont pas accepter de passer la Bande annonce, ce qui est déplorable surtout que ces même personnes hurlent que le cinéma québécois n'est pas accessible pour le grand public et lorsqu'une production de ce genre est mise en marché, il refuse d'en faire la promotion, c'est à ni rien comprendre??!! C'est ça continuer à faire passer les bande-annonce des merdes comme Ouija sur vos station, car les producteurs vous paie cher pour diffuser ces films indigestes.

Pour terminer, malgré ses imperfections nombreuses, il vaut tout de même la peine de s'y attarder, peut-être avec un peu de chance ce film ouvrira les portes à de futurs productions de film de genre dans l'univers du cinéma québécois qui selon la légende produit trop de film d'auteurs, pour ma part : longue vie à Robert Morin, Denis Côté, Stéphane Lafleurs et à tous les cinéastes québécois qui n'ont pas peur de sortir des zones de conforts des spectateurs.

Avez-vous apprécié ce commentaire ?