Megan Is Missing

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Grandpa Grandpa
Copycat Killer - 39 critiques
publié le 20/08/2012 - 18:00
10
 

Du found footage intelligent...

Quand j'entends found footage, en général je pense (footage) de gueule... ok elle est facile et je suppose pas originale du tout!... bref là n'est pas le sujet, mais je suis loin d'être un adepte de ce genre de film à part bien sûr Cannibal holocaust .Megan et Amy sont les meilleurs amies du monde,et même si leurs caractères sont diamétralement opposés. L'une suce pour une dose de coke et l'autre dort avec ses nounours. Voilà comment (en gros) faire une présentation de ses deux ados, qui mis à part leurs différences se retrouvent l'une dans l'autre(oups!). C'est en partie pourquoi les trois premiers quarts d' heures sont assez long, mais important pour présenter nos jeunes donzelles, leurs amitiés, leurs différences,mais surtout,Oui surtout, pour exposer au grand jour les dérives (c'est peu de le dire) du net, ses sites de rencontres en particulier. Je savais que le hardcore arriverait 22 minutes avant la fin, mais ça commence tout doucement avec une critique acerbe sur les médias américains et leurs dérives aussi (reconstitution grotesque, beaucoup de son, etc..) tel un film, bref c'est comme ça là bas et c'est bon de savoir, que si t'es parents dans ce pays, tu dois malgré toi faire le (show). The girl next door m'avait mis mal à l'aise mais cette fin est tellement dure qu'il le surpasse nettement. Sûr que ce n'est pas un film pour tout le monde ,mais vraiment important quand tu es père ou mère tout simplement... sur la jaquette j'aurai mis, film à caractère informatif, car quand j'en vois certains... bref un slap in my face et pourtant je ne suis pas maso. Sur ce... bon tchat!

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Marc.mlc
I am Legend - 1114 critiques
publié le 21/10/2011 - 21:00
8
 

Mefiez vous d'internet !

"Megan is messing" se présente sous la forme d'un documentaire sous forme d'extraits de séances de webcams entre deux adolescentes et de films issus de la caméra offerte en cadeau à l'une des deux. Et force est de constater que la forme sert bien le fond. Visant les dérives d'internet surtout vis à vis des ados, le métrage de Michael Goi se révèle très crédible. Le début parait assez lent mais peu passionnant mais il permet de faire connaissance avec ces deux ados. Par la suite, le métrage devient plus inquiétant voire même effrayant et choquant à la fin ! Un film assez original et doté d'un sujet plutôt bien traité !

Avez-vous apprécié ce commentaire ?

Portrait de Dante_1984 Dante_1984
I am Legend - 1124 critiques
publié le 05/10/2011 - 12:43
8
 

Les dérives de la toile

Megan et Amy sont deux adolescentes comme les autres. Elles se partagent leurs joies et leurs peines. Un jour, Megan fait la connaissance d'un certain Josh sur un forum. Quelques jours plus tard, Megan disparaît, mais le ravisseur semble déjà se tourner vers sa meilleure amie. Cette histoire est tirée d'un fait divers de 2007. Pour ce faire, Michael Goi a choisi de reconstituer ce récit sous la forme d'un faux documentaire. Une approche brute de décoffrage qui jongle avec les webcams, les portables et autres caméras afin d'insuffler une patte amateuriste à l'ensemble. Aucun effet visuel, une caméra tremblante, un cadrage parfois approximatif, pas de doute, on a vraiment l'impression d'être face à des images réelles.

Au vu du scénario, Megan is missing pointe du doigt les dérives d'Internet. Plus qu'une mise en garde, c'est un véritable électrochoc sur les conséquences des dangers de la toile qu'on nous inflige. Toutefois, il est bon de signaler que la première heure est assez plate, voire redondante à certains moments. Elle recèle simplement les états d'âme et le quotidien des deux jeunes filles. Une manière de s'attacher aux personnages, mais qui peine à retenir notre attention. À tel point que l'on a l'impression de s'être fourvoyé sur ledit film, annoncé comme « choquant » par les critiques. L'on pense alors qu'il ne passera rien de bien méchant à l'écran, jusqu'à ces vingt-deux dernières minutes.

Une fois le cadre posé, les protagonistes dépeints avec force, on plonge dans l'horreur. La seconde partie du récit nous propose de visionner les derniers instants de la vie d'Amy immortalisé sur son caméscope. Dès lors, l'atmosphère se métamorphose brutalement. À ce moment, on a du mal à réaliser ce qui défilent sous nos yeux. Séquestration, tortures physiques et psychologiques, viol, rien n'est épargné à la malheureuse victime. La caméra, entité inconsciente, filme patiemment son calvaire. Difficile d'avoir foi en une quelconque humanité au vu de ces images tout en sachant qu'elles décrivent avec perversité un « homme » froid, méthodique et insensible.

En démarrant lentement, Megan is missing risque d'en décourager plus d'un. Une exposition des personnages assez laborieuse, mais nécessaire compte tenu de l'exercice abordé. Outre la dénonciation évidente (en fait, un véritable signal d'alarme) des dangers d'Internet, on notera un opportunisme à peine dissimulé de la part des médias. Des émissions tape-à-l'oeil, des reconstitutions discutables et des interviews aussi plates que naïves : le show à l'américaine dans toute sa splendeur. Puis, au moment où l'on s'y attend le moins, l'histoire coupe court avec l'insouciance de la jeunesse pour imposer une vision violente et sans concession de la réalité. Une conclusion difficile à supporter pour un sujet qui est tout autant révoltant à son évocation.

Avez-vous apprécié ce commentaire ?