L'Exorciste du Vatican

4.9/10
L'Exorciste du Vatican

Critiques spectateurs

Réalisateur: Julius Avery Avec Russell Crowe, Alex Essoe, Daniel Zovatto, Franco Nero, Ralph Ineson

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Hades Hades
America's Most Wanted - 258 critiques
publié le 03/03/2024 - 08:50
6
 

Film réussi ou échec ?

Dans la lignée des films dérivé de "L'exorcisme" on a eu droit à toutes sortes de dérive et réinterprétation historique. Cependant, il faut rappeler que ces films n'ont pas vocation à faire de l'histoire mais plutôt à exploiter et réinventer des faits, la saga Conjuring l'a bien compris.

J'apprécie qu'on essaye de donner une analyse plutôt pertinente des problèmes que rencontre dans notre société moderne la pratique de l'exorcisme et cette tentation du rationalisme dans la politique du Vatican. Le personnage de Russell Crowe, le père Gabriele Amorth, incarne ce conservatisme d'un temps passé qui pourtant est atypique dans ses méthodes, fait assez marquant dans son introduction.

En soi, je trouve la performance de l'enfant en tant que possédé convaincante et même par moment malaisante.

Par contre, mettre les mauvaises actions de l'inquisition sur le dos d'un démon c'est l'argument facile qui peut déranger. En fait, le film se fait un peu l'avocat du Vatican au travers de ce récit, ce côté parti prit n'est pas surprenant dans ce genre horrifique mais peu agacer.

Globalement, le film se tient et la méthode d'exorcisme se détache quelque peu de ceux à quoi on est habitué, notamment par l'utilisation de l'humour. Par contre, la dernière partie souffre d'une trop grosse surenchère d'effets spéciaux qui fait perdre beaucoup en crédibilité.

Portrait de Geoffrey Geoffrey
America's Most Wanted - 341 critiques
publié le 11/05/2023 - 10:38
5
 

Avis paresseux

À l’annonce du projet, la perplexité était de mise : Russel Crowe en prêtre exorciste, cela n’allait pas de soi. Difficile en effet d’imaginer celui qui fut autrefois Maximus Desimus Meridius, père d'un fils assassiné, époux d'une femme assassinée, dans la soutane d’un employé du Vatican. Au final, c’est certainement le principal intérêt du film de Julius Avery, car pour le reste L’EXORCISTE DU VATICAN n’est qu’un film de possession parmi tant d’autres.

Rien, en effet, ne vient distinguer L’EXORCISTE DU VATICAN du tout-venant si ce n’est sa facture formelle (en même temps, avec un budget pareil…). La photographie est impeccable, et la réalisation est bonne malgré quelques fautes de goût gênantes (la bouche élargie de Russel Crowe vers la fin…).

C’est vraiment au niveau du scénario que le film pêche. Basée (sans doute de très loin) sur le vécu du véritable Père Gabriele Amorth, l’histoire de L’EXORCISTE… ne s’éloigne jamais des sentiers battus avec moults crucifix qui se retournent, un gamin qui parle de faire des choses obscènes avec la maman des curés, et des contorsions physiquement impossibles.

Pas désagréable, mais vite vu et aussi vite oublié (sauf peut-être s’il s’agit de votre premier film d’exorcisme).

Vous souhaitez soutenir Horreur.net ? N'hésitez pas à faire un don, même symbolique, sur Tipee.