L'Ile du docteur Moreau

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Supercoincoin

Depoussièrage

Supercoincoin (Copycat Killer - 37 critiques)
4
 
Il y a des pellicules qui vieillissent mal, j'aurais au moins applaudit l'idée si ce n'était en fait pas une adaptation. Le film est mou du genou, certes l'on ne s’attend pas à voir des courses de moto sur une route à contre-sens mais là il ne se passe vraiment pas grand chose, l'intrigue est vite dévoilée (ce qui aurait put être un atout, mais le reste n'est pas tellement bien exploité). Les personnages sont bancales et certainement plus par leur logique que pas leur maquillage. Les créatures sont suffisamment intelligentes pour comprendre des trucs absurdes mais trop débiles pour des choses assez simples et le héros qui s'insurge au début du film fini par molester lui même les bêtes de l'île, ce n'est pas spécialement crédible tout ça. Ce n'est pas un mauvais film mais cependant c'est dommage de tirer si peu d'une si bonne idée, peut-être était-il plus impressionnant à son époque.
publié le 04/09/2012 - 03:18
Portrait de Lebreihz

Pour son coté aventure

Lebreihz (I am Legend - 2309 critiques)
6
 
Au départ j'ai apprecié le coté aventure du film, ces naufragés qui débarquent sur cette île. Mais le film s'éssoufle assez vite, lorsque l'on nous décrit les expériences du bon docteur. Le point positif, c'est cette vision de la genetique totalement fausse d'ailleur que l'on pouvait avoir à la fin du XIX éme siècle. Par contre j'ai trouvé que le film se nanardise quelque peu dès que l'on est confronté au créatures engendrés par le docteur Moreau, dison que les maquillages font grossiers, ça n'a pas très bien vieilli.
publié le 21/05/2010 - 14:53
Portrait de Frank zito

Vinaigre

Frank zito (Graine de psychopathe - 103 critiques)
2
 
Le brave Michael York échoue sur une île verdoyante régentée par un savant dément qui multiplie les expériences sur les animaux pour en faire des hommes, ou vice versa. Hélas, ces derniers basculent toujours du coté primitif, et ce malgré la Loi que notre brave Burt Lancaster leur enseigne (comme par exemple de Ne pas chasser les humains, car « telle est la loi). Affligé par tant de connerie, il décide d’inoculer son sérum au pauvre Bradock pour enfin essayer de comprendre le pourquoi du comment. Que dire… Il est de ces films dont la réputation est quelque peu surfaite… Et bien « L’île du docteur Moreau » fait parti de ceux-ci. Maquillages si grotesques qu’ils feraient mourir de rire les Ewoks, réalisation aussi saisissante que l’intégrale Téléshopping saison 1, des décors naturels mis en valeur par une photographie pisseuse et enfin scénario si bien pensant qu’il ferait passer un interview d'Hélène Ségara pour un appel au meurtre. Bref, le temps est passé sous les ponts depuis 1977, et ce qui était présenté comme une bonne petite cuvée à l’époque a vu le temps le transformer en infâme vinaigre. « Celui qui enfreint la loi retourne dans la maison de la souffrance » répète à l’envie le Docteur Moreau. Sans vous mentir, je n’ai rien enfreint du tout (Pour preuve : j’étais tranquillement affalé dans mon canapé, dans un état de somnolence aigu), et j’y ai passé 1h30 dans la maison de la souffrance ! Son nom ? « L’île du docteur Moreau » bien sûr !
publié le 01/01/2007 - 00:00
Portrait de GORE MANIAC

Modeste adaptation

GORE MANIAC (Serial Killer - 798 critiques)
6
 
Un film qui sent le bis à plein nez. Taylor n'est en effet pas très chevronné, et sa mise en scène balance trop entre film d'aventures et fantastique. La photographie a pris un coup de vieux, et Lancaster n'est pas très effrayant en savant fou. Malgré le charme sulfureux de l'ex-James Bond girl Barbara Carrera (Jamais Plus Jamais), on finit par s'ennuyer. J'ai préféré la version avec Brando, pourtant décriée...
publié le 01/01/2007 - 00:00

Derniers commentaires