Zorro

-
Zorro

Critiques spectateurs

Réalisateur: Duccio Tessari Avec Alain Delon, Stanley Baker, Ottavia Piccolo, Moustache, Enzo Cerusico

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Lebreihz Lebreihz
I am Legend - 2307 critiques
publié le 02/06/2014 - 23:28

Zorro est arrivé !

Oui je sais mon titre est celui d'une parodie de ...zorro , qui est évoqué dans le film "le gendarme de saint tropez ". Qu'est ce qui est remarquable dans ce film ?, pas le scénario en tout cas, c'est l’histoire de Zorro, celle que tout le monde connait. C'est à dire celle de de Don la Vega gouverneur de la province iu se situe au 19 ème siècle al ville de Los Angeles,qui est aussi le" justicier masqué redresseur de tort. Oui ce que je révèle là n'est pas un spolier, c'est très connu. Alors qu'est ce qui est remarquable dans totu cela ?, le double rôle de Delon tout simplement . Qui est tout a fait là ou l'on s'attend a ce qu'il y soit c'est à dire dans le rôle titre. Justicier masqué et mystérieux, qui n'a peur de rien et surtout pas des crapules qui saignent le peuple a blanc, et séducteur au charme naturel d'une jeune fille nommé Hortensia que cette ignoble crapule de colonel Huerta n'es paos capable de faire , a moins df'essayer de la violer naturellement ! Par contre son double rôle dans Don de la vega est surprenant. Il y interprète un rôle d'un être pleutre et lâche ! et allez savoir pourquoi c'est assez pénible, et en même temps une bonne performance d'acteur....de la part d'un Delon qui en ces années là est le "mâle alpha", un séducteur au cinéma, bref vous m’avez compris !. Outre cette aspect des choses, le film relève plus de la comédie que d'autre chose, il n'y a rien de sombre la dedans !. En fait le réalisateur s'amuse à voir l'autorité ridiculisé ! . Voyez on nous présente le sempiternel sergent Garcia , éternel balourd au propre comme au figuré qui ne comprend rien. Autre exemple les ennemis de Zorro ne sont presque jamais tués, mais ridiculisés en finissant soit a la baille, soit dans le fumier.Notre cher renard lui s'en tire sans un accroc à sa cape ! Et là on retrouve cette volonté toute hispanique de tourner en dérision l'armée et les militaires. C'est un peu l'esprit que l'on retrouve dans le roman Espagnol le plus connu qu'est....Don Quichotte de Cervantès qui n'a pas son pareil pour décrire des militaires dérisoires !

Thématiques