Le Couperet

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Lebreihz

Coupeur de têtes

Lebreihz (I am Legend - 2309 critiques)
8
 
Que dire en voyant ce film ? Eh bien que notre homme ne fera certainement pas une reconvertion professionnelle en tueur à gage ! Moi qui croyait que l'on allait à assister à un film qui met en avant le monde de l'entreprise et du recrutement, ou vous avez à faire à des chasseurs de têtes, avant d'avoir à faire quelques année plus tard à des coupeurs de têtes, eh bien non ! On nous dépeint avant tout le parcour d'un chomeur de longue durée, la quarantaine, cadre de son état, qui à toute les peine du monde à retrouver un job. On est là plus que jamais dans la réalité, car des salariés licenciés pour cause de délocalisation (colocalisation comme dirait quelqun, c'est comme pour dire oncologie au lieu de cancerologie, ça atténue un petit peu les effets d'annonces), aujourd'hui c'est par wagon entier, surtout si vous êtes... cadre justemnent, pourquoi ? car votre utilité reste toujours possible à mettre en avant, il ya des organismes spécilialisés dans ce domaine, qui intervienent auprès des grosses boîtes et dont c'est le rôle. Finalement on se croirait dans "la liste schindler" ou l'officier Waffen SS demande au juif manchot de Schindler si il est utile au reich, avant gentiment de lui faire exploser la tête avec leur "parabellum", et avec le sourire !. Eh bien dans l'entreprise on en est pas encore là, certes (enfin pas pour l'instant), mais si vous n'êtes plus vraiment utile, le DRh vous le notifie lors de l'entretient de débauche !, très gentiment. Et quand vous êtes cadre même à 4000 euros le bout, être au chom ça fait mal, c'est comme si on vous retirais vos attribus sexuels (enfin pour les hommes), vous n'êtes bon qu'a mendier du boulot là ou vous pouvez et perdre votre dignité lors d'entretient d'embauche, parfois à la limite de la décence (avec des questions parfois humiliantes), comme disait un de mes profs d'économie "on ne embauche pas pour vous faire plaisir, mais parce que on a besoin de vous" et là c'est un peu comme dans le film "les trois frères", ou un recruteur signifie à légitimus que son cv est très bon, mais qu'il ya un problème, c'est qu'il est...demandeur d'emploi !, donc faites vous embaucher ailleurs et revenez nous voir, je sais j'ai vécu ce genre de chose, et là à l'entretien d'embauche il faut être bon, certains c'est leur truc, d'autres pas du tout (comme moi par exemple), l'école ne devrais pas former à un métier, mais plutôt vous former à ,passer des entretients d'embauches) Pour revenir au film, c'est....fendard !, notre homme est certe un assassin, mais voilà on arrive pas à le détester, tant il est maladroit ! c'est à se demander comment il fait pour pas se faire gauler. C'est clair, le film est orienté vers la satyre et le cynisme (le film difuse assez souvent le journal radio ou on apprend que l'indice boursier grimpe, parce que justement les entreprise deviennent plus rentables, car elles délocalisent), les dialogues sont carrément fendards du style "j'ai songé a butter le patron", oui ! pourquoi pas comme ça il ne va plus vous virer. Et mieux encore, butter également tout les travailleurs Chinois, bulgares, ou roumains et j'en passe, car ils sont des......concurrents, seulement ça veut dire zigouiller la moitié de la planète là !. On nous dépeint un système de socièté ou le travailleur n'est plus qu'une marchandise ou une machine jetable après utilisation, ou pourquoi pas "ein stuck"(vérifier ce mot et vous allez tout de suite comprendre). C'est l'idée par laquelles aujourd'hui vous êtes "in" et le lendemain vous êtes "out", au chomage.L Et là vous avez pleins d'"amis" (enfin pour ceux qui vous en reste), qui vous sont plein de bon conseil (et ausi le de leçon de morale) pour trouver du boulot, et devinez quoi !, quand eux mêmes un jour sont dans votre situation, il s'appliquent à eux-même tellement bience qu'ils vous ont prodigués, que 3 ans plus tard ils sont toujours en train de le faire !, voyez hein !.L'idéal coyez moi c'est de bosser pour aucune entreprise (publique ou privé), comme ça pas de CV, pas d'entretien, pas de DRH (c'est la vie rêvée ça). Donc comme je disais dans ce film on a pas de réels critiques de l'entreprise, pour ça il ya d'autres films comme "Riens du tout" avec fabrice luchini, iç au contraire on voit plutôt la question d'un point de vue famillialle, avec son rejeton qui dérape, et un grand moment de doute,lorsque les force de l'ordre débarquent en force, on se demande pour qui ?, pour le fils ou pour le père ?. Un bon film sur la question du chomage qui ne tombe pas dans le misérabilisme, mais qui au contraire incinte beaucoup à la réflexion, sur ce que nous sommes devenu.
publié le 24/04/2013 - 23:03

Un chef d'oeuvre de cynisme...

Marc.mlc (I am Legend - 1114 critiques)
10
 
Ca fait tout de même plaisir de voir que Costa-Gavras, spécialiste des films politiques (Z, Amen...) n'a rien perdu de son mordant! Noir, cynique, malsain parfois mais aussi très drôle, Le Couperet est tout cela à la fois. Mais attention, quand je dis que le métrage de Costa-Gavras est drôle, ne vous attendez surtout pas à une comédie, ici le second degré et l'humour noir sont omniprésents!! On rit beaucoup devant les situations absurdes dans lesquelles est entraîné malgré lui le personnage principal, devant les meurtres complètement surréalistes et maladroits souvent commis en plein jour ou devant les réflexions que font certains personnages si on leur demande ce qu'ils feraient en cas de licenciement... Mais Le Couperet n'est pas qu'un film drôle, le métrage est avant tout une réflexion sur la place du travail dans notre société. Et le constat est sans appel : sans travail on n'est rien et le chômage marginalise dramatiquement les gens contre leur gré. Et pour retrouver du travail, la concurrence est rude obligeant le personnage principal, père de famille sans histoire à recourir à un moyen expéditif pour retrouver un poste. Le diktat des entretiens d'embauche handicapant les gens qui ne sont pas des beaux parleurs mais tout à fait capables est aussi bien montré avec l'entretien complètement raté à cause d'un mauvais feeling avec la recruteuse malgré un CV béton. Je pense que toute personne ayant un jour connu une période de chômage se reconnaitra devant certains aspects du personnage de José Garcia, notamment dans son découragement après X entretiens d'embauche où dans son pétage de plomb. Critique cynique et sans concession de la brutalité de notre société et porté par un José Garcia fabuleux, Le Couperet est un chef d'oeuvre à voir absolument!
publié le 19/08/2009 - 18:17
Portrait de Dante_1984

La fin justifie les moyens

Dante_1984 (I am Legend - 1124 critiques)
8
 
Incarnant un personnage torturé, à la recherche d'un emploi, José Garcia signe ici l'un de ses rôles les plus percutants. Doté d'une réalisation admirable (que pouvait-on attendre d'autre de la part de l'innénarable Costa-Gavras), Le Couperet est un habile mélange dramatique et policier. Il nous permet d'entrevoir le quotidien d'un chômeur diplômé prêt à tout pour retrouver un emploi, même à commettre l'irréparable. Que peut faire un homme pour assouvir ses désirs ? Quelles sont ses limites ? Le réalisateur nous donne la réponse à ces questions tout au long de l'histoire. En conclusion, un film brillant, non dénué d'un certain sens de l'humour. Une réussite.
publié le 23/12/2008 - 11:38

Derniers commentaires