Voir la fiche complète du film : Communion sanglante / Alice, Sweet Alice (Alfred Sole - 1976)

Alice Sweet Alice

Alice, Sweet Alice, c’est du bon ! Du slasher qui ne reste pas dans les clous balisés du genre, et donc qui se doit d’être vu par les amateurs qui en ont marre de manger toujours la même soupe.
Publié le 7 Décembre 2022 par Punisher84Voir la fiche de Communion sanglante / Alice, Sweet Alice
8
Tueur en série

Préparez-vous car aujourd’hui, c’est communion. Et en attendant que vous récitiez vos prières par cœur, je vais vous parler d’Alice, Sweet Alice.

Grâce à Rimini, une maison d’édition déguisée en père Noël toute l’année, vous allez découvrir un slasher un peu particulier, et sorti quelque temps avant le maître-étalon du genre, à savoir le Halloween de John Carpenter.

 

« Dites Sweet, Alice. Allez ! »

 

Alice Spages (Paula Sheppard), âgée de 12 ans, vit avec sa mère divorcée et sa sœur Karen (Brooke Shields). Tandis que celle‑ci s’apprête à faire sa première communion, on retrouve son cadavre mutilé dans l’Église. Les soupçons se tournent bientôt vers Alice…

Deux ans avant le chef-d’œuvre de Carpenter, Alfred Sole (chef décorateur pour la série Castle ou encore le récent reboot de MacGyver) réalisait cette petite pépite à l’atmosphère diaboliquement anxiogène. Nous y suivons le désarroi de parents dont une des filles fut assassinée le jour de sa communion dans des circonstances plus que troublantes.

Je commencerai par ce qui m’a le plus frappé, c’est-à-dire le désarroi cité plus haut. Dans sa première partie le film se concentre sur cet aspect, sans négliger celui du slasher. Il le collera ensuite de très prêt dans la seconde. Le basculement se fait dans un crescendo maitrisé par une mise en scène subtile : slasher, drame, thriller et re-slasher. Décidément, j’aime les petits budgets. Car ils poussent à se surpasser ! En gros, Alice… est l’antithèse du « cul entre deux chaises ».

 

alice-sweet-alice-main.jpg

« Vous voyez bien qu’il ne faut pas grand-chose. »

 

J’ai toutefois quelques réserves concernant le casting. J’avoue qu’il me parait trop… statique. Est-ce dû à la facture télévisuelle de l’époque ? Certainement. Mais j’ai préféré me concentrer d’abord sur le principal, car combien de films imparfaits aimons-nous ? Quand bien même je suis d’avis que pour apprécier les qualités d’un film il faut non seulement rester ouvert sur ses qualités mais aussi sur ses défauts.

J’ai rapidement vu venir « la couleur », mais cela ne m’a pas empêché d’être déstabilisé par plusieurs passages. Et quand j’y réfléchis, il s’agit de TOUS ceux où l’on voyait le tueur ! Un exploit. Je ne savais pas qui, ni comment et encore moins pourquoi. Des incertitudes qui me donnèrent un froid dans le dos constant depuis la très dérangeante première scène de meurtre. Un passage impensable aujourd’hui ! Alice, Sweet Alice n’hésite pas à érafler l’image conventionnelle du gamin innocent, en plus de proposer une véritable réflexion autour du poids de la religion.

Bref, Alice, Sweet Alice, c’est du bon ! Du slasher qui ne reste pas dans les clous balisés du genre, et donc qui se doit d’être vu par les amateurs qui en ont marre de manger toujours la même soupe.

 

Alice-Sweet-Alice-Edition-Collector-Limitee-Combo-Blu-ray-DVD.jpg

 

Comme d’habitude, le combo Rimini se présente sous la forme d’un Digipack à trois volets, glissé dans un fourreau cartonné. Vous y trouverez l’indispensable livret signé Marc Toullec et intitulé Le Bon Dieu sans confession (20 pages), mais aussi une présentation du film (24’) par Gilles Gressard, écrivain et historien, qui revient très largement sur le casting, sur la place d’Alice, Sweet Alice dans le registre du slasher, les thèmes du film (l’enfance vénéneuse, une réflexion sur l’influence de la religion sur la famille et sur les cas psychanalytiques que la religion peut engendrer), la carrière du réalisateur Alfred Sole, ses inspirations et ses problèmes de financement, sans oublier son statut désormais culte. Du travail d’orfèvre, une fois encore.

Autres critiques

Sulfures: Don't Let Him In
**Attention, cette chronique contient des spoilers**. Afin de se mettre au vert quelques jours, un riche héritier accepte d'accompagner une jeune femme, connue la veille, le frère de cette dernière et sa fiancée, à la campagne, le temps d'un week-end censé être reposant. Tandis que la population locale évoque avec crainte un tueur en série sévissant dans les bois, le quatuor découvre un homme...
Mega Shark Vs. Octopus
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Durant une plongée sous-marine, une scientifique est interpellée par la fuite d'un groupe de baleines. En fait, la fonte de la calotte glacière a ramené à la vie deux monstres marins que l'on croyait éteints depuis des millions d'années : une pieuvre géante et un mégalodon. Spécialisée dans les nanars à budget réduit, la maison de...
Saw 5
Que de critiques négatives sur cette pauvre série Saw ! Alors que tout le monde ou presque s'accordait à dire que le premier épisode était excellent, chaque nouvelle suite déclenche un déluge de railleries dans le petit monde des amateurs de l'horreur (et c'est pas près de s'arrêter avec les futurs opus 6 et 7). On leur reproche d'être uniquement commerciales, ce qui est entièrement vrai...
Ginger Snaps : Aux origines du mal
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Au début du XIX ème siècle, au Canada, deux jeunes soeurs, rescapées du naufrage d'un navire, trouvent refuge dans un fort assiégé la nuit par d'étranges créatures. Le dernier volet de la trilogie des Ginger Snaps peut se définir comme une préquelle revenant aux origines de la malédiction frappant les deux soeurs, Ginger et Brigitte. Cet...
Fanatique
**Attention, cette critique contient de nombreux spoilers.** Sept étudiants séjournent un week-end sur une petite île afin d'y étudier la faune locale. Ils sont accueillis sur place par leurs hôtes, un couple de cinéphiles sympathique mais quelque peu insolite. Le slasher, sous-genre horrifique rendu célèbre dès la fin des années 70, avec le succès des franchises Halloween et Vendredi 13 ,...
Communion sanglante / Alice, Sweet Alice
Réalisateur:
Durée:
98 min. / 108 min.
7.625
Moyenne : 7.6 (16 votes)

Alice, Sweet Alice (1976) - Trailer

Thématiques