Voir la fiche complète du film : Communion sanglante / Alice, Sweet Alice (Alfred Sole - 1976)
[[

Alice Sweet Alice

Alice, Sweet Alice, c’est du bon ! Du slasher qui ne reste pas dans les clous balisés du genre, et donc qui se doit d’être vu par les amateurs qui en ont marre de manger toujours la même soupe.
Publié le 7 Décembre 2022 par Punisher84Voir la fiche de Communion sanglante / Alice, Sweet Alice
8
Tueur en série

Préparez-vous car aujourd’hui, c’est communion. Et en attendant que vous récitiez vos prières par cœur, je vais vous parler d’Alice, Sweet Alice.

Grâce à Rimini, une maison d’édition déguisée en père Noël toute l’année, vous allez découvrir un slasher un peu particulier, et sorti quelque temps avant le maître-étalon du genre, à savoir le Halloween de John Carpenter.

 

« Dites Sweet, Alice. Allez ! »

 

Alice Spages (Paula Sheppard), âgée de 12 ans, vit avec sa mère divorcée et sa sœur Karen (Brooke Shields). Tandis que celle‑ci s’apprête à faire sa première communion, on retrouve son cadavre mutilé dans l’Église. Les soupçons se tournent bientôt vers Alice…

Deux ans avant le chef-d’œuvre de Carpenter, Alfred Sole (chef décorateur pour la série Castle ou encore le récent reboot de MacGyver) réalisait cette petite pépite à l’atmosphère diaboliquement anxiogène. Nous y suivons le désarroi de parents dont une des filles fut assassinée le jour de sa communion dans des circonstances plus que troublantes.

Je commencerai par ce qui m’a le plus frappé, c’est-à-dire le désarroi cité plus haut. Dans sa première partie le film se concentre sur cet aspect, sans négliger celui du slasher. Il le collera ensuite de très prêt dans la seconde. Le basculement se fait dans un crescendo maitrisé par une mise en scène subtile : slasher, drame, thriller et re-slasher. Décidément, j’aime les petits budgets. Car ils poussent à se surpasser ! En gros, Alice… est l’antithèse du « cul entre deux chaises ».

 

alice-sweet-alice-main.jpg

« Vous voyez bien qu’il ne faut pas grand-chose. »

 

J’ai toutefois quelques réserves concernant le casting. J’avoue qu’il me parait trop… statique. Est-ce dû à la facture télévisuelle de l’époque ? Certainement. Mais j’ai préféré me concentrer d’abord sur le principal, car combien de films imparfaits aimons-nous ? Quand bien même je suis d’avis que pour apprécier les qualités d’un film il faut non seulement rester ouvert sur ses qualités mais aussi sur ses défauts.

J’ai rapidement vu venir « la couleur », mais cela ne m’a pas empêché d’être déstabilisé par plusieurs passages. Et quand j’y réfléchis, il s’agit de TOUS ceux où l’on voyait le tueur ! Un exploit. Je ne savais pas qui, ni comment et encore moins pourquoi. Des incertitudes qui me donnèrent un froid dans le dos constant depuis la très dérangeante première scène de meurtre. Un passage impensable aujourd’hui ! Alice, Sweet Alice n’hésite pas à érafler l’image conventionnelle du gamin innocent, en plus de proposer une véritable réflexion autour du poids de la religion.

Bref, Alice, Sweet Alice, c’est du bon ! Du slasher qui ne reste pas dans les clous balisés du genre, et donc qui se doit d’être vu par les amateurs qui en ont marre de manger toujours la même soupe.

 

Alice-Sweet-Alice-Edition-Collector-Limitee-Combo-Blu-ray-DVD.jpg

 

Comme d’habitude, le combo Rimini se présente sous la forme d’un Digipack à trois volets, glissé dans un fourreau cartonné. Vous y trouverez l’indispensable livret signé Marc Toullec et intitulé Le Bon Dieu sans confession (20 pages), mais aussi une présentation du film (24’) par Gilles Gressard, écrivain et historien, qui revient très largement sur le casting, sur la place d’Alice, Sweet Alice dans le registre du slasher, les thèmes du film (l’enfance vénéneuse, une réflexion sur l’influence de la religion sur la famille et sur les cas psychanalytiques que la religion peut engendrer), la carrière du réalisateur Alfred Sole, ses inspirations et ses problèmes de financement, sans oublier son statut désormais culte. Du travail d’orfèvre, une fois encore.

Autres critiques

L'Anthropophage
Attention, cette chronique contient des spoilers. Durant l'été, de riches étudiants font le tour des îles grecques et acceptent l'invitation d'une jeune photographe à séjourner quelques jours sur une île privée. Mais la totalité de la population semble avoir mystérieusement disparu. Directeur de photographie assez réputé en Italie, Joe d'Amato se lance dans la mise en scène de films d'aventures...
Les Dossiers Secrets du Vatican
Alors qu'elle fête son anniversaire en compagnie de son père et de son petit-ami, Angela s'entaille le doigt avec un couteau. Emmenée aux urgences, son comportement change subitement. Depuis l'Exorciste , le film de possession a toujours fait recette au cinéma. Il n'est donc jamais rare de découvrir chaque année de nouvelles bobines censées apporter un second souffle à ce sous-genre horrifique...
The Human Centipede
Pour se faire remarquer dans le cinéma de genre, il faut soit faire un bon film original, soit partir dans le trash, le dégueulasse et le malsain. C'est ce qui se passe avec The Human Centipede , film néerlandais qui a défrayé la chronique et les sites internet spécialisés dans le cinéma horrifique. Partant d'un postulat de base complètement loufoque, le film se taille une réputation de...
la Légende d'Hercule
Ah, l'Olympe, ses Dieux et leurs pouvoirs... On peut dire qu'ils en auront inspiré des oeuvres variées. De l'amusant Percy Jackson : Le Voleur de Foudre au navrant La Colère des Titans , en passant par une foule de nanars plus ou moins honteux, la mythologie grecque en aura pris pour son garde plus souvent qu'à son tour. Ce n'est cependant rien en comparaison de ce qu'a dû subir l'un de ses héros...
Ouvert 24/7
Un camionneur fait une halte bien méritée dans un petit café perdu en pleine campagne. Pour s'attirer les faveurs de la serveuse, il se met en tête de lui raconter une histoire épouvantable. Le cinéma français regorge, paraît-il, de nouveaux talents en matière d'horreur. Le Chat qui Fume en possède d'ailleurs tout un catalogue. Après l'hommage au giallo avec Blackaria , c'est...
Communion sanglante / Alice, Sweet Alice
Réalisateur:
Durée:
98 min. / 108 min.
7.5
Moyenne : 7.5 (14 votes)

Alice, Sweet Alice (1976) - Trailer

Thématiques

Les clowns tueurs au cinéma