Voir la fiche complète du film : Ouija Shark (Brett Kelly - 2020)
[[

Ouija Shark

Avec Ouija Shark, on s’éloigne de l’appellation de film de requins pour se cantonner à une série Z moisie qui sort de toute considération rationnelle. Scénario, réalisation, effets spéciaux, interprétation… On saccage et on gaspille le moindre millimètre de bobine pour fournir un étron cinématographique comme on en voit peu.
Publié le 18 Septembre 2022 par Dante_1984Voir la fiche de Ouija Shark
0
Requin

Comme si la réalité n’était pas suffisante pour nous confirmer que la bêtise humaine est sans limites, on distingue une frange cinématographique qui prend un malin plaisir à nous le rappeler. Le genre d’incursions Z qui laissent pantois par un tel dénuement non de moyens, mais de talent et d’intérêt à l’existence de pareils blasphèmes du septième art. Dans cette mouvance, la sharksploitation occupe une place de choix pour d’innombrables tâcherons souhaitant exprimer leurs misérables visions d’un sous-genre autant opportuniste que fallacieux dans ses intentions. Sous le pseudonyme de Scott Patrick, Brett Kelly revient alors à la charge après des essais aussi déplorables qu’effroyables : Raiders of the Lost Shark et Jurassic Shark.

 

La planche venue de la mer...

À vrai dire, on distingue aisément la patte poisseuse de ce « cinéaste » autoproclamé. Un grain d’image qui ferait passer Les Feux de l’Amour pour un chef d’œuvre visuel. Un jeu de caméras qui en oublie les bases mêmes des techniques de mise en scène. Un casting tout droit sorti d’une pochette surprise… Le ton est donné et l’on ne fait guère les choses à moitié pour les saccager dès les premières secondes. Après l’inutilité du générique d’introduction (5 minutes), on reprend des plans, des situations et des lieux similaires aux bévues précitées. La plage, une potiche empotée, un plan d’eau saumâtre et une planche ouija en guise d’élément perturbateur, du moins dans la masse grise qui s’assimile au cerveau des scénaristes.

D’ailleurs, faut-il un cerveau pour deux scénaristes ou deux cerveaux pour un scénariste afin de commettre pareille imbécillité ? La question a le mérite d’être posée et demeure l’unique interrogation qui vaille le détour. La suite, elle, est connue de tous dans son déroulement, mais pas forcément dans son exposition. On se moque éperdument de l’intrigue ou du semblant d’histoire qui, en dépit, de sa simplicité intrinsèque est incapable d’enchaîner deux scènes avec un minimum de cohérence. On ne compte plus les faux raccords ou les invraisemblances qui déferlent plus rapidement qu’un raz-de-marée. Cela sans oublier ces clichés ambulants, pas même en mesure d’aligner une répartie avec l’intonation ou l’expression adéquate.

 

La bête qui sort de terre...

Mais cela n’est rien lorsqu’on constate que le massacre en devenir se mue dans un délire halluciné où le fantôme d’un requin hante les bas-fonds d’une piscine ou les contrées hospitalières de la forêt à proximité ! Une ombre plane entre les arbres, sans doute un morceau de papier découpé maladroitement et colorié avec un feutre bon marché. Pour les visions spectrales, on nous inflige un squale en pâte à modeler croisé avec un Playmobil. Mention spéciale aux animations où la mâchoire inférieure de l’animal s’agite avec un « réalisme » effarant. À cela s’ajoutent des effets psychédéliques du plus mauvais goût, notamment lors de l’invocation fortuite du requin.

Ouija Shark se ponctue de ces instants méphitiques où l’on s’interroge sur sa santé mentale, si l’on a bien remarqué ce que les images dégorgent comme immondices graphiques. On songe à ces courses poursuites en vue subjective où l’animal fonce dans un tourbillon de magmas ectoplasmiques, le tout dans un silence aussi assourdissant que cocasse. Les morts sont vite enchaînées et pour le moins ratées. Merci au montage catastrophique de mettre fin au calvaire au plus vite. Énième irruption non identifiée dans le ciel : un combat entre l’esprit du requin et celui d’un personnage secondaire, sorte d’amalgame poussif et terrifiant entre Dr Strange et Dragon Ball. Un véritable cas d’école…

 

Un nouvel modèle de Playmobil à l'échelle 1/1

Au final, Ouija Shark relève d’une autre dimension. Si l’on a pu constater que les précédentes frasques de son géniteur feraient passer les productions SyFy et Asylum pour de bons films, la présente incursion les place au rang de chef d’œuvre. Certains peuvent apprécier le côté artisanal des séries Z. Pour autant, celles-ci démontrent qu’il ne suffit pas de tenir une caméra pour être réalisateur. Du poivrot sur le point de se soulager, puis agressé dans une cage d’escalier par le squale, jusqu’à cet affrontement astral d’une connerie sans nom, les exemples d’incongruité fourmillent en tous sens. Dans un état second, l’exercice pourrait paraître amusant. Il n’en demeure pas moins infâme, voire abject.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

A Christmas horror story
Quand Noël approche, les rues s’illuminent, les chaumières se remplissent de cadeaux plus ou moins utiles et quelques métrages tendent à raviver l’esprit de Noël par le biais d’histoires niaises et/ou larmoyantes. Enfin presque, puisque le genre horrifique ne déroge pas à la règle et nous offre son lot d’atrocités qui se déroulent pendant les fêtes de fin d’année. Dans cette veine, la dernière...
Oblivion
Alors que l'humanité a subi une guerre nucléaire, elle s'est exilée sur Titan, le satellite de Saturne. Sur Terre, Jack Harper et sa compagne Victoria surveillent l'étendue des dégâts en espérant un jour prochain pouvoir rejoindre les leurs sur Titan... Pour son premier long-métrage, Joseph Kosinski s'était attelé à la suite de Tron, rien que ça. Bien que les critiques l'aient...
Dance in the Vampire Bund
On le sait, les vampires ont largement été représentés dans la culture populaire. Le septième art ne fait pas exception à la règle et, tout comme les zombies et autres mythes en vogue, a usé le filon jusqu'à la corde. Difficile d'innover sur un sujet aussi récurrent et encore plus de ne pas sombrer dans les clichés maladroits après le passage de la bit-lit et ses rocambolesques romances à l'eau...
Mississippi River Sharks
Quand on aborde le domaine de la sharkploitation, des noms récurrents reviennent avec plus ou moins de régularité, comme Mark Atkins, Anthony C. Ferrante ou encore Christopher Ray. Des patronymes qui ont de quoi faire frémir, car s’ils démontrent une constance, c’est bien dans la qualité nullissime de leurs réalisations respectives. Depuis peu, une autre «trublionne» s...
Vampire University
Le film de vampires a souvent été maltraité. Figure de proue du cinéma horrifique et créature légendaire maléfique, le vampire a connu moult changements, autant morphologiques que psychiques. Bête déchue dans Nosferatu , monstre sanguinaire dans 30 Jours de Nuit , être machiavélique dans Dracula , amoureux transi dans Twilight , le vampire a pris cher depuis quelques années, devenant un phénomène...
Ouija Shark
Réalisateur:
Durée:
81 min
1
Moyenne : 1 (1 vote)

OUIJA SHARK - Official Trailer

Thématiques

Les clowns tueurs au cinéma