Le Gore à la française

A l'occasion de la sortie au cinéma de Grave le 15 mars 2017, petit panorama de ce que le cinéma français a pu produire en matière de films gores. Amateurs d'hémoglobine, vous allez être servis !

Baby Blood (1990)

La jeune maîtresse d’un directeur de cirque devient enceinte d'un petit être assoiffé de sang... Série B sympathique et jubilatoire, Baby Blood ne manque pas d'arguments : du sexe, des meurtres brutaux et inventifs, d'excellents trucages de Benoit Lestang, des caméos (Alain Chabat, Jacques Audiard...)... et le sang coule à flot ! Une suite (décevante) sortira en 2008 sous le nom de Lady Blood.

 

Martyrs (2008)

Réalisateur de Saint Ange et du futur The Secret, Pascal Laugier créé une véritable sensation dans le cinéma français lorsqu'il sort Martyrs en 2008. Interdit à l'époque aux moins de 18 ans (une restriction habituellement réservée aux films pornographiques !), le long-métrage se révèle être une expérience inédite aussi choquante que bouleversante. Difficile notamment de rester insensible aux éprouvantes scènes de torture..

 

Impossible de ne pas évoquer le réalisateur Jean Rollin, disparu en 2010, à qui l'on doit notamment Les Raisins de la Mort, Lèvres de sang, ou encore Le Lac des morts-vivants. Son obsession ? Des vampires, des femmes nues et beaucoup de sang ! Produite avec des bouts de ficelles, chacune de ses oeuvres mêle fantastique et surréalisme. Pour en savoir plus, on vous conseille chaudement le documentaire Le Rêveur égaré (en DVD chez Ectasy of Films). 

 

Nanar bien franchouillard (voir la fiche sur Nanarland), La Nuit de la Mort de Raphaël Delpard prend place dans une maison de retraite où les pensionnaires mijotent des choses pas très nettes durant la nuit. Faux raccords, jeu inepte des acteurs, effets gores gratuits... ce thriller horrifique mange à tous les rateliers (vampirisme, cannibalisme...) pour un résultat... désastreux ! A noter, la présence de Charlotte de Turckheim, qui a depuis renié complètement le film !

 

Journalistes, Julien Maury et Alexandre Bustillo passent à la réalisation en 2007 avec A L'Intérieur, dans lequel une jeune femme enceinte (Alysson Paradis) est poursuivie par une femme (Béatrice Dalle) prête à toute pour lui arracher l'enfant qu'elle porte. A défaut de rénouveler le genre, ce huis-clos suffocant et à la brutalité extrême est peu avare en scènes chocs, notamment un accouchement traumatisant...

 

Making Off (2011)

Premier long-métrage de Cédric Dupuis, Making Off est traité à la façon d'un documentaire dans lequel un type ordinaire caresse l'espoir de devenir un jour réalisateur de cinéma et de tourner le plus grand film d'horreur de tous les temps. Il invite alors ses amis qu'il tue un par un... Film à la fois parodique et extrêmement brutal, ce found-footage à très petit budget mérite le coup d'oeil. Ames sensibles s'abstenir !

 

Blackaria (2009)

Réalisé par François Gaillard et Christophe Robin, Blackaria est un excellent hommage au giallo et au cinéma de De Palma et Hitchcock. Mêlant érotisme, esthétisme léché, mises à mort brutales, cette expérience viscérale ne manquera pas de vous mettre mal à l'aise ! En prime, une superbe bande-originale (des Double Dragon). Le DVD est disponible chez Le chat qui fume.

 

Véritable hommage au théâtre du Grand Guignol, cette anthologie franco-américaine de sept courts-métrages explore chacun à sa façon l'excès des passions humaines. Réalisés notamment par Tom Savini (maquilleur sur Zombie), Richard Stanley et Douglas Buck, ces segments offrent de beaux moments macabres. On retiendra surtout Visions Stains de Karim Hussein dans lequel une serial-killer, accroc aux souvenirs visuels d'autres personnes, pique la rétine de ses victimes avec une seringue... Traumatisant !

 

Grave (2016)

Présenté comme le phénomène du moment, Grave de Julia Ducounau a fait le tour des festivals du monde entier et a choqué à chaque projection une poignée de spectateurs. Le pitch ? Une végétarienne tout juste entrée en école vétérinaire est forcée de manger de la viande lors de son bizutage. Mais la jeune fille découvre sa vraie nature... Verdict le 15 mars en salles !

 

Portrait de Laurent
Publié par Laurent le

George A. Romero : le maître de l’horreur

Diaporamas