Diva (1981)

Diva
Votre note : Aucun(e)
0
Aucun vote pour le moment
Diva
Réalisateur : Jean-Jacques Beineix

Synopsis

Jules, un jeune postier, est fasciné par Cynthia Hawkins, une célèbre diva qui n'a jamais consenti à faire enregistrer sa voix.
Lors d'un concert parisien au théâtre des Bouffes-du-Nord, Jules enregistre clandestinement son récital, discrètement observé par deux Taïwanais. Après avoir reçu un autographe de la diva, il vole sa robe en coulisses puis s'enfuit.

Sans le savoir, Jules entre également en possession d'un autre enregistrement, celui de Nadia Kalensky, une ancienne prostituée.
Elle révèle sur une cassette audio son ancienne liaison avec un commissaire divisionnaire de la criminelle, Jean Saporta, soupçonné de diriger un important réseau de prostitution avec l'aide de son second, l'« Antillais ». Au cours d'une poursuite, Nadia dépose la cassette dans la sacoche du cyclomoteur de Jules qui ne remarque rien. Quelques instants plus tard, Nadia est tuée.

Saporta lance l'Antillais et son complice dit « le curé » à la recherche de cette cassette avant que ses propres inspecteurs de police ne la découvrent.
Parallèlement, Jules est poursuivi par les deux Taïwanais qui lui réclament l'enregistrement qu'il a réalisé lors du récital de Cynthia Hawkins. Traqué pour deux affaires distinctes qu'il n'est pas en mesure de comprendre, il trouve alors refuge chez son nouvel ami Serge Gorodish et sa protégée Alba, dont il a fait la connaissance le jour même.

Gorodish va alors chercher à manipuler les ennemis de Jules pour les pousser à se détruire eux-mêmes...

Voir le filmAcheter ce film sur PriceministerAcheter ce film sur Amazon
Diva

Anecdotes

Thriller Musical

"Diva" est le premier long métrage du réalisateur Jean-Jacques Beineix.
Le scénario est adapté d'un roman homonyme de Daniel Odier (sous pseudonyme de Delacorta).

À l'instar des réalisations contemporaines de Luc Besson ou Arthur Joffé (Alberto Express), il est l'un des premiers films français laissant cours à l'esthétique de l'image de type publicitaire ou clip musical en vogue durant les années 1980.
Divisant la critique à sa sortie, le film ne totalise que 300 000 entrées au bout d'un an, mais grâce à quatre récompenses lors de la cérémonie des Césars, il connaîtra alors un véritable succès populaire et atteindra plus de deux millions d'entrées.

Le film se caractérise par une photographie soignée et ambitieuse, des couleurs vives et accrocheuses, des éléments de décoration inspirés du pop art, des mouvements de caméra inhabituels pour l'époque.
La critique se déchaîne lors de la sortie, qualifiant de « Cinéma du Look » ce film qui pourtant, aujourd'hui, ne se démarque plus de la plupart des productions françaises.
Tout comme les productions de Luc Besson, le film connaît un réel succès aux États-Unis l'année suivante.
Si son esthétique peut sembler aujourd'hui banale, il est représentatif d’un cinéma d’auteur français des années 1980 au même titre que "Subway" de Besson qui en reprend des éléments comme la poursuite à cyclomoteur dans les couloirs du métro.
Restée usuelle jusque dans la critique anglo-saxonne, l'appellation « Cinéma du Look » a notamment été théorisée par Raphaël Bassan dans "La Revue du Cinéma" de mai 1989, n° 449.

Musique : Vladimir Cosma
Pays : France
Durée : 117 mn
Sortie France : 11 Mars 1981

Comment voir le film ?

Critiques Spectateurs

Il n'y a pas de critiques spectateurs pour l'instant.
N'hésitez pas à ajouter la votre !

Recherches de film

Vous recherchez un film ? N'hésitez pas à l'indiquer sur le forum. Et n'hésitez pas à aider les autres internautes !