Life After Flash
Votre note : Aucun(e)
0
Aucun vote pour le moment
Life After Flash
Réalisateur : Lisa Downs

Synopsis

"Life After Flash" se penche sur la vie toute en montagnes russes de Sam J Jones depuis son rôle de Flash Gordon, ses luttes et ses succès, et les conséquences après qu'il se soit confronté à Dino De Laurentiis, l’un des producteurs les plus puissants d’Hollywood...

Voir le filmAcheter ce film sur PriceministerAcheter ce film sur Amazon

De la même thématique

Flash Gordon
Flash Gordon's trip to Mars
Flash Gordon conquers the universe
Flash Gordon
Flash Gordon
Flash Gordon
Flash Gordon : The greatest adventure of all
Flash Gordon & les défenseurs de la Terre
Flash Gordon
Flash Gordon

Anecdotes

Documentaire

Présenté à Londres le 2 Octobre 2017.
Projeté au Edinburgh International Film Festival le 28 Juin 2018.
Sorties vidéos aux USA le 26 Février 2019, et en Angleterre le 05 Mars 2019.

Timothy Dalton, Max von Sydow, Dino De Laurentiis et Danilo Donati apparaissent en images d'archives.

Ancien modèle de charme ayant posé pour Playgirl, Sam J. Jones débute au cinéma en 1979 avec un petit rôle dans "Elle" de Blake Edwards.
En parallèle, comme beaucoup d'aspirants acteurs, il s'inscrit pour l'émission de télévision "The Dating Game", qui fut plus tard adapté en France pour devenir le délicieusement débile "Tournez Manèges". Suite à son passage dans l'émission, il est repéré par le clan du producteur Dino de Laurentiis, qui l'invite à passer les auditions pour l'adaptation de Flash Gordon alors en préparation.
Sam J. Jones n'est pourtant pas le premier acteur envisagé pour le rôle. Le premier choix de De Laurentiis se porte sur Kurt Russell, mais ce dernier refuse, trouvant le rôle trop unidimensionnel à son goût. Également contacté, Arnold Schwarzenegger est écarté à cause de son accent trop prononcé.
Sam J. Jones décroche finalement le rôle, et côtoie donc à l'écran Ornella Muti, Timothy Dalton et Max von Sydow dans ce délire de Space Opera.
Le tournage fut cependant marqué par de fréquentes disputes entre Jones et De Laurentiis, au point que l'acteur quitta le tournage avant même la fin de la post-production.
Résultat: la plupart de ses dialogues sont doublés par un autre acteur, dont l'identité est restée inconnue.
À sa sortie en salles, "Flash Gordon" fut un gros succès sur le territoire britannique (le film est une co-production britannico-américaine) mais un flop un peu partout ailleurs dans le monde. Ces mauvais résultats, combinés au départ fracassant de Jones, mirent fin prématurément à ce qui avait été conçu au départ comme une trilogie.
Depuis le film fait l'objet d'un véritable culte pour de nombreux geeks dont certains devenus très influents: fan de la première heure, Edgar Wright reprend plusieurs motifs visuels et sonores du film pour son Scott Pilgrim, tandis que le grand dessinateur Alex Ross a en guise d'admiration dessiné le visuel de l'édition collector du film en 2007. Et bien évidemment, Seth MacFarlane fait aussi partie de la liste de ces fans inconditionnels du film, en rendant un vibrant hommage à Sam J. Jones en l'invitant dans son film "Ted" (2012).

Flash Gordon sera un rôle sans réel lendemain.
Nommé pour le Razzie Award du pire acteur pour sa prestation dans le film, Sam Jones, qui s'était teint en blond pour les besoins du film (il est brun à l'origine), ne saura pas capitaliser sur ce coup de projecteur et passera la décennie qui s'ouvre à multiplier les apparitions télévisées comme dans L'agence tous risques, Rick Hunter ou Riptide.
Et les quelques séries qui essaient de se monter autour de lui ne connaissent pas le succès. En 1981, "Code Red" est annulée au bout de 17 épisodes. En 1987, "Police 2000" connaît le même sort, cette fois-ci au bout de dix épisodes. Ka même année, une adaptation de The Spirit, le comics de Will Eisner, était restée au stade du pilote de série malgré ses qualités.
Dans les années 90 et 2000, Sam J. Jones ne redresse pas la barre, alternant les DTV aux titres aussi évocateurs que "Silent Assassins", "Driving Force", "American Tigers", "Fist of Honor" ou "One Man Force".
À la télévision, on peut le voir passer dans "Cobra", "Walker Texas Ranger", "Le Rebelle", "Alerte à Malibu" ou "Les Dessous de Palm Beach". Que du mémorable donc...
Et lorsqu'en 2007, la chaîne SyFy offre sa propre adaptation de Flash Gordon en série, Jones s'offre un petit caméo dans le rôle d'un prisonnier. Rien de plus.

Titres alternatifs : Life After Flash: Gordon's Alive!
Scénario : Lisa Downs
Musique : Toby Dunham
Pays : Royaume-Uni
Durée : 94 mn
Appartient à la série :

Comment voir le film ?

Critiques Spectateurs

Il n'y a pas de critiques spectateurs pour l'instant.
N'hésitez pas à ajouter la votre !

Recherches de film

Vous recherchez un film ? N'hésitez pas à l'indiquer sur le forum. Et n'hésitez pas à aider les autres internautes !