Rick Hunter (James Whitmore Jr., Michael Preece, Tony Mordente, Corey Allen - 1984)

Rick Hunter
Hunter
Votre note : Aucun(e)
0
Aucun vote pour le moment
Le Retour de Rick Hunter
Hunter: un Nouveau Départ
Hunter
Rick Hunter: Retour en Force

Synopsis

Aux côtés de sa coéquipière Dee Dee McCall, l'Inspecteur Rick Hunter utilise ses méthodes de choc pour faire régner l'ordre et la justice, et mettre les criminels sous les verrous...

Anecdotes

"Rick Hunter" ou "Rick Hunter, Inspecteur Choc" (Hunter) est une série télévisée policière américaine de 7 saisons, constituée d'un pilote de 90 minutes et 153 épisodes de 42 minutes, créée par Frank Lupo et diffusée entre le 18 septembre 1984 et le 26 avril 1991 sur le réseau NBC.
En France, la série a été diffusée à partir du 7 janvier 1988 sur TF1.

A l'origine, Rick Hunter était présenté comme une version télévisuelle de "L'Inspecteur Harry" (Dirty Harry - 1971) réalisé par Don Siegel avec Clint Eastwood.
Contrairement à d'autres policiers du petit écran, Hunter a un passé obscur. Fils de malfrat, il ne prodigue aucun grand discours sur la société mais utilise la manière forte pour contenir le crime. A l'instar de l'inspecteur Harry, Hunter ne défend pas le système mais entend faire appliquer la loi. Par ailleurs lui aussi se heurte à sa hiérarchie, qui mettra du temps à l'apprécier.

Placé originellement dans une case horaire le vendredi soir en concurrence avec "Dallas", la série a eu des difficultés pour trouver son public et a subi des critiques pour sa représentation de la violence qui était bien visible.

Lors de sa première diffusion sur NBC, Rick Hunter avait pour principal concurrent la série "Hooker" (avec William Shatner) sur ABC. Cette confrontation voyait s'opposer en réalité les deux grands nababs des séries à succès dans les années 80, Aaron Spelling ("Dynastie", "Starsky et Hutch", "Drôles de Dames",...) et Stephen J. Cannell ("Riptide", "21 Jump Street", "Un Flic dans la Mafia",...).
Le duel entre les deux séries se fît au détriment de celle de Spelling. En effet, là où Hunter, dès le départ, choisit la distanciation et l'humour, qui rendront possible une peinture plus nuancée et un regard parfois teinté de cynisme ou d'amertume, Hooker s'ancre dans une réalité alternative, plus "héroïque". En bref, Hunter est plus "cool" que Hooker.
Dans la première saison, les producteurs ont voulu créer une accroche en donnant au personnage principal une phrase fétiche qui était : "Ça marche pour moi". Cette réplique était utilisée 2 ou 3 fois par épisode et était même placée après le générique de début d'épisode.
La musique de ce générique de début d'épisode était écrite par Mike Post et Pete Carpenter.
Plusieurs épisodes du début de cette saison 1 commençaient par des chansons bien connues des 1960, 1970 et 1980 dans un style qui n'est pas sans rappeler la série Deux flics à Miami.

Au milieu de la première saison, avec des audiences ne montrant aucun signe d'amélioration, Stephen J. Cannell donna au chef de la chaîne Brandon Tartikoff une projection privée d'un épisode en deux parties ("La Reine de la neige") qui n'avait pas encore été diffusé et lui demanda de donner à la série une chance de trouver ses marques. Brandon Tartikoff aima l'épisode et mis la série en pause, le temps qu'une meilleure case horaire puisse être trouvée. Deux mois plus tard, Rick Hunter était de retour sur les écrans le samedi soir et l'audience commença doucement à augmenter. La première saison se termina avec une 79ème place à l'Échelle de Nielsen.

Pour la seconde saison de Rick Hunter, Stephen J. Cannell amena son mentor, Roy Huggins, pour peaufiner la série. En tant que nouveau producteur exécutif, Roy Huggins baissa d'un cran la violence, rendit le personnage principal plus souple dans ses relations tendues avec ses supérieurs, lâcha une histoire secondaire concernant la famille de Rick Hunter reliée à la mafia, et joua sur la dynamique entre Rick Hunter et Dee Dee McCall.

Alors que dans la saison 1, Hunter et McCall allait résoudre le plus souvent les enquêtes dans des bas-quartiers, Roy Huggins fit que les épisodes se déroulèrent dans des quartiers plus accueillant de Los Angeles. Encouragé, Fred Dryer et Stepfanie Kramer ont fréquemment improvisé au cours de cette seconde saison, et Hunter brisa le quatrième mur pour la première fois avec un commentaire adressé directement au téléspectateur à la fin de l'épisode en deux parties "La Belle et le Mort". Les téléspectateurs prirent en compte tous les changements apportés à la série, et la seconde saison termina à la 38ème place de l'Échelle de Nielsen. La série continua sur sa lancée pour devenir un pilier de la soirée du samedi soir de NBC !

En 1990, dans le dernier épisode de la saison 6, Dee Dee McCall (Stepfanie Kramer) se marie et part vivre à Londres. Esseulé, Rick Hunter ne le restera pas longtemps ; sa coéquipière est remplacée dans un premier temps par l'officier Joanne Molenski (Darlanne Fluegel) puis par Chris Novak (Lauren Lane, bien connue des fans de "Une Nounou d'Enfer"). Ni l'une, ni l'autre n'arrive à convaincre le public qui boude la série... Faute d'audience celle-ci s'arrête donc l'année suivante, en 1991.

Rick Hunter tenta un premier retour en 1995 avec "Le Retour de Rick Hunter" (The Return of Hunter). Ce téléfilm s'appuyait sur une trame narrative forte basée sur l'affaire "O.J. Simpson", mais souffrait de l'absence de la pugnace Dee Dee McCall.

En 2002, un second téléfilm fut produit par la NBC: "Hunter: Un Nouveau Départ" (Hunter: Return to Justice).
Pour l'occasion le duo Hunter/McCall fut reformé et le lieu de tournage modifié pour accentuer le caractère nouveau et moderne de la narration.
Un troisième téléfilm, "Rick Hunter - Retour en Force" (Hunter: Back in Force), fut présenté en 2003 aux téléspectateurs, et fort du succès du retour de Rick Hunter, NBC choisit de relancer la série la même année et commande pour l'occasion cinq nouveaux épisodes.
Mais "Hunter" version 2003 ne convainc pas les téléspectateurs américains. Mieux, ils l'ignorent !
La chaîne ne diffuse alors que trois des cinq épisodes commandés.

Avant d'incarner le plus tendre des durs à cuire de la police de Los Angeles, Fred Dryer était... joueur de football américain, au poste d'ailier défensif, et participa à plusieurs championnats de la NFL (National Champion League). Du haut de ses deux mètres, Fred Dryer commença sa carrière à New York chez les Giants en 1968 puis partit chez les Rams de Los Angeles de 1972 à 1981 où il décida de mettre un terme à sa carrière.
Trois ans plus tard et quelques cours de théâtre intensifs, Fred Dryer devint Rick Hunter...

Pays : États-Unis
Durée : 1x 90 mn et 153x 42 mn
Appartient à la série :
Rick Hunter

DVD & Blu-Ray