There will be blood (Paul Thomas Anderson - 2007)

There will be blood
There will be blood
Réalisateur : Paul Thomas Anderson
Votre note : Aucun(e)
9
Moyenne : 9 (4 votes)

Synopsis

Lorsque Daniel Plainview entend parler d'une petite ville de Californie où l'on dit qu'un océan de pétrole coulerait littéralement du sol, il décide d'aller tenter sa chance et part avec son fils H.W. à Little Boston. Dans cet endroit perdu où chacun lutte pour survivre et où l'unique distraction est l'église animée par le charismatique prêtre Eli Sunday, Plainview et son fils voient le sort leur sourire. Même si le pétrole comble leurs attentes et fait leur fortune, plus rien ne sera comme avant : les tensions s'intensifient, les conflits éclatent et les valeurs humaines comme l'amour, l'espoir, le sens de la communauté, les croyances, l'ambition et même les liens entre père et fils sont mis en péril par la corruption, la trahison... Et le pétrole.

Anecdotes

Film dramatique.

Le tournage s'est déroulé au Nouveau Mexique et au Texas de mai à août 2006. Certains prises de vue ont eu lieu dans la petite ville de Marfa où a déjà été tourné Géant (1957) avec James Dean et plus récemment No Country for Old Men des frères Coen.

Daniel Day-Lewis a reçu le prix du Meilleur acteur dans un drame lors de la conférence de presse (qui tenait lieu de cérémonie) des Golden Globes 2008.

Scénario : Paul Thomas Anderson
Musique : Jonny Greenwood
Durée : 158 min
Sortie France : 27 Février 2008
Entrées France : 528 129
Sortie US :
Box-Office US : 38 740 358 $

DVD & Blu-Ray

Critiques Spectateurs

Subjuguante prestation de Daniel Day Lewis. There will be blood est un film à l'esthétique bluffante, qui dénote une réelle maîtrise du jeune Anderson derrière la caméra. Pourtant, même si l'emballage est séduisant, le contenu sonne un peu creux : l'intrigue, inexistante puisque le spectateur...Lire la suite

Sergio Leone avait mis en scène tout un pan de l'histoire américaine à travers la création des chemins de fer dans « Il était une fois dans l'ouest » . Quelques années plus tard, le cinéaste Paul Thomas Anderson, à qui l'on doit, entre autre, « Magnolia » , nous compte l'épopée de Daniel Plainview...Lire la suite