Dream Home

Portrait de Alol7

Un bordel temporel

Alol7 (America's Most Wanted - 500 critiques)
4
 

Dream Home avait tous les ingrédients pour être un bon film d’horreur mais qui est complètement maladroit dans sa manière de raconter son histoire. La narration est un fourre-tout où les scènes de meurtres sont trop coupées par des scènes du passé longues et inintéressantes dans le sens où elles arrivent très souvent pour casser le rythme.

Le film démarre avec une petite scène de meurtre sanglante et un générique de début assez long. En soit, tout ce que le film présente est globalement bon et intéressant. Sauf que tout est montré n’importe comment. Les scènes du passé coupent sans arrêt les scènes au moment présent. Les scènes du présent correspondent surtout au carnage. Un carnage dans deux appartements exactement. Les scènes du passé servent à montrer l’enfance de Cheng et à donner surtout une moralité et un sens à la tuerie ensuite. Le problème vient du fait qu’on prend presque aucun plaisir dans tout ce qu’on voit. Les scènes de meurtres ne durent même pas 5mn pour être ensuite coupées par des scènes du passé. Parce que même à travers ces scènes du passé, c’est un foutoir temporel (on est deux minutes en 2004 pour être ensuite trois minutes en 2001 pour revenir une minute en 2004). Ça empêche donc au film de dégager toute ambiance dans le présent.

Pourtant, ces scènes de meurtres sont plutôt bien et gores (le meurtre avec l’aspirateur est très suffocante). Ça n’empêche pas d’avoir une scène un peu invraisemblable (une victime qui se relève après qu’on lui a embroché la bouche d’une longue planche à bout pointue ; une réaction bizarre des policiers à voir cette même victime comme la véritable menace).

Dream Home n’est donc pas un mauvais film objectivement (bien au contraire) parce qu’il y a du bon contenu mais sa structure narrative m’a vraiment dérangé. Je n’ai accroché à presque rien parce que ce n’est pas assez posé et le scénario est un bordel temporel. Par contre, voir des boobs Asiatiques en full HD c’était bien sympa.

publié le 08/11/2017 - 14:26
Portrait de Lebreihz

Tout ce qui monte finit par retomber

Lebreihz (I am Legend - 2240 critiques)
8
 
Attentions, spoilers. Eh oui ! les cours de l'immobiliers sont élevés ! ne vous en faites, pas il finiront par redescendre ! c'est une loi économique celle du marché en l'occurrence, qui s'applique à n'importe quel marché y compris celui de l'immobilier. C'est ce que cette jeune fille aurait du se dire avant de se lancer dans une pareille tuerie. Alors ce film c'est quoi ? un cat 3 ? non surement pas ! Ca a beau être du Hong-Kong, être violent sanglant et gore ! mais on a pas l'esprit des célèbres films Hongkongais des années 90, la réalisation n'est pas outrancière, et les personnages ne sont pas délirants de violence. Moi je dirais plutôt un giallo qui outrepasse les codes du genre par sa violence graphique. En fait, c'est presque un drame social que l'on nous dépeint. On nous présente une société en pleine mutation Hong-Kong est une ville en pleine prospérité, ou mais voilà les laisser pour comptes sont nombreux. Apparemment, avoir un logement individuel est un luxe. Voyez cette fille n'a pas de chance, elle vend des placements financiers pour un salaire de misère, elle doit se débrouiller seul avec la maladie de son père et se taper un pauvre type, un amant complètement ringard. Et alors, c'est assez curieux car le film s'ouvre sur l'homicide d'un gardien...et je crois bien que je n'ai jamais vu commettre au cinéma un meurtre de cette façon . Au collier électrique Colson figurez-vous serré autour du coup du gars, et là le gars le tranche au cutter, oui ! mais il n'était pas forcément obligé de s'ouvrir la carotide là, fallait juste couper dans le bons sens C'est à dire que le film n'est pas réalisé dan l'ordre chronologique, les séquences du passé de la jeune fille s'entre croiser avec les meurtres. Curieusement on a du mal a imaginer que cette jeune puisse commettre une telle boucherie ! tant elle nous paraît sympathique, et d'ailleurs on arrive pas à la détester. Une réflexion que l'on pourrait se faire d'ailleurs à ce sujet, c'est que les pires des assassins sont souvent les gens les plus ordinaires du monde ! Pourtant les meurtres sont abominables, même une femme enceinte est assassinés. Et là je me suis dit que les meurtres ne sont peut-être pas aussi intéressé qu'ils ont l'air de l'être ! Aussi bien derrière tout ça il y a une énorme frustration. Et puis ironie du sort, c'est à la fin on apprend que tout ça finalement était dérisoire. Car tout ce qui monte finit par retomber, il fallait juste être patiente !
publié le 16/01/2014 - 00:03
Portrait de Bzittt

D comme détermination.

Bzittt (Graine de psychopathe - 199 critiques)
10
 
Pure merveille du cinéma gore, "Dream home" ne se contente pas d'être sanglant et sadique, il est également malin dans sa construction et brillant dans son écriture.

Qui d'autre qu'une trentenaire soutient de famille, accablée par un père mourant et pas des plus aimant, acculée entre des petits jobs merdiques qu'elle cumule, et maîtresse d'un homme laid et grossier pourrait montrer une telle rage et une telle détermination... très féminine par ailleurs, en cela qu'elle exclus toute volonté de domination et si son comportement n'est pas exempt d'une certaine immoralité il n'est ni celui d'une folle ni celui d'un serial killer, on comprend rapidement que seul l'accomplissement de son rêve de petite fille, qui n'est finalement que le reflet de son désir de s'extirper de sa condition, compte. Et ce, quoi qu'il en coûte, nous avons donc à faire à une meurtrière qui tue "utile".

Notre héroïne, magnifiquement incarnée par Josie Ho, part à la conquête de son paradis sur terre, couteau en main et bien décidé à évincer tout les obstacles qui se dressent en chemin et tant pis pour les dommages collatéraux.

Pour autant à aucun moment le film ne cherche à provoquer de la sympathie ou de l'aversion vis à vis de sa tueuse atypique, il n'a également aucune volonté de justifier ou de condamner ses actes. Le point de vu se veut le plus neutre possible cherchant à exposer au mieux les multitudes facettes d'un être humain dans sa monstruosité comme dans sa fragilité au travers de son histoire personnelle.

C'est sur ce postulat que repose toute la crédibilité de cette improbable boucherie sous fond de crise des subprimes qui finit parfaitement de justifier le propos du film donnant un cadre aux massacres.

Le film alternera les scènes d'une violence extrême particulièrement saisissante dans leur mise en scène mais également grâce à des maquillage très réalistes avec des scènes volontairement calme et mélancolique alors que le passé et le quotidien de notre tueuse nous est présenté, un pari pour le moins osé puisqu'il séquence la narration prenant le risque d'égaré son spectateur en cour de route, un numéro d'équilibriste que Hocheung Pang exécute avec un certain talent la majeur partie du film, seul les flash back dans l'enfance de l’héroïne bien que nécessaire provoque un peu d'ennui.

Au final et à bien des égards "Dream home" est une belle réussite, un film gore choc et parfaitement aboutie, mais qui a aussi et ça devient rare dans le genre, assez de substance dans son scénario et dans l'écriture de son personnage principal, pour être bien plus que ça.

A voir!

publié le 27/10/2012 - 04:59
Portrait de Warhammer

Un appart de rêve

Warhammer (Serial Killer - 929 critiques)
10
 
Pour moi je considére ce "dream home" comme l'un des tous meilleurs films gores de ces derniéres années ni plus ni moins, c'est ultra-efficace, du gore vraiment réaliste et bien foutu, une mise en scéne soignée, la tueuse a pour le coup une bonne raison de tuer car si on ne peut cautionner cette tuerie on peut au moins le comprendre. C'est vrai quoi vous avez vu le prix le l'immobilier? c'est à devenir fou. De plus, les scénaristes se sont mêmes permis d'y injecter un peu d'humour à l'ensemble, c'est vrai que ça m'a bien fait rire quand elle décide de s'occuper de ses futurs voisins du dessus trop bruyants et elle n'y est pas allé de main morte. Franchement je ne vois pas trop ce qu'on peut lui repproché à ce film si ce n'est peut-etre un manque de rythme parfois entre 2 meurtres où on voit les évenements antérieurs à la tuerie ,qui ont au moins le mérite de nous faire comprendre ses motivations, c'est peut-etre un peu brouillon mais original. Sinon c'est une petite tuerie qui vaut le coup d'oeil et en plus elle est mignonne notre tueuse ce qui ne gâche rien.
publié le 14/08/2012 - 00:00
Portrait de AqME

De la crise immobilière

AqME (America's Most Wanted - 604 critiques)
8
 
C'est la crise partout. Tous les pays sont concernés et même la Grande Hong-Kong est touchée par cette récession sans précédent. De plus, tous les domaines sont touchés, notamment l'immobilier qui atteint des prix exorbitants et ce n'est pas n'importe quel quidam qui peut maintenant se payer un appartement avec une belle vue sur l'océan. Sauf que dans ce film, on nous montre comment faire pour faire baisser les prix et inquiéter grandement les propriétaires de jolis appartements dans des quartiers chics. Ici, la façon de récupérer de l'argent et de se faire un rabais important est assez simple. Prenez un couteau, un marteau et faites avec les éléments disponibles chez les propriétaires. Entre nettoyage et épuration, ce film évoque une méthode radicale pour pallier à la crise. Mais finalement, la forme n'est-elle pas mieux que le fond? cette dénonciation d'abus contemporains n'est-il pas un mauvais prétexte pour montrer du sang et des boyaux?

Le scénario est très simple dans sa construction chronologique. En gros, il s'agit d'une jeune femme qui souhaite s'acheter un magnifique appartement dans un quartier plutôt inabordable. Pour cela, elle cumule plusieurs petits boulots jusqu'à ce que la vente lui passe sous le nez, et là, le pétage de plombs commence. C'est assez simple et quand je vois les prix des maisons autour de chez moi (et ce n'est pourtant pas le coin le plus cher), je peux comprendre cette réaction radicale voulant poutrer la gueule à tous ces salauds de propriétaires. Mais ce qui est malin, c'est que de plutôt nous présenter quelque chose de long au début et qui défouraille sur la fin, le réalisateur fait d'incessants allers-retours dans la vie de la jeune femme, et le tout demeure très lisible. C'est assez rare de voir un montage qui ne respecte pas une chronologie normale et qui est en plus bien fait, donc pour une fois, j'ai été agréablement surpris.

Par contre, le message social du film, qui est un des éléments essentiels de la raison des meurtres, reste franchement bancal. En effet, il faut quand même avoir un sacré grain pour zigouiller des gens normaux dans leurs appartements (notamment une femme enceinte) tout ça pour faire baisser les prix d'un logement. Du coup, cette violence extrême qui éclabousse n'est pas forcément justifiée et je suis resté assez dubitatif sur la portée réelle de ce message. Alors certes, il est vrai qu'il y a énormément de gens vivant dans des conditions déplorables, voir sans logis, mais à ce moment là, on serait un certains nombres à bouffer les pissenlits par la racine. Bref, tout ça pour dire que le contexte ne justifie pas assez une violence aussi virulente et que j'aurai presque préféré une autre fin plus psychologique. D'ailleurs, est-ce que quelque chose justifie la violence?

Autre chose étonnante dans ce film, ce sont les acteurs. En effet, moi qui est pour habitude de dénigrer les acteurs asiatiques car je trouve qu'ils surjouent beaucoup trop, il faut être honnête et dire que dans ce film ils jouent tous relativement juste. La tueuse reste assez étonnante car elle parait tout à fait normale dans la vie quotidienne et même lorsqu'elle se transforme en tueuse sanguinaire, elle reste assez impassible. Les personnages secondaires sont assez sérieux même si globalement, on retombe très souvent sur les mêmes stéréotypes, à savoir une bande de jeunes défoncés et des bourgeois pète-sec. Ils apportent malgré tout une dose d'humour sympathique et restent dans leur rôle sans émotion exagérée ou autre débilité asiatiques, ce qui est bien. Et puis, en plus, ils baisent et on peut voir des nichons, alors on ne va pas se priver!

La violence du film est assez crue et les amateurs de gore en auront pour leur argent. En effet, outre un sang bien rouge, les meurtres se veulent résolument gores et inventifs. Par contre, il ne faut pas craindre la souffrance et les crimes assez extrêmes sur des personnes bien précises. Comme je l'ai dit plus haut, même une femme enceinte y passe avec un étouffement sadique. Bon, après il y aussi une jolie énucléation, un jeune se fait éventré avec les tripes à l'air, un autre se fait couper la bite, un troisième se prend un erlen meyer dans la nuque, une femme se prend une planche en bois dans la bouche. Bref, tout cela est résolument bien fait mais très gore. Mais ce qui m'a le plus gêné, ce n'est pas tant le gore, c'est plutôt la facheuse tendance du réalisateur à filmer les acteurs en train de souffrir, comme le gardien qui étouffe et qui se coupe la jugulaire pensant couper la corde, ou encore le jeune avec son bang dans le coup et la réserve qui se remplit de son sang. Tout cela est bien fait, mais les âmes sensibles doivent s'accrocher devant ce spectacle de souffrance et de mutilation assez extrême. Moi, j'ai été comblé!

Au final, Dream home est un charmant petit film d'horreur, qui, sous couvert d'une critique d'un système relativement foireux et bancal peut tout de même se targuer de montrer des atrocités vraiment bien foutues et des scènes trash relativement extrêmes (bon en même temps, je n'ai pas vu Martyrs et il parait que c'est vraiment ignoble). Les acteurs s'en sortent très bien, notamment avec une actrice principale convaincante et convaincue, et le choix de faire des allers et retours dans le temps pour montrer le "petit" traumatisme de la tueuse reste très intéressant. Donc, si vous cherchez un appartement ou une baraque pas chère et que les prix vous gonflent, vous savez ce qu'ils vous reste à faire!

publié le 15/11/2011 - 19:34
Portrait de Gory Freddy

Dream Killer

Gory Freddy (I am Legend - 1710 critiques)
10
 
Un film assez étonnant que voilà! Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas eu une aussi bonne surprise! Un slasher intelligent, Mazette, ça existe??? Et bien oui, sous vos yeux éblouis, vous allez pouvoir admirer de la barbaque vraiment bien dégueue sans trop vous pourrir la cervelle au passage.

Le film présente la particularité de savoir brillamment alterner les scènes intimistes, le développement d'un histoire, avec des séquences d'une brutalité autant graphique que psychologique assez démentes. Bien qu'un peu fouillis avec ses flash-backs, le scénario est réellement digne d'intérêt, ce qui mérite d'être souligné dans un barbaque-movie, avec un personnage dont la personnalité est soigneusement creusée et expliquée.

L'équilibre périlleux entre le psychologique et le gore pur et dur est intelligemment maintenu, et on n'a jamais l'impression de voir des scènes qui ne fonctionnent pas ensemble, ou pire, deux films distincts.

Si le film serait finalement capable de se passer de tout débordement graphique, tant il est déjà fort, ceux-ci sont réguliers et réellement spectaculaires. Signalons déjà pour tous ceux qui comme moi ont toujours eu un sourire en coin quand un meurtre par strangulation se faisait en moins de 10 secondes, au mépris de toute crédibilité physiologique; le premier assassinat est particulièrement efficace et éprouvant, tant il joue méchamment et de façon terriblement crédible avec les affres de l'étouffement.

Le reste ne manque pas non plus de "panache" dans sa façon de présenter la mort violente sous sa forme la plus crue, et la fin, s'affranchissant de pas mal de crédibilité (dont on se fout finalement tant elle est divertissante), part dans un délire grand-guignolesque du plus bel effet, pour se terminer avec un cynisme qui convient parfaitement au fonctionnement de notre société faussement civilisée.

Un film a voir à plusieurs niveaux, et qui ne peut laisser indifférent!

publié le 01/08/2011 - 21:32
Portrait de Seblechien

Pas mal mais pas plus!

Seblechien (America's Most Wanted - 271 critiques)
6
 
Comment obtenir l'appartement de ses rêves dans une ville où la crise du logement fait rage? Tout simplement en massacrant ses occupants!

Un film rythmé par des scènes de meurtres bien gore et originales, seulement pour les amateurs du genre, les autres, passez votre chemin. Car des flash backs interminables finiront par vous embrouiller l'esprit, on croit qu'il y a quelque chose à comprendre..... Mais non, c'est du remplissage!

publié le 27/07/2011 - 01:38
Portrait de Nemo89

La crise de l'immobilier

Nemo89 (Copycat Killer - 59 critiques)
6
 
Alors oui Slasher ultra-violent pouvant contenir des scènes chocs ! La bonne affaire ! Violent ne veut pas nécessairement dire intelligent (bon en fait jamais mais bon passons)

Ok si vous cherchez du gore pour du gore sans queue ni tête ce film est fait pour vous ! Mais si vous recherchez quelque chose d'un peu plus subtil passez votre chemin !

Pourtant le film en lui même n'est pas mauvais, il aborde un thème très actuel et la situation vécue par la jeune femme est magnifiquement interprété par Josie Ho ! Il est triste de voir qu'une si bonne idée de départ ait pu à ce point être massacré pour je ne sais qu'elles raisons (Le buzz ?)

Si on enlève toute ces exubérances nous obtenons un film très critique et qui dépeint un réel problème de société ! Dommage qu'il ne se soit pas contenté que de ça ...

publié le 18/07/2011 - 23:23

Crise de l'immobilier !

Marc.mlc (I am Legend - 1114 critiques)
8
 
Ce film asiatique propose un mélange surprenant de drame social et de slasher, le tout avec un ton résolument cynique qui fait plaisir à voir. Une jeune femme envisage d'acquérir enfin l'appartemment de ses rêves. Mais malgré ses deux jobs, elle n'est pas au bout de ses peines pour atteindre ses objectifs... Mais cette femme est prête à tout, même à tuer... Très violent (les meurtres ne font pas dans la finesse) mais souvent très drôle (ces mêmes meurtres sont souvent surréalistes), "Dream Home" est avant tout une critique acerbe de notre société capitaliste. Cette femme ne fait qu'essayer de se loger quitte à accepter des prix exorbitants, on ne lui en veut meme presque pas pour ses actions. Vision très critique de l'immobilier d'aujourd'hui, "Dream Home" est un long métrage assez surprenant et réussi, juste alourdi par des flashbacks revenant sur la jeunesse de notre héroine pas toujours adroitement intégrés. A voir néanmoins !
publié le 27/05/2011 - 21:54
Portrait de Machete

Pang voulait se mettre a l'horreur ..

Machete (Newbie - 2 critiques)
8
 
Une critique acerbe de l'immobilier. Ok, ça on le sait déja . Pour le reste Dream Home c'est un bon gros Category III des familles; une femme massacre des gens (dans l'espoir de s'offrir la maison de ses rèves. mouais pourquoi pas ..). C'est beau, très gore, un soupçon érotique mais je suis resté un chouia frustré. Les flashbacks incessants qui ponctuent le film après chaque meurtres sont bien trop long et ennuyeux a mon gout. Dommage. Reste de très beaux et cruels moments comme la mort du père (remarquablement filmé et très intense émotionnelllement) et une dernière demi-heure grand guignolesque a souhait où s'enchainent des scènes gores jusqu'a l'absurde et des situations volontairement comiques (le mec qui veut finir son joint alors qu'il a les tripes à l'air, la semence sanglante. j'en passe et des meilleurs, de ce coté là on est royalement servis !). Un film a voir donc meme si les critiques me paraissent un poil dithyrambiques a son sujet ! Ah au fait le DVD est généreusement proposé dans le Mad movies du mois d'Avril, dépèchez-vous !
publié le 02/05/2011 - 17:27

Pages

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Sur Horreur.net