Full Moon Renaissance

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de DorianGray DorianGray
I am Legend - 2000 critiques
publié le 21/11/2014 - 16:02
2
 

Landon, quitte ce film !

Bon, clair, je l'air regardé pour le corps de Landon Liboiron ... héééé oui, c'est comme ça, on se r'fait pas ... mais pour le coup, c'est moi qui ai été baisé ! Ben merde ! Et j'aime pas ça ! Film tarte qui en anglais surfe sur le mythe des anciens "Hurlements" mais qui n'ose pas s'en vanter en français (tiens tu m'étonnes !) ... effets spéciaux de merde, scénario idiot dans une école mal torchée où les acteurs semblent trop vieux, des acteurs justement parlons-en ... ou plutôt n'en parlons pas tant ils sont insipides, idiots, fades ... c'est un comble quand on sait qu'on voulait justement célébrer le retour de la franchise. Pour le coup c'est singulièrement loupé et ça franchit même les portes de l'inacceptable ! Parce que ce film est lent, parce que les acteurs sont sans saveur, parce que j'ai pas vu la queue de Liboiron, tiens, na, je te tape un 2/10, vilain va !

Portrait de Gory Freddy Gory Freddy
I am Legend - 1888 critiques
publié le 19/12/2012 - 23:48
4
 

Full Daube

La série des "Hurlements" est célèbre... pour n'être constituée que de pures daubes hormis le film original. Jamais une série aussi longue n'aura été aussi peu justifiée, au regard de films de plus en plus catastrophiques et indignes de leur modèle.

Ce "The Howling: Reborn", que le distributeur français n'a même pas osé présenter comme un "Hurlements" tant la franchise pue du uc et fait fuir les connaisseurs plus qu'elle ne les attire, ne fait pas exception à la tradition de suites bien pourraves. Le résultat est lamentable !

Tout comme "Hurlements 2: Ta Soeur est un Loup-Garou et ta Mère une Salope", ce film s'inspire du roman "Howling II", et lui fait honte de la même manière, même s'il fait le malin en plus. En effet le film pète plus haut que son cul, se veut intelligent et émouvant, mais est écrit avec les pieds et joué par des acteurs de merde.

Quant aux effets spéciaux, qui parviennent un peu à sauver ce genre de ratage dans le meilleur des cas, et bien ici ils sont rares, ce qui ne fait que de rajouter à la frustration. La fin du film est un peu mieux que le reste, mais on est bien loin de nos attentes malheureusement !

"Hurlement II" avait beau être un gros nanar honteux, bien risible, mais au moins on ne s'y ennuyait jamais, ne lésinait pas sur le gore et scènes à-la-con finalement bien marrantes. Ce qui finalement rendait cette première insulte au roman "Howling II" bien plus sympathique et divertissante que celle-ci relativement chiante et surtout vaine et vide.

Qu'y a-t-il de pire qu'un nanar comme "Hurlements II" ? Et bien un navet comme "Full Moon: Renaissance", dont la renaissance n'est que dans le titre, certainement pas dans la franchise !

Portrait de Dexter Dexter
Serial Killer - 475 critiques
publié le 28/05/2012 - 22:49
4
 

Full Moon Failed

Alors ne voyez pas en Fullmoon le remake de Hurlements de Joe Dante, (juste un clin d'oeil d'une métamorphose face caméra) le film se base sur le livre Howling 2.

Fullmoon se targue, sur sa jaquette, de proposer un mixte entre Underworld et Twillight, malheureusement il n'en tirera que les plus mauvaise parties.

Pour les loups garou on pourra avoir la sensation qu'une bonne motivation était présente à vouloir très mal les filmer lors de leurs déplacement, par contre une fois statique, on remarquera qu'il sont quand même malgré un coté plastique, assez bien fait (mélange de Lycanthrope de Hurlements et Dog Soldiers)

Maladroit sur tout les tableaux, on pourra tout de même trouver comme excuse à Fullmoon d'être rester au niveau de toute les suites qu'Hurlement a pu avoir.

Portrait de Punisher84 Punisher84
I am Legend - 1390 critiques
publié le 09/05/2012 - 23:31
2
 

Les 2% qui changent tout

J'ai tellement eu du mal à digérer le film que je n'arrive toujours pas à véritablement savoir s'il s'agit d'une simple suite, d'une séquelle faisant la continuité au premier ou simplement d'un remake vidéo. A ce stade, je trouve cela très grave que rien n'ait pu me mettre sur la voie. En effet, il n'y a rien qui relie Howling Reborn à la saga Hurlements. La plupart des autres suites étaient dans le même cas mais ici, c'est encore plus flagrant. Une arnaque pernicieusement fourrée dans l'anus, voilà le grand exploit du film de Joe Nimziki. Après 14 ans d'inaction faisant suite à un seul et unique épisode de série télé, il ne fallait pas s'attendre à un miracle. Evidemment, cette escroquerie tient évidemment compte du fait qu'oser se targuer de faire partie de la saga initiée par Joe Dante, c'est tout simplement du vol. Et vous vous en doutez, il n'y a évidemment pas de loup-garou durant plus d'une heure. Et vous vous doutez encore que quand ils arrivent, on aurait préféré qu'ils restent chez eux. Impardonnable pour ne pas dire insultant ! Filmées version clip dans une gênante obscurité, ces bestioles peinent à émouvoir. Même si quelques plans sont beaux à regarder, le numérique n'est pour une fois pas le seul en cause. Les costumes ne sont pas hideux mais ils sont tellement mal utilisés que cela en devient hilarant, voir même gênant. Sans plus car c'est sans compter sur un très mauvais scénario. A ce stade de fin du monde, c'est John McClane qu'il fallait appeler et pas Will Kidman le puceau. La mère soit disant morte qui revient 18 ans après, la bombe rebelle qu'on fait passer pour un loup, le déclencheur de cette histoire débile dont on ne dévoile rien, une remise de diplômes à trois heures du matin, un bâtiment scolaire dirigé avec des portes automatiques de prison, trois heures aux plus méchants lycanthropes du monde pour trouver les héros et monter trois étages,... etc Aussi nombreuse que des cafards, les incohérences sont tellement présentes que j'ai toujours de la peine à y croire. Même le troisième épisode de Twilight est meilleur. Pour vous dire à quelle catastrophe j'ai dû assister... Mais le pire du pire, c'est la fin. Heureusement qu'aujourd'hui le ridicule ne tue plus.

Dernières critiques spectateurs

Thématiques