L’Affaire SK1

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Fab-4

Tueur en série n°1

Fab-4 (Serial Killer - 844 critiques)
8
 

L'affaire Guy Georges, tout simplement...à une époque où l'informatique n'était pas roi, où les empreintes génétiques 'étaient pas finement prises, classées, recoupées...

Le film va et viens entre deux époques, celles du procès en 2001 et celle de l'enquête et des faits dans les années 90. L'on suit par moment Guy Georges et par d'autre ce jeune flic acharné qui va se faire la b... sur l'une des plus grosse affaire criminelle de l'histoire de France moderne.

Un polar efficace qui retranscrit bien l'époque et prend sa force dans son scénario basé sur des faits qui ont marqués tout un pays. Les acteurs eux ne sont pas tous transcendants mais la réalisation et bonne et l'atmosphère lourde.

A voir !!!

publié le 19/10/2019 - 13:19
Portrait de Lebreihz

Derrière le monstre un homme !

Lebreihz (I am Legend - 2309 critiques)

Alors certes vous l'aurez tous compris , ce film est une rétrospective d'une des plus grande affaire criminelle , c'est celle du "tueur de l'est parisien ", Guy Gorges pour ne pas le nommer !

Ce qui est particulier c'est que le film présente les choses à la fois du point de vue des enquêteurs, avec une très longue rétrospective dès le début des meurtres .

Et puis le point de vue des avocats de Guy Georges à une époque contemporaine .

Ce qui est remarquable ces dernières années c'est cette volonté de réaliser des films , qui colle le plus possible à la réalité ;

On y décrit le quotidien des policiers , de ce jeune flic qui embauche aux quais des orfèvres !, la criminelle quoi ! . et qui se retrouve çà, décortiquer des meurtres non résolu qui a priori n'ont rien à voir les un avec les autres .

C'est un travail de fourmi , un travail de très longue haleine !. Pourquoi ? , tout, simplement parce que en 1991 la police n'est pas très informatisée , donc il, faut passer un temps, fou sur chaque dossier , pour y trouver une corrélation, avec un autre !

San parler de l’aspect bureaucratie , en tant que policier vous ne faites pas ce que vous voulez !, la hiérarchie est là , ainsi que les magistrats, l’inspecteur Harry et Belmondot qui ne semblent pas avoir lu le code de procédure pénale ....c'est du cinéma !

Et puis ...les fausses pistes !, le fait que le père d'une des victimes ait été mêlé de Loin ! à une affaire criminelle , vous penseriez "on tiens un élément troublant ", pas du tout ! c'est un hasard, du même type de celui qui concerne la joggeuse assassinée et carbonisée, par le fait qu'une de ses connaissances a subit le même sort il a 20 ans !,

Renversant !, quelle est notre probabilité, à titre individuel ,d'être confronté à une affaire criminelle , très faible !, alors imaginez ...à deux affaires criminelles !

Et, puis il y a le point de vue des avocats , cet assassin est défendu par une femme qui non seulement doit, faire abstraction que son client est un tueur de femmes . Mais qui va plaider l'innocence devant la cour d'assise !

Maître Alain Jakubowicz va-t-il oser plaider l’innocence de son client Nordhal Lelandais , que beaucoup d'indices troublant- semblent accuser ?

très franchement le film est une réussite , c'est très sombre , très désespérant aussi !

Mais malgré tout il y a chez cet assassin un soupçon d'humanité . c'est très poignant lorsque sa mère de lait intervient au tribunal , il l’appelle "Maman" , ce n'est pas sa mère biologique , mais voilà il ne connaît qu'elle !

Et là on découvre l'enfance de ce type , qui est une enfance jetée aux ortilles. La société est -elle pour autant responsable ?

Peut-être un tout petit peu !, mais ne devraient-on pas évoquer ses parents biologiques, comment peut-on abandonner son propre enfant ?

Encore que ....beaucoup d'enfants malheureux ne deviendront pas non plus de tels monstres !

là j'en vient à me dire que peut-être certains ne devraient pas avoir le droit de faire des enfants !

Je sais que je sors un peu du film !, et je n'en dirais pas plus car sinon dans quelques lignes , je vais pratiquement justifier la stérilisation forcée qui s'est pratiquer au état-unis dans les année 30, pour certaines catégories de la population !

N'empêche que la séquence du procès deviendra très intense , et l’accusé qui n'avoue rien, car il sait qu'il existe des éléments qui vont dans le sens de son innocence, va au bout d'un temps , craquer face ...à une femme . Face à l'avocate de le la partie adverse , telle un enfant avouant une bêtise devant la directrice de l'école !

Rappelez-vous de cette citation d’Henry James « Nul ne saura jamais si les enfants sont des monstres ou les monstres des enfants. »

publié le 17/12/2017 - 00:53

Derniers commentaires