Le Massacre des morts-vivants

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Lebreihz

des ultra-sons pour réveiller les morts !

Lebreihz (I am Legend - 2309 critiques)

Ce film des années 70 s'inscrit n'empêche dans une époque qui pourrait être caractérisée par l'émergence de l'écologie.

Car en fait ce film c'est un peu l'opposition du "gars de la grande ville" qui débarque chez les" yokel", les "rednecks" Britaniques si vous préférez !

Finalement le film, en plus d'assumer son coté horrifique, met en scène ce couple, qui se rencontre fortuitement d'ailleurs qui débarque au find fond de la campagne Britanique;

Je me suis dit que le film n'a pas du êvident pour ce qui concerne le scénario, car à cette époque là , 1974, la nuit des morts-vivants à déja marqué son temps !

Donc il faut concevoir un film , certes sur un thême horrifique, mais qui ne soit pas non plus un plagiat!

Et je pense que c'est plutôt réussit..alors est-ce que ce film serait plutôt "Romérien" ou "Fulcien" ?

je dirais plutôt Romérien !

Comme je le disais le film véhicule à la fois un message écolo, avec cette machine destinée à tuer les insecte par ultra-son et aussi sociale.

Sociale, car notre couple aux allures un peu "hippies", le gars a les cheveux longs,n'aime pas l'autorité dérange un peu tout ce beau monde.Et surtout ce commissaire de police , très "derrick".

Comme je le disais ces années là seront des années de remise en cause de l'autorité , dans quasiment tout les pays du monde d'ailleurs.

L'autorité qui ne voit qu'en ce couple, que des toxicomans criminels , même si SPOLIER le flic ne se pose pas la question quand à la force nécéssaire pour soulever une pierre tombale de 200 Kg, afin de défoncer une porte ! bah ! les drogués, tout comme les zombies on une force décuplée !, c'est bien connu FIN SPOLIER .

C'est pourquoi notre homme ne faisant pas confiance en l'autorité agit de manière complètemnt irrationelle , face à ce qu'il est en train de découvrir.

Vous me rétorquerez que c'est absurde d'agir ainsi ! Mais souvenez-vous qu'en temps normal nos comportements humains sont loins d'etre tous rationnels, alors imaginez face à une situation surnaturelle !

Alors allez savoir pourquoi le final est assez prévisible, mais en me temps très frustrant, on aurait souhaité voir l'horrible vérité être enfin acceptée par l'autorité

publié le 21/11/2016 - 22:08
Portrait de Dante_1984

Les zombies de la campagne

Dante_1984 (I am Legend - 1124 critiques)
8
 
Réveillés par les radiations d’une machine agricole, les morts terrorisent un petit village anglais. Après le succès unanime et indiscutable de Night of the living dead, nombre de concurrents sont apparus à la lumière du jour. Peu se sont révélés aussi bon, incisif et maîtrisé comme le chef d’œuvre de Romero. A tel point qu’il est futile de parler de concurrence, le modèle écrasant allègrement ses vaines tentatives de renverser le roi. Que dis-je ?! L’empereur, le précurseur de tout un genre ! Sans être anéanti par son modèle, Living dead at the Manchester Morgue ne créé par la surprise en ne réussissant pas à égaler son aîné. Du côté des points faibles, un rythme inégal et une enquête peu originale. Jorge Grau prend le temps d’installer ses personnages et son histoire. Un déroulement irrégulier dont on oublie les carences lors de l’assaut final de la morgue de Manchester. Concernant l’enquête, pas de nouveautés à se mettre sous la dent, elle ne se veut qu’un prétexte au véritable attrait du film : les morts-vivants. Au-delà du manque d’originalité sur la forme, le message destiné au spectateur se veut virulent et primordial dans l’analyse d’une société amorphe et apathique. L’exemple parfait étant la scène d’introduction, où une jeune femme nue, court devant des automobilistes indifférents à ce spectacle pour le moins atypique et inhabituel. Le film dénonce les préjugés sociaux et raciaux gangrenant notre quotidien. Le protagoniste incarnant l’anti-conformisme et le sergent McCormick, le conservatisme et les a priori injustifiés (et injustifiables). Sans ce message, n’ayant rien à envier aux films de Romero, Le massacre des morts-vivants aurait été un énième films de zombies sans saveurs. Néanmoins, ce n’est pas le cas. Sa déclaration acerbe de notre société moribonde lui offre une dimension inattendue.
publié le 26/11/2009 - 12:30

Médiocre

Rev0 (Copycat Killer - 24 critiques)
J'attendais avec beaucoup d'impatience "LE MASSACRE DES MORTS VIVANTS" , finalement je suis déçu. C'est long, vraiment très long, on se pose la question quand le film va démarrer, bah jamais on peut dire. Les acteurs sont pas crédibles, la musique est ennuyante, les effets gores sont nul ( Giannetto de Rossi en a fait de bien mieux avec Lucio Fulci ) . Je préfère me mater un bon Z comme " ZOMBI HOLOCAUST" que cette daube infâme. Je met 2 points pour les décors qui sont plutôt bon ( le cimetière, la campagne anglaise, ...) Bref un film trop surestimé .
publié le 06/06/2008 - 23:26

Vraiment excellent

Sir Gore (America's Most Wanted - 526 critiques)
8
 
À la suite du succès inattendu de La Nuit des Morts-Vivants, bande fauchée et tournée en noir/blanc qui acquit en quelque temps l'aura d'un véritable film de genre culte, plusieurs démarquages tenteront de renouer avec ces fructueuses recettes en exploitant la veine créée par Romero. Le Massacre des Morts-Vivants se classe indubitablement dans la catégorie des plus réussis d'entre eux. Cette production italo-hispanique mise en scène par le trop méconnu Jorge Grau, cinéaste ibérique dont la filmographie ne s'est de loin guère limitée au cinéma d'horreur et/ou d'exploitation — on parle entre autres de certaines œuvres forts intéressantes et marquées par un regard d'une grande acuité sur l'Espagne — dépasse même très vite le simple concept du « bis » en s'appropriant un style, une ambiance, une couleur tout à fait personnels et atypiques. Grau ne déroge certes pas aux notions de base établies par Romero, à savoir un détonnant mélange de violence graphique et de critique sociale ainsi qu'une volonté d'épurement stylistique, mais les points communs entre les deux films respectifs s'arrêtent là. Et c'est tant mieux, d'ailleurs.

Le Massacre des Morts-Vivants relate l'inquiétante course contre l'échec et la mort de deux jeunes gens ayant découvert que les radiations d'une machine destinée à neutraliser les insectes nuisibles de terres agricoles dans une petite bourgade anglo-saxonne provoquent la résurrection des morts du coin. Ceux-ci, qui se présentent tels des zombies assoiffés de chair et de sang, débutent leur carnage avant même que les forces de l'ordre et la population ne s'en aperçoivent. Malgré tous leurs efforts, les deux personnages ne parviendront pas à mettre un terme à cette « graine de fléau » et seront stoppés par un antipathique inspecteur de police qui voit en eux les coupables des meurtres commis par les morts-vivants. À partir de ce scénario très intéressant, Grau développe une toile de fond sociale aussi évidente que particulièrement incisive et audacieuse. Les altercations entre le policier (Arthur Kennedy) et George (Ray Lovelock) traduisent de manière ostensible la haine d'une génération rigoriste vouée envers une certaine jeunesse doucement baba-cool et plus libre d'esprit. Ce conflit de mœurs conduira à un final pessimiste et lourd de sens, où les zombies ne se révéleront guère être les véritables méchants de l'histoire. Époque oblige, il y a une forte connotation écologiste dans le contenu du métrage, probablement un brin naïve aujourd'hui, mais qui ne nuit pas à l'efficacité du propos pour autant. L'aspect engagé du Massacre des Morts-Vivants ne mord heureusement pas la peau à sa dimension horrifique et le film fait également des étincelles en terme d'atmosphère et de scènes-chocs. Jorge Grau instaure un climat glauque et malsain à son œuvre, décuplé par la crédibilité des zombies — affreux macchabées ambulants au maquillage restreint mais au souffle rauque et au regard fiévreux —, l'austérité des décors et la froideur implacable de la mise en scène. Quelques effets gore relativement osés en regard de l'époque flatteront les amateurs: éviscérations, arrachage de sein, pieu planté dans une gorge, coup de hache dans la tête, le tout filmé sans timidité ou tentative de suggestion. Réalisés par le très bon Giannetto de Rossi (celui-ci signera les meilleurs scènes gore chez Fulci quelques années plus tard et aura tout au long de sa carrière collaboré avec quelques réalisateurs majeurs du cinéma italien tels que Luchino Visconti), les trucages pourront de nos jours apparaître quelque peu frustes, techniquement parlant, mais ils n'en gardent pas moins un impact sûr dans leur hardiesse et leur cruauté.

Inutile de tergiverser plus longtemps, Le Massacre des Morts-Vivants est de la trempe d'un zombie movie de Jacques Tourneur, George A. Romero ou encore Lucio Fulci. Grand film d'ambiance mâtiné de satire sociale pas piquée des vers, ce petit ovni trop peu reconnu dans le cinéma de genre — et plus particulièrement d'horreur, où il aurait parfaitement sa place parmi certains cadors — se doit d'être (re)découvert avec tout le respect qu'il mérite. Un excellent cru.

publié le 01/01/2007 - 00:00
Portrait de Guill

Réponse à McGrath

Guill (Serial Killer - 838 critiques)
10
 
Oulala, As-tu vue la version Censuré sur VHS ? si oui je comprend ta note, tout le gore à été enlever et l'image est hideuse...par contre si tu l'a vue en DvD...je sait plus quoi penser, pour ma part ce film est à la hauteur de tout les Fulci's. Un des film de Zombie le plus maitriser et le plus aboutie de tout l'histoire du cinéma Européen...Et bon sens les maquillages bidons, ont est en 1974 je tien a préciser, Massacre à la Tronçoneuse réaliser en cette meme années, pour ma part je trouve les effets stupéfiant malgré le peu qu'il y en as...
publié le 01/01/2007 - 00:00
Portrait de Guill

Culte

Guill (Serial Killer - 838 critiques)
10
 
Bon j'ai enfin vue la vrai version sur DVD. Le VHS etais pitoyable, j'en avais parler dans mon post plus bas. Bon Jorge Grau tout comme Lucio Fulci à un style unique en matiere de Zombie, dommage qu'il n'a réaliser aucun autre oeuvre de la sorte.(j'ai fait quelque recherche, je peut me tromper aussi) Ce film est, tout comme ceux de Fulci, totalement sérieux, aucun humour n'y figure. L'atmosphere sortant de l'ordinaire est asser oppressante merci. Pour une sortie en '74 quelques scene gore sont foutrement bien réussi mais faut pas s'attendre a du sang giclan dans tout les sens mais bien de scene choc digne de Lucio Fulci...oui vous avez bien comprit Lucio Fulci. Ont peu considéré ce film comme une sorte d'hommage à Romero (Night of the Living Dead) à cause que les Zombie sont dû à la radiation et au final choc. Bref on frole la perfection dans ce film tellement les détails sont minutieusement soigné.
publié le 01/01/2007 - 00:00
Portrait de Guill

Réponse à Tim

Guill (Serial Killer - 838 critiques)
10
 
Ouais moi j'ai peut-etre un doublage francais mais avec vois Canadienne mais jai vue aucune goutte de sang je peut te le juré...ici la MPAA sont tres sévère quand il s'agit de 'gore'. Mais je vais me le procurer en dvd uncut l'édition limitée alléchante par Anchor Bay comme présenter sur photo plus haut tu peut en etre certain...
publié le 01/01/2007 - 00:00
Portrait de Guill

Encore une VHS Censuré

Guill (Serial Killer - 838 critiques)
10
 
Bon moi qui cherchais ce film depuis un méchant bout de temps, je matais les vielles VHS au club et je tombe sur ce film en version française en plus... le choc!!! je le prend sans hésitation et je viens tout de suite de le terminer un peu déçu... Bon le film mets un temps fou a démarré, un gars rencontre une jeune fille par hasard suite a un l'accident de moto et embarque en voiture avec celle-ci pour but d'aller le reconduire en campagne. En cherchant la maison de sa sœur elle tombe sur un être étrange, un zombie apparemment sortie de nul part en plein jours et personne ne croit à sont histoire mais vont bien vite savoir qu'il se passe des chose étrange avec les habitants de cette petite ville, les nouveau-nés sont victime de geste bizarre etc apparemment un virus. Mini spoiler(lire est à vos risque) : Les morts sont réveiller dû une machine a radiation pour tuer les insectes dans les champs et la l'action commence...c'etais temps. Ce film date de '74 même année que Massacre à la tronçonneuse. Bon moi jai vue aucun gore dans ce film, suite a la vhs censuré mais ayant lu plusieurs critique le dvd uncut parraiterait-il est assez saignant Donc j'ai hâte de me procurer. Quand à l'image c'étais pitoyable toute les scènes ce passe dans l'obscurité avec en plus quelques bogue suite au ruban abîmé. Bon je n'ose pas mettre de note encore j'attend toujours de voir le dvd non-censuré. Mais reste étant fan de vieux film de Zombie c’est quand même bien pour le peu que j'ai vue.
publié le 01/01/2007 - 00:00
Portrait de Guill

Merde

Guill (Serial Killer - 838 critiques)
10
 
Moi j'avais commander ce titre en Zone 1 et on vient de m'apprendre qu'il est maintenant Out-OF-Print. Donc les finfineau on monté leurs prix jusqua 80 $ pour le DVD ouch fait mal au porte feuille. Mais bon je continue ma recherche pour une place moin cher. a+
publié le 01/01/2007 - 00:00
Portrait de Carth

Où est -il?

Carth (Serial Killer - 711 critiques)
Vl'a le genre de film qui me donne l'eau à la bouche. Depuis la critique sur le site, je n'arrête pas de regarder partout s'il est dispo, même en VHS, car évidemment, comme d'habitude, pas de Zone 2 à l'horizon (à croire que nous sommes lésés). Même pas dispo en Zone 2 alors que c'est un film européen, c'est un comble. Neopublishing, tu pourrai nous le sortir un jour, s'il te plait?? :{
publié le 01/01/2007 - 00:00

Derniers commentaires