Phantasm

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Blutch

Boooyyy !!

Blutch (Graine de psychopathe - 94 critiques)
10
 
Une des franchises horrifiques les plus sous-estimées... Et pourtant, une des plus réussies.... Boogeyman novateur et charismatique, accompagné de ses formidables sphères dont la première attaque reste une scène culte et de ses sbires "réssuscités". Ambiance fantastique du début à la fin portée par un des meilleurs soundtrack de l'histoire. Le film nous promène sans arrêt entre folie, terreur et monde parallèle, l'ensemble nous ramenant sans cesse dans cet incroyable funérarium. Une histoire, certes, pas forcément facile à cerner lors de la première vision mais qui ne demande qu'à être redécouverte avec un plaisir toujours constant.

Les séquelles apportent pas mal à la richesse de l'intrigue et ne déprécient pas ce bijou qu'est Phantasm. Il y a bien longtemps que l'on a pas réinventé une franchise digne de ce nom avec un vrai boogeyman et une intrigue originale... (Jeepers creepers ?) On est bien loin de tous les home invasion, torture movies ou autre activités paranormales filmées avec la caméra des parents.....

Phantasm appartient à ce cinéma fantastique flippant et bien foutu avec des plans qui restent gravés à jamais dans votre caboche. Un film absolument incontournable et intemporel.

Une fois cette bombe visionnée, vous ne pourrez pas résister à dévorer l'intégrale de la série dont le 5è volet sortira début 2015 avec toujours l'incroyable Angus Scrimm au casting !! Le trailer met d'ores et déjà l'eau à la bouche...

publié le 13/05/2014 - 22:58
Portrait de VonRolling

Approche personnelle de l'horreur

VonRolling (America's Most Wanted - 369 critiques)
8
 
Phantasm est profondément encré dans la fin des 70’s. Je le trouve même moderne et visionnaire pour son époque. Don Coscarelli est l’auteur complet de l’œuvre, et ça se sent.

Après avoir détesté ce film il y a 10 ans, le trouvant très brouillon ou débile, mon regard a changé. Certes, Phantasm est tissé d’une multitude de défauts et de maladresses. Mais derrière l’amateurisme suintant se révèle une réelle volonté d’innover et de se positionner différemment dans le monde bien rempli du cinéma fantastique. C’est très appréciable.

Malgré le scénario farfelu, les incohérences et la douteuse motivation du Tall Man, la force du métrage est d’arriver à mettre en place une ambiance très prenante et finalement de faire peur. Atmosphère oppressante et sursauts sont au rendez-vous. Le très bon thème musical y est aussi pour quelque chose. Après, on appréciera plus ou moins le fait de ne pas avoir de réponses à beaucoup de questions.

Les acteurs sont assez moyens. On croirait que Don Coscarelli a engagé ses potes pour mettre en image son histoire. Ils sont toutefois attachants et on passe un bon moment à leurs côtés.

Pour finir, je dirais que Phantasm est un film fantastique plus qu’honnête dont l’approche psychanalytique nous fait passer par toutes les couleurs des troubles de l’adolescence (sexe, perte de repères, liens familiaux, terreur de l’inconnu, etc.) Les ingrédients horrifiques sont soigneusement mis en avant et je n’oublierai pas de sitôt Angus Scrimm et sa mystérieuse boule de métal.

publié le 01/01/2013 - 21:27
Portrait de Seblechien

Ceci n' est pas un film X

Seblechien (America's Most Wanted - 271 critiques)
8
 
Chouette petit film d'épouvante qui a traversé trois décennies sans trop mal vieillir. Sans prendre en compte les effets spéciaux, les fringues ou autre coupes de cheveux bien entendu, qui là, on peut le dire, sont passés de mode. Le doublage Français quand a lui, n' est vraiment pas folichon. Avec la voix de ce gosse qu' on retrouve absolument partout, et ça pendant 20 ans et qui de sur-crois commence a me sortir par les oreilles. En dehors de ces petits détails, ce film est réussi. Aussi bien d' un point de vue de scénario, bien trouvé et qui nous garde en haleine jusqu’au bout. Les acteurs sont pas mauvais, a la vue du contexte du film. Si ce n' est le gosse, accessoirement l' acteur principal un tontiné énervant. Les décors, les prises de vue, la mise en scène, tout est réunis pour faire un bon film.
publié le 24/11/2012 - 15:16
Portrait de Warhammer

Pas mal

Warhammer (Serial Killer - 929 critiques)
8
 
Ce film date de 1979 ????? Pas possible!! Pour l'époque il est sacrément moderne et n'a pas vieilli d'un poil. Difficile à cataloguer d'ailleurs, fantastique, épouvante, horreur,drame, c'est tout ça à la fois. Du reste l'histoire est incompréhensible alors j'éviterais l'écueil d'en faire un quelconque résumé mais beaucoup de bonnes choses sont au menus de cette petite perle: la musique est excellente, une ambiance envoutante, une image soignée, une histoire trés originale. En revanche peu de scénes gores à se mettre sous la dent même si celles-ci se révélent efficaces. Bref un film qu'il faut voir au moins une fois mais qui suscitera chez vous sans doute de nombreuses interrogations.
publié le 16/09/2012 - 14:11
Portrait de Vivahorror

Mon avis

Vivahorror (America's Most Wanted - 326 critiques)
10
 
Personnellement, je n'ai pas compris grand chose au film. J'ai compris que tall man est pas normal dès le début. Sinon, j'ai passé le reste du film dans une confusion totale, me demandant ce qui se passait et tout. Ce qui m'intrigue surtout c'est de savoir: Est-ce que le mec du début était en train de baiser avec un homme qui avait pris l'apparence d'une femme??? Je vous assure que cette scène risque de vous mêler pas mal... la fin aussi mais je ne vais pas vous la révéler quand même... Bien que je n'aie rien compris du tout à la fin du film.
publié le 02/08/2012 - 06:24
Portrait de Frank zito

Phantasm

Frank zito (Graine de psychopathe - 103 critiques)
10
 
Un adolescent un peu collant à la curiosité aiguisée, suit aux jumelles l'enterrement de son frère. Depuis son point de vue, Mike va surprendre le croque-morts soulever seul, à la fin de l’office religieux, le pesant cercueil qu’il fourre sans ménagement dans son corbillard. Cette exposition insolite est le prélude à une succession de scènes aussi étranges que macabres qui s'enchaînent à un rythme soutenu, réduisant les passages illustratifs à leur portion congrue. Coscarelli, totalement habité par son scénario, évite par la même les poncifs du genre fantastico-horrifique de l’époque. Exempt de ces couloirs de dialogues, il signe un film d'ambiance pure. Fauché comme les blé, ou pas loin, il utilise avec intelligence le moindre décors, à l'image de l'inoubliable funérarium marbré, et enveloppe, à la grâce d'une photographie admirable, son Phantasm dans des ténèbres impénétrables. Les éléments se détachent alors à l'écran, isolés par les projecteurs, accentuant par là même le sentiment d'étrangeté, de perte de repères. Jusqu’à ce que l’on accède à la pièce de toutes les révélations, saturée d’un blanc intense qui aveugle. Et puis il y a ce score qui colle à la pellicule avec une précision rare pour ce genre de production. Seuls les effets spéciaux, bricolés, ont pris l'eau avec le temps, de la disparition très "envahisseurs" de la morgue, à la mouche à merde géante aujourd'hui hilarante. Mais ils ne gâtent pas le plaisir, loin de là. Ils soulignent même l'incroyable travail qui à du être fait pour dépasser l'évident dénuement que ces effets révèle. Véritable prouesse, film fantasme par excellence, il est aussi le berceau de l'un des boogeyman les plus charismatique du cinéma fantastique, le "Tallman", incarné de façon définitive par Angus Scrimm. Symbole de l'épaisseur du mystère que le film renferme, d'une incroyable complexité, ces mutations servent une férocité que l'on pressent aussi inflexible qu’inoxydable. Une figure entrée au Panthéon du cinéma, tout comme cette boule métallique à tête chercheuse qui fut si propice à faire travailler l’imaginaire de toute une génération…
publié le 13/11/2009 - 11:57
Portrait de Worldterror

Un phantasme en appelant d'autres !

Worldterror (Copycat Killer - 47 critiques)
8
 
Depuis déjà longtemps j’étais fasciné, oui, c’est bien le mot, fasciné par cette série de films que sont les Phantasm. Pourquoi ? Tout simplement car elle fait l’objet d’un culte et qu’il y a beaucoup d’éléments originaux rien qu’à voir les illustrations que je pouvais voir ici et là dans mon vidéoclub d’antan. Par cela je parle de ce grand type dont la seule présence fait froid dans le dos, les sphères et une histoire qui a mon avis devait être compliquée voire énigmatique. C’est donc hier soir que je me suis (enfin) décidé à visionner le premier opus.

Et au final je dirais que le résultat est mi-figue, mi-raisin. Le principal défaut du film étant le rythme et par là je soulignerais que le montage n’a peut être pas était assez judicieux.

Mais, mis à part cela (et heureusement car un film souffrant de problèmes de rythmes et souvent voué à l’échec) le métrage regorge d’énormément de points de satisfaction. Tout d’abord l’ambiance du film n’aurait pas déplu à cet allumé de David Lynch en ce sens qu’elle est énigmatique dès la première image et surtout la première apparition du Tall Man. J’y reviendrai après sur ce personnage (qu’on ne voit pas assez à mon goût mais ne vaut-il pas mieux la qualité à la quantité ?) qui fait froid dans le dos.

Pour l’instant je vais parler du scénario. Beaucoup de films actuels pêchent par manque d’originalité. On nous sert beaucoup trop de suites inutiles ou alors le phénomène à la mode étant les remakes. Il est un fait sûr et certains qu’en ayant peu de moyen on se doit de développer une idée originale et là Don Coscareli à mis le doigt dessus. Se voulant avare avec les explications (ce qui attise la curiosité) et renforçant l’atmosphère du film, le réalisateur nous gratifie d’éléments plus énigmatiques les uns que les autres. Je ne dirais pas lesquels pour ne pas gâcher le visionnage de ceux qui ne l’ont pas encore vu mais quelques passages font tout de même froid dans le dos. La musique fini le travail et on croirait presque que le réalisateur a fait son Carpenter pour ce film.

L’interprétation est quant à elle très bonne avec une mention spéciale à Angus Scrimm qui rentre dans la légende des croque-mitaines de par son interprétation froide et énigmatique à souhait. Le voir déambuler, se mouvoir est assez flippant je dois dire. Et son regard … quel regard ! J’en ai encore des cauchemars.

publié le 26/08/2009 - 21:47
Portrait de Fantho

Mon avis

Fantho (Graine de psychopathe - 121 critiques)
Alors là, je vais me dispenser de voter dans un premier temps parce que le seul souvenir que je garde de Phantasm c'est celui d'une bonne grosse crise de fou rire entre copines suite, justement, à cette histoire de boule. Alors, est-ce le manque d'intérêt du film qui nous a poussé à déconner ou la déconnade qui nous a poussées à s'en désintéresser, là est la question... Je vais tacher d'y répondre en tentant un second visionnage 15 ans plus tard.
publié le 19/01/2009 - 13:06
Portrait de Punisher84

Boules à zéro

Punisher84 (I am Legend - 1390 critiques)
8
 
Sorti à la fin des années 70, ce n’est qu’aujourd’hui en 2009 que j’ai enfin pu voir ce fameux PHANTASM. Difficile à trouver en vidéo, en vaut-il la peine ? Ma foi oui ne serais ce que pour son atmosphère enigmatique qui à elle seule vaut le détour. Aussi loin que je puisse remonter dans le temps j’ai rarement vu un film aussi bizarre tout en étant tourné aussi "normalement". Pas beaucoup de moyens mais une totale efficacité de suspense et de bizarrie. Je crois que l’on appel ça la magie du cinéma : faire beaucoup avec peu de moyens. N’appelle-t-on pas cela un exploit ? Le long-métrage dégage un coté « secondes-main » qui démontre bien que le réalisateur a voulu faire le mieux possible. De toute façon n’est-il toujours plus agréable de regarder un film de ce type fait à l’ancienne plutôt qu’avec un ordinateur ? Pas beaucoup d’effets gores mais il vaut mieux en avoir moins de meilleures qualités que trop qui soient médiocres. Je retiendrais surtout les célèbres boules volantes non-identifiées ainsi que le grand (tall) homme (man). Interprétation terrifiante, je n’avais pas ressenti une telle stupéfaction pour un pilier. Même pas pour Jason Voorhees ni même Michael Myers ! Dont le coté foudroyant fût rapidement atténué par les nombreuses suites. Angus Scrimm est vraiment ce que l’on appel la colonne vertébrale du film de Don Coscarelli. Personnage plus qu’intriguant, il vient nourrir une histoire encore plus étrange que lui. Un scénario très intéressant, limpide et clair mais pas très bavard. Même le final n’est pas venu éclairer ma lanterne ! Est-ce un mal ? Je ne crois pas car si le metteur en scène n’avait pas laissé planer le doute le résultat final en aurait été que moins savoureux. Je ne peux pas faire de reproches à ce film qui n’a que comme malheureux défaut (comme tout les « grands » petits films d’ailleurs) de ne pas avoir eu ne serais-ce qu’un peu plus de budget. Qui lui-même reviendras en force dans les épisodes suivants. Paraît-il car je ne les ais pas encore vus. Classique ? Pas classique ? Difficile à dire… Comme moi, soyez préparés et faites vous votre propre opinion. Et même si vous n’aimez pas le film, je suis sure et certains que vous ressentirez à peu de chose prés ce sentiment étrange qui me fait encore froid dans le dos.
publié le 19/01/2009 - 01:05
Portrait de Rockab

Envoutant

Rockab (Graine de psychopathe - 211 critiques)
10
 
Envoutant! yep, je crois bien que c'est le mot qui colle le plus a ce petit bijou, qui certes commence à accuser le poid des années (la peloche est trentenaire, ou presque) mais sort encore aujourd'hui du lot! L'histoire originale, le croque-mitaine bien charismatique et son monde très onirique font de ce "phantasm" un film d'exception, touchant et inoubliable! Ajoutez a cela une musique vraiment bien foutue (ça m'a fait penser un peu a celle d'"Halloween", ou celle de "l'Exorciste", bref, vous voyez le genre) et des décors simples mais de toute beauté (l'est pas beau, l'est pas buccolique le p'tiot cimetierre de Morningside hein?), et vous aurez une idée de ce qu'est "Phantasm" premier du nom. Alors certes, faudra pas etre en état d'ébriété avancé pour bien tout capter à l'histoire, un peu floue quand même au premier visionnage, mais je crois que ça vaut la peine de faire l'impasse sur un whisky ou deux pour apprécier pleinement ce film! A bon entendeur...
publié le 19/12/2008 - 21:11

Pages