L'Invasion des profanateurs de sépultures

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Excellent!

Evil-pimp (America's Most Wanted - 643 critiques)
8
 
Excellent film, mais un peu déçu. Je me suis ennuyé un petit peu. Bon scenario, bon acteurs, mais vite oublié.
publié le 19/12/2013 - 15:33
Portrait de Warhammer

Etre ou ne pas etre humains.

Warhammer (Serial Killer - 929 critiques)
8
 
Toute premiére version de ce grand classique de la SF dont le disours tranche trés nettement par rapport aux versions de Philipp Kaufman et d'Abel Ferrara. En effet cette version de 1956 est moins sombre et violente forcément que l'époque y fait beaucoup ainsi l'intrigue prend des relents par moment plus philosophiques sans occulté pour autant le fantastique et l'action par ailleurs rondement menés. Si je préfére la version de Kaufman,j'ai passé un bon moment devant cette version plus positive mais pas moins fascinante.
publié le 11/02/2013 - 22:04

Marquant !

Leduffpascal@cp (Copycat Killer - 30 critiques)
10
 
Le producteur Walter Wanger découvre, en 1954, dans le Colliers Magazine une nouvelle science-fiction et considère immédiatement la possibilité d’en faire une adaptation cinématographique. Après avoir acquis les droits, Wanger soumet le projet à Don Siegel, alors célèbre pour avoir réalisé Riot in Cell Block 11. Doté d’un budget de 400 000 dollars (soit moitié moins que la plupart des œuvres de science-fiction de l’époque et de quatre semaines de tournage, Siegel signe avec L’invasion des profanateurs de sépultures l’une des œuvres les plus marquantes de la décennie et du genre. Les envahisseurs venus d'on ne sait où adoptent un comportement froid où la moindre trace d'émotion est interdite et cherchent à infiltrer insidieusement la société américaine, ce qui fait de ce film une allégorie anticommuniste en pleine période maccarthyste de chasse aux sorcières. Si cet aspect est loin d'être négligeable et fut clairement assumé comme tel, il s'agit avant tout d'un classique du cinéma fantastique en général et des années 50 en particulier, un excellent divertissement souvent cité par les connaisseurs comme l'un des plus originaux et des plus angoissants. Un film d'épouvante dans le sens le plus noble du terme. Cette histoire a connu trois autres adaptations au cinéma : en 1978 par Philip Kaufman, sous le titre L'Invasion des profanateurs (Invasion of The Body Snatchers) avec Donald Sutherland ; en 1993 par Abel Ferrara, sous le titre Body Snatchers et en 2007 par Oliver Hirschbiegel, réalisateur de La Chute ( les derniers jours de Hitler ) sous le titre Invasion, avec Nicole Kidman et Daniel Craig. Mais cette version reste, et de très loin la meilleure. Don Siegel, cinéaste fétiche de Clint Eastwood adopte un modèle de mise en scène d'abord d'un grande sobriété avant la révélation de l'invasion, et de plus en plus oppressante soulignant la crainte constante et la paranoïa grandissante des héros qui luttent contre l'ennemi invisible qu'ils doivent s'empresser de dénoncer à une opinion incrédule. Pas de profanations de sépultures dans ce film malgré le titre, il s'agit plutôt de voleurs de corps, celui qui a traduit le titre original ( Invasion of the Body Snatchers ) n'avait pas dû voir le film en a fait une mauvaise interprétation, désorma is rentrée dans l'histoire du cinéma... Le comédien principal Kevin McCarthy, révélé peu avant ce film grâce au rôle de Biff Loman dans MORT D'UN COMMIS VOYAGEUR ( 1951 ) d'après Arthur Miller est décédé récemment à l'âge de 96 ans. Il n'avait jamais cessé de tourner jusqu'à la fin de sa vie, notamment avec Joe Dante pour L'Aventure Intérieure en savant fou ou dans Les Looney Tunes, l'aventure continue dans lequel il reprenait brièvement son rôle en portant un de ces cosses mythique. Le réalisateur assumait son clin d'oeil jusqu'à le tourner en noir et blanc dans un film autrement en couleur.
publié le 06/04/2011 - 14:37
Portrait de GORE MANIAC

Un de mes films favoris

GORE MANIAC (Serial Killer - 798 critiques)
10
 
Chef d'oeuvre monumental orchestré de main de maître par Don Siegel, surtout réputé pour ces westerns avec Clint Eastwood et son Dirty Harry. Ce film de S-F vous rendra paranoïaque au dernier degré. Les acteurs sont épatants et le scénario est rudement efficace. Encore aujourd'hui, on ne peut qu'être fasciné par un tel spectacle. Et que dire du final, à des kilomètres du sempiternel happy end. Une merveille !
publié le 01/01/2007 - 00:00

Derniers commentaires