Yeti

 Inscrivez-vous ou connectez-vous pour ajouter votre avis !

Portrait de Jaws

Yéti

Jaws (Graine de psychopathe - 94 critiques)
6
 
Yéti est un téléfilm accumulant les incohérances comme l'avion qui passent via l'himalaya plutôt que de traverser le pacifique ( attention cette avion est en direction de japon via himalaya est il direct jusqu'a himalaya merci ) le yéti est super moche de jour on dirait un acteur poilu on qui on a mit des gants en latex mais ou le budget tonnere de zeus SPOILER le yéti peut faire des sauts de 50 mètres impressionnnants n'est ce pas fin SPOILER. Sinon les premières apparitions du yéti sont bien faites en bref un téléfilm pas innovant pour un sous mais trop fun cette série Z en ravira plus d'un !
publié le 21/03/2013 - 20:21
Portrait de Dante_1984

L'abominable petite série B des neiges

Dante_1984 (I am Legend - 1124 critiques)
4
 
Une équipe de football américain traverse l’Himalaya pour effectuer un match au Japon (c’est bien connu les Américains préfère faire un détour par le Tibet, plutôt que de traverser le Pacifique pour rejoindre le pays du soleil levant). Malheureusement pour eux, leur avion s’écrase. Les rares survivants commencent à s’organiser pour s’en sortir, mais un yeti rôde aux alentours. Le premier point qui m’a frappé en débutant ce nouvel opus de la saga Maneater Series est son histoire quasi-identique avec Les survivants. Excellent film (tiré d’une histoire vraie) de Frank Marshall où une équipe de football traverse la cordillère des Andes et s’écrasent en pleine montagne. Simple coïncidence, me direz-vous ? A ce stade là, c’est fort probable. Néanmoins, plus on progresse dans le récit et plus les points communs deviennent nombreux. Le plus flagrant étant la décision de manger les cadavres de leurs amis, fraîchement entreposés dans la neige. Si cela ne s’appelle pas du plagiat éhonté alors, il n’y a pas plus de neige au sommet de l’Everest qu’il n’y en a au cœur du Sahara.

Non satisfait de s’accaparer les idées d’autres productions, Yeti se noie sous une avalanche d’incohérences et de stupidités rarement inégalées. Quand on sait que le réalisateur n’est autre que Paul Ziller, responsable de l’effroyable Loch Ness terror ou bien encore le catastrophique Baal, on comprend mieux la nullité grandissante qui envahit cette production de seconde zone. La trame redondante n’apporte aucunement la moindre intensité. Les protagonistes sont aussi empâtés que leur esprit rédhibitoire. Chacun a bien appris son rôle de casse-pieds ou de rigolos de services, sans oublier le héros sans peur et sans reproches. On se réjouirait presque de les voir mourir des mains du Yeti, seulement où se trouve t-il ? Certainement en train de gambader dans la forêt ou de sauter comme un cabri à tout vent.

En effet, l’attraction principale du film se voit tour à tour un gros empoté qui peine à marcher. Il se trouve alors dans la phase « acteur qui se cache sous une montagne de latex », ce qui n’est pas plus mal au vu de la suite des évènements. Car l’on pourrait croire qu’avec un faciès aussi peu avenant, il se cacherait ou ne sortirait que la nuit, mais non. Notre ami possède un tempérament très social ! Aussi lorsque de rares visiteurs daignent lui rendre visite, il s’empresse de les accueillir comme il faut. Voilà qui est la moindre des choses pour un hôte de marque. Mais il faut leur apprendre les bonnes manières à ces vanupieds. Seulement, il peine à les trucider. Il préfère se contenter des cadavres qui, il faut le reconnaître, gesticule beaucoup moins. Outre ce costume aussi moche qu’encombrant, on nous inflige des images de synthèses encore plus pathétiques qui finissent de ridiculiser le Yeti. A ce moment, il entre dans la phase « je suis la réincarnation d’un kangourou des neiges ».

Vous l’aurez compris aisément qu’il n’y a rien à en tirer de bon. Yeti aurait pu s’intituler L’abominable petite série B des neiges pour avertir le spectateur de son inutilité, même si le nom du cinéaste devrait suffire à avertir la majorité d’entre nous. Toujours est-il que ce genre de productions mériterait de ne jamais voir le jour (ce qui n’arrivera certainement jamais). Au lieu de créer un bon petit survival animalier avec peu de moyens, mais de la volonté et du travail, on se retrouve en présence d’un étalage d’incohérences dans une histoire aussi invraisemblable que copiée sur d’autres films. On constatera également la performance des plus anecdotiques d’un casting aussi ringard que dénué de talent. Est-il besoin de poursuivre ? Yeti ou comment sombrer dans une avalanche de nullité.

publié le 26/11/2010 - 13:35
Portrait de DorianGray

Appelez Brigitte Bardot !!!!

DorianGray (I am Legend - 2000 critiques)
2
 
Yéti, l'attaque du masque en latex des glaces ... Les survivants d'un effroyable crash cinématographique dans l'Himalaya (qui se trouve, comme chacun sait, au milieu des Rocheuses américaines) doivent faire face à une température de 18 degrés (le froid glacial), à la crise (peu de nourriture), et pire que tout, à un terrible bonhomme déguisé en gros poilu aux dents déchaussées et au masque en latex mal collé !!!! Tremblez, pauvres fous !!!! Parce qu'à moins d'être servi par un cerveau de 50 de QI, vous ne rirez pas, vous ne tressauterez pas, vous ne frissonnerez pas (ou alors coupez le radiateur), vous risquez même ... la léthargie profonde ... car cette bande de bras cassés un peu craignos (normal, ce sont des sportifs) qui se torche en avion numérique sur une pente du Mont Blanc (qu'on voudrait nous faire passer pour l'Himalaya) ne mérite même pas le foin qu'en fera le pseudo-yéti composé d'un personnage affublé d'un costume ridicule et d'un masque mal collé sur les pourtours et d'une créature numérique super mal incrustée et qui se déplace comme une course de sumos ... Les scènes sont chiantes, banales, inintéressantes, les actions grotesques, les maquillages affreux et sensiblement drôles ... du navet qui pousse donc sur des hauteurs ... allez, couchée sale bête ! Brigitte, si tu me lis, cette bête-ci, laisse-la crever ...
publié le 06/10/2010 - 15:04
Portrait de Sxtwin

Yéti

Sxtwin (Graine de psychopathe - 242 critiques)
2
 
C'est quoi ce film ? Un navet ? Un nanar ? Un Z movie ? Long, mal fait, que ce soit les effets spéciaux ou la bestiole, mais c'est vrai que les décors sont bien ainsi que le paysage et que le gore est bien écœurant. Mais ça n'empêche pas que c'est très mauvais dans l'ensemble. Est-ce que ça valait vraiment le coup de se faire ch... juste pour ça ? Attention ! : la jaquette est une belle publicité mensongère ("tension maximale", "scènes d'attaques impressionnantes" mais surtout "effets visuels percutants" percutant parce qu'ils sont très mal faits oui !).
publié le 21/07/2010 - 18:45
Portrait de Hazem

Au plus profond du nimportekwa

Hazem (Graine de psychopathe - 76 critiques)
8
 
Alors que dire de ce volet de la série "maneater series" ? Et bien, c'est pas aussi nul, bonne présence de gore et meurtres plutôt sympas, monstre plutôt marrants et héros un peu casse-bonbons à certains moments... Le yéti est assez rigolo, si au début il semble imposant et monstrueux, il devient peu à peu ridicule : sa démarche quand il court et évidemment, quand il fait des bonds de 10m de long et de haut... Bref, un film gore et rigolo à ne pas prendre au sérieux...
publié le 10/01/2010 - 08:52

Mon avis

Yvesdupied (Newbie - 2 critiques)
Yéti'l une plus grande niaiserie ? Même en cherchant bien, ce doit être dur de trouver plus nul que cette abomination (des neiges) !
publié le 10/09/2009 - 22:03

Mon avis

Dr West (I am Legend - 1290 critiques)
8
 
Un bon téléfilm avec du gore et un yeti un peu mal foutu mais terriblement affamé!! Une histoire un peu tirée par les cheveux mais bon, ça reste du divertissement!!
publié le 22/03/2009 - 10:09
Portrait de Gory Freddy

Bougloudou Bhâraya Zoubikõf Ougladâch

Gory Freddy (I am Legend - 1749 critiques)
6
 
"Bougloudou Bhâraya Zoubikõf Ougladâch", c'est à peu près tout ce qui me restait comme pensée après avoir visionné ce subtil concentré de connerie à l'état pur. Après, malgré un esprit embrouillé et encore sous le choc de ce qu'il venait de subir, je crois me souvenir m'être exprimé: "ViliozoÔoum Gheuuumackleum GhâlachoÜm Meeeûûûûûûûûûggghh". P'is après, plus rien... Le coma total... J'ai été transporté d'urgence à l'hôpital au service neurologique, où les médecins on diagnostiqué des lésions graves au niveau du cortex cérébral, ainsi que de l'anus! Mais après avoir été menacé de me taper l'intégrale d'Eric Rhomer (le Pape des films d'Ôteurs chiants et prétentieux) sans anesthésie, je suis sorti d'une traite de mon lit pour témoigner devant le monde attendri, de l'outrage fait à mon intelligence surpuissante.

"Yéti" est une expérience unique, réservé pour les cascadeurs neuronaux qui n'ont peur de rien. Moitié navet moitié nanar, on oscille constamment entre l'ennui profond devant la vacuité des dialogues et l'ineptie des situations, et la divine destruction de toute forme d'intelligence devant une connerie hors-norme présentée avec le plus grand sérieux. Un Yéti tout pourlingue, dont le costume en toile de jute, déclenche l'hilarité à chacune de ses apparitions. Des situations improbables et débiles qui méritent d'être saluées pour leur portnawak constant. A noter l'une d'entre elle, splendide, où l'un des héros qui s'est cassé les deux jambes après avoir été poursuivi par Mr Yéti pas content, se fait une attelle à droite avec une grosse radio (pratique), et une attelle à gauche avec le bras arraché de son défunt camarade de fuite... Pas con!

Ce... film (allez, on va l'appeler comme cela) déçoit, car il est à la fois nanar et à la fois navet. Si les séquences d'actions sont gigantesques de nanardise, et font rire aux éclats, au point que l'on en bave nos quelques neurones encore en activité, toutes les séquences de remplissage qui les entourent sont assez pénibles, et malgré leur connerie, ne parviennent pas à divertir, mais plus à ennuyer profondément, à faire chier anormalement, d'où mes lésions anales... Heureusement, quelques scènes bien gores, et surtout l'extraordinaire expérience nanarde vécue lors des scènes "horrifiques" justifient à elles seules la vision de ce monstre de cinéma! MaghÅboul Blukilóch Youpidou!!!

publié le 04/03/2009 - 10:06

Absurde !

Bliss91 (America's Most Wanted - 545 critiques)
2
 
Dés les premieres minutes, le film perd de sa credibilité avec un crash aerien de haut vol dans les neiges censées être glaciales, mais pas assez pour une paire de baskets usées...Le yeti est la paroxisme de la bêtise lors de ses poursuites en bonds à la HULK 1...un fou rire de plus...les acteurs sont d'une nullité affligeante...enfin les derniers minutes vous feront frisonner de honte d'avoir tenu à assister jusqu'au bout de ce téléfilm de troisième partie de soirée sur RTL9... Bon courage à ceux qui braveront les pièges de ce Yeti Yogi.
publié le 22/02/2009 - 13:12
Portrait de Willow

Mon avis

Willow (America's Most Wanted - 591 critiques)
6
 
Le yéti semblait crédible jusqu'au moment ou il décide de le faire sauter des bons de 10m, les meurtres sont soft: un coeur arracher, une tête écrasée, un bras en guise d'attelle,le film se laisse regarder sans réfléchir il n'est pas aussi nul que ça
publié le 09/02/2009 - 00:52

Derniers commentaires