Voir la fiche complète du film : Action ou Vérité (Robert Heath - 2011)

Action ou Vérité

Un thriller plutôt bien fichu malgré quelques faiblesses...
Publié le 25 Septembre 2012 par GeoffreyVoir la fiche de Action ou Vérité
6

Qui n'a jamais joué à Action ou Vérité (ou à une de ses variantes) avec ses potes lors d'une soirée de beuverie ? Pas grand monde, je pense. Pourtant, ce jeu populaire a jusqu'ici été peu utilisé dans les films d'horreur malgré un potentiel certain.
Imaginez un tueur forçant ses victimes à accomplir des gages dégueulasses... j'en vois déjà qui frétillent d'impatience. C'est peu ou prou ce que va nous proposer le film de Robert Heath.


ça c'est l'Action qu'on aime !

Lors d'un anniversaire surprise, un groupe d'amis se lance dans le jeu « Action ou Vérité ». L'enchaînement des événements de la soirée va alors prendre une tournure terrifiante. Les amis se retrouvent piégés par un psychopathe... Jusqu'où ce jeu les mènera-t-il ?


Bonjour les jeunes, on va jouer à un jeu...

 

 Le film débute de manière assez classique : une fête, un gars un peu neuneu se tape la honte de sa vie sous les rires gras d'une bande de crétins, puis saut dans le temps "6 mois plus tard". Là, le film commence vraiment. Ladite bande de crétins est invitée à l'anniversaire du gars un peu neuneu qui a lieu... dans une cabane délabrée et perdue au milieu des bois. Bon, why not ?
On évitera de trouver cela un peu tiré par les cheveux, tout comme on évitera de se demander pourquoi les invités se donnent tant de mal pour se rendre à la fête d'un type qu'ils n'aiment pas.
Mais soit, une fois dans la cabane, les réjouissances peuvent débuter.


Que la fête commence !

En vérité, Action ou Vérité (Truth or Dare dans la langue de Shakespeare et de Justin Bieber) fait partie de ces longs-métrages qui tentent de ne pas se reposer uniquement sur les scènes chocs mais de mixer un scénario fouillé, voire dramatique, avec les principaux éléments du torture-porn.
Pourtant, mauvaise surprise, Action ou Vérité s'avère être un film étonnamment sage au regard de ses possibilités et des promesses de sa jaquette.
Exit les litres de sang, oubliées les fulgurances graphiques propres aux films de tortures des années 2000, au final le film ressemble plus à un thriller horrifique façon Nine Dead qu'à Saw, laissant de côté l'aspect "horreur" de la situation au profit d'une intrigue alambiquée.

Le problème est que le script n'est pas franchement passionnant. Certes, quelques rebondissements inattendus viennent égayer l'ensemble, et notamment l'excellent final, mais la plupart du temps, faute d'originalité suffisante, le spectateur en est réduit à suivre d'un oeil distrait les dialogues et les flash-backs en attendant la prochaine mise à mort.
Le scénario n'est pas honteux, loin de là, il "oublie" juste d'exploiter tout le potentiel de son principe de base en préférant s'axer sur les tenants et aboutissants de son histoire. Un peu dommage.


Lassitude, angoisse, haine...

Évidemment, présenté de la sorte, le film de Robert Heath pourrait passer pour le plus dispensable des DTV, mais étrangement, il n'en est rien. L'heure trente passe comme une lettre à la poste et, selon moi, le mérite en revient principalement aux comédiens.
Ainsi, le quintet de victimes (pourtant composé de cinq clichés ambulants) est parfaitement interprêté par Liam Boyle, Jack Gordon, Florence Hall, Jason Maza et Jennie Jacques, tandis que le psychopathe de l'histoire est brillamment incarné par David Oakes, un habitué des rôles de salopard puisque c'est déjà lui qui donnait du fil à retordre aux gentils héros des Piliers de la Terre.
On n'oubliera pas non plus de citer le nom de Tom Kane en tête du turc plus vraie que nature.


Pleaaaaaaaase !

Action ou Vérité est donc un film de genre sans réelle surprise mais qui tente une approche moins frontale de l'horreur pour se concentrer sur les aspects dramatiques de son histoire. Une audace qui sera plus ou moins bien accueillie selon le spectateur.

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

The Event
Les années 2000 auront marqué un changement notable dans l’approche des séries télévisées. Considéré à tort comme un média de seconde zone par l’industrie cinématographique, l’univers du petit écran a su évoluer pour tirer le meilleur parti de formats longs. S’il existe toujours des séries où les épisodes ne nécessitent pas une assiduité particulière, le schéma narratif d...
Haunter
En dépit des années et de plusieurs échecs commerciaux, Vincenzo Natali demeure un réalisateur à part, fidèle à ses principes, car au lieu de tomber dans la facilité et le commercial à l'instar de bon nombre de ses collègues, il continue sans relâche à se creuser la tête pour trouver LE concept fort capable de fournir un film original, quitte à déstabiliser le public. Le mémorable Cube et ses...
The Reef
Les films de requin c'est un peu comme la loterie : une chance sur un million de tirer le gros lot. En effet, pour un Dents de la Mer réussi (et toujours référence ultime du genre), combien de Shark Attack , Shark in Venice et Cruel Jaws les yeux effarés du spectateur ont-ils dû subir? Partant de ce postulat, l'annonce d'un nouvel essai cinématographique ayant pour thème principal nos...
L'étrange Mr. Slade
Plus que n’importe quel autre média, le cinéma s’est longuement épanché sur l’affaire Jack L’Éventreur. D’Hitchcock à Brahm, la première moitié du XXe siècle aura particulièrement été marquée par les adaptations successives du roman Marie Belloc Lowndes. Cette vision fictionnelle du plus grand cas de l’histoire criminelle contemporaine tente d’humaniser l...
Zoo

Zoo

Les attaques animales font la joie (et aussi la tristesse) du survival animalier. Un genre qui connaît bien des déconvenues depuis son émergence. Si certaines références sont adaptées de romans (Peter Benchley pour Les dents de la me r), le lien entre les deux supports culturels est plus que ténu, voire inexistant. Pourtant, James Patterson et Michael Ledwige s’approprient le concept avec Zoo ,...