Voir la fiche complète du film : Horror story (Ayush Raina - 2013)

Horror story

Une ghost-Story sans âme qui, en dépit de son ambiance soignée, n’effraie guère. Un manque de surprise flagrant auquel s’invite une réalisation épique improbable pour ridiculiser l’aventure. Classique et surfait pour un résultat médiocre et dispensable.
Publié le 4 Février 2018 par Dante_1984Voir la fiche de Horror story
4
Hôtel Fantôme

Avec les hôpitaux psychiatriques, les hôtels sont sans doute les endroits les plus propices pour la manifestation de phénomènes paranormaux. Sûrement est-ce dû au passage incessant d’individus disparates dont les lieux sont victimes. Toujours que le cadre n’est pas endémique à l’Occident. Des productions asiatiques (The Quiet Family, The Victim, Réincarnation...) se sont également accaparées la thématique avec plus ou moins de brio. En l’occurrence, Horror Story est un long-métrage indien, tout droit sorti des studios de Bollywood. Derrière un titre paresseux et une affiche saugrenue (un spectre faisant de la balançoire dans un hôtel?) se cache un film incapable de s’affranchir des conventions.

Le service laisse à désirer...

On connaît le cinéma oriental et extrême-oriental particulièrement versé dans les histoires de fantômes. Sur la base d’un folklore encore prégnant, les réalisateurs concernés n’ont pas leur pareil pour instaurer une ambiance glauque ou malsaine. Bien sûr, les jeux de lumière et les endroits choisis y contribuent grandement. Il demeure cependant une aura particulière qu’on ne retrouve pas dans le cinéma américain ou européen. Il est vrai que sur ce point, Horror Story exploite plutôt bien le lieu abandonné. Entre désolation, désordre et crasse, l’hôtel qui part à vau-l’eau offre un terrain de jeu qui cadre parfaitement avec une exploration urbaine teintée de surnaturel.

Les espaces vastes, comme le hall d’accueil, succèdent à des passages plus exigus, comme des corridors, des chambres ou des pièces dissimulées. Entre obscurité et lumière tamisée, l’ambiance se veut convaincante. Malheureusement, il s’agit du seul point notable qui se démarque du film. Car si l’on apprécie la réalisation pour sa mise en abîme des lieux, son côté épique et grandiloquent ne convient guère à un tel exercice. Le positionnement des acteurs, les ralentis, sans oublier le cadrage... Tout contribue à dépeindre de manière extravertie et pompeuse un sujet qui n’en demandait pas tant. D’ailleurs, on use et abuse de chœurs pour préparer le spectateur à une scène clef ou à une entrée en matière sensationnelle.

Sadako, sort de cette télévision !

Avec une bande-son qui s’épanouit hors de son contexte, le résultat se veut plus ridicule que percutant. Un constat qui se vérifie surtout quand les bruitages sont annonciateurs d’une apparition spectrale. Après une entame assez timorée, les scare-jumps surgissent en pagaille dans tous les sens. Claquement de portes, reflets glauques, renvois d’objets, télévision qui ne s’éteint pas... Le clou du spectacle provient de l’âme errante qui hante l’hôtel. Son faciès hideux est relativement convaincant, mais l’on sursaute surtout lorsqu’elle vocifère. L’effet étant précédé d’un lourd silence destiné à accentuer le subterfuge. Assez agaçant quand on devine les moments où le fantôme intervient.

Côté intrigue, ça reste très surfait. Bien que l’on découvre le passé des lieux avec parcimonie, on a constamment l’impression d’avoir déjà vu certains artifices narratifs dans d’autres films. On songe notamment à Dark Floors, Terror Hospital ou Kingdom Come. La justification de la hantise et la progression arpentent des chemins trop connus pour convaincre ou surprendre. Pour ne rien arranger, le comportement versatile et stupide des personnages achève l’entreprise de se complaire dans une certaine médiocrité. Les sempiternelles séparations en plusieurs groupes, la caractérisation ampoulée ou encore le cabotinage des acteurs. Ces défauts et poncifs ternissent considérablement le travail effectué sur l’ambiance.

Don't disturb !

Au final, Horror Story est une ghost-story terriblement conventionnelle. Malgré une atmosphère soutenue et une bonne exploitation du cadre, on se heurte à un essai poussif, souvent maladroit. Avec un traitement du paranormal plus spectaculaire que psychologique, le film d’Ayush Raina souffre de sa propension à vouloir trop en faire. Affublé d’une bande-son absurde et de personnages agaçants, Horror Story s’empêtre dans la facilité sans ménager la moindre surprise ou appréhension. La froideur que le métrage dégage trahit un cruel manque d’identité. En plus d’une approche complaisante du genre, les allusions à d’autres productions sont davantage pillées que référentielles.

A propos de l'auteur : Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Kong - Skull Island
Depuis le chef d’œuvre de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, King Kong est devenu une figure emblématique du septième art. Au fil des époques, le gorille géant s’est initié dans des remakes tout à fait convenables, mais aussi dans des séries B et des nanars pour le moins discutables. Preuve en est avec King Kong 2 de John Guillermin, un métrage de sinistre mémoire. Malgré ces...
Zombeavers
Il est des productions que l’on sait d’avance ratées ou destinées à public amateur de nanars et autres navets. Avec les films catastrophe, le survival animalier est les porte-étendard le plus malmené. Ce n’est pas parce que l’on évoque des sujets plus irréalistes que crédibles, qu’il faut en faire n’importe quoi. Même un pitch complètement idiot, on peut...
Out of the Dark
Santa Clara, Colombie, 1992. Une maison isolée la nuit, un homme seul et l’orage qui gronde à l’extérieur. La sonnerie du téléphone retentie et après un brèf échange, l’homme déclare à son interlocuteur que ce qu’il lui demande sera la dernière chose qu’il fera, puis raccroche. Il se saisit alors de dossiers et entame de les brûler. Surpris par des coups donnés à la porte d’entrée, il se...
Resurrection
Un groupe d’amis part en week-end dans de vertes contrées pour s’aérer la tête et faire du quad. Sur place, un endroit complètement retiré des plaisirs et du tumulte de la civilisation, ils vont tomber sur une communauté pour le moins inhospitalière. Le survival est un genre similaire au slasher. Chaque film traite, à quelques détails prêts, de la même thématique à travers un panel de...
Dance in the Vampire Bund
On le sait, les vampires ont largement été représentés dans la culture populaire. Le septième art ne fait pas exception à la règle et, tout comme les zombies et autres mythes en vogue, a usé le filon jusqu'à la corde. Difficile d'innover sur un sujet aussi récurrent et encore plus de ne pas sombrer dans les clichés maladroits après le passage de la bit-lit et ses rocambolesques romances à l'eau...

Sur Horreur.net