Voir la fiche complète du film : Dead Silence (James Wan - 2007)

Dead Silence

Un film d'épouvante classique, mais traversé par quelques fulgurances géniales et mis en valeur par une belle réalisation...
Publié le 25 Janvier 2010 par GeoffreyVoir la fiche de Dead Silence
8
Poupée Fantôme

Décidément, James Wan est un réalisateur obsédé par les poupées ! Après le pantin de Saw, voilà que son second long métrage (troisième en fait si on compte son film d'étudiant Stygian) en contient plus d'une centaine et que son scénario suit les exactions d’une poupée tueuse. Classique et déjà vu me direz-vous. Je ne peux qu’être d’accord. Mais quand derrière la caméra il y a le type qui nous a asséné l’uppercut Saw, Dead Silence ne peut que donner envie de le voir. Par contre, il va sans dire que les attentes étaient énormes et que le jeune réalisateur était attendu au tournant.


Approche, je vais te confier un secret...

Un homme, bien décidé à élucider le meurtre mystérieux de sa femme, revient dans sa ville natale pour y enquêter. Rapidement, il découvre une piste qui pourrait relier l’assassinat de son épouse à une vieille légende locale, celle de Mary Shaw et de ses poupées…


Cette cinglée de Mary Shaw...

Tout commence bien avec un très beau générique, assez graphique, à base de croquis de pantins et qui plonge directement le spectateur dans l’ambiance. Le malaise s’installe et on s’attend à vivre une belle expérience de frayeur. Manque de chance, la suite modérera un peu notre enthousiasme, au point que le film frôlera la déception. Fort heureusement, ce moment de flottement ne durera qu'un temps et Dead Silence s'avérera au final un très bon film d'épouvante.

Il faut bien l'avouer, la première demi-heure n’est guère palpitante. On assiste au meurtre de l’épouse de Jamie et puis... plus rien grand-chose. En tout cas rien qui sorte de l’ordinaire pour les habitués de ce type de films. Les enjeux de l’histoire tardent à se dessiner et ce n’est pas la très belle réalisation de James Wan qui parvient à maintenir le suspense. Le garçon est doué pour les belles images c’est certain, mais quand elles illustrent des choses milles fois vues, c’est un peu ennuyeux. Bref, pendant une vingtaine de minutes, le scénario ronronne mais n’offre rien d’original. Puis arrive le flashback d’un spectacle donné par la fameuse Mary Shaw des années auparavant et là brusquement, le film prend une autre dimension. Inquiétant à souhait, ce passage marque le vrai point de départ de Dead Silence et la tension qui vient de faire son apparition ne nous lâchera plus jusqu’à la fin.


La fameuse poupée Billy

Dead Silence est en fait un film d’épouvante « à l’ancienne », bien loin de la vague de films d’horreur modernes à base de tortures sanglantes déclenchée… par Saw justement. Comme pour souligner ce fait, le logo d’Universal qui ouvre le film est un vieux logo en noir et blanc. De plus, un soin tout particulier a été apporté à chaque détail de l'image (que ce soit les décors ou les couleurs) pour créer une atmosphère très particulière. Comme précisé ci-dessus, la réalisation de James Wan est d’excellente facture et le bonhomme nous prouvera tout son talent dans l’excellente deuxième partie, notamment avec les attaques de Mary Shaw.

Basées sur un concept génial, les scènes d’angoisse prennent à contre-courant la vague actuelle de films d’épouvante qui utilisent des sons stridents et puissants pour créer l’effroi. Dans Dead Silence, rien de tout ça car comme l’indique son titre, tout va se jouer sur le silence. Lorsque Mary Shaw s’apprête à faire son apparition, un silence total envahit l’écran et le spectateur se retrouve réduit à guetter le moindre bruit pour tenter d'anticiper ce qui va arriver. De ce fait, les brusques apparitions de fantôme ont beaucoup plus d’impact et quand rien ne se passe, le spectateur reste malgré tout dans un état de stress pendant quelques instants. Vraiment efficace. Et pour ne rien gâcher, le design général du film est vraiment classe, comme le vieux théâtre ou le look de la poupée Billy, à la fois comique et inquiétant. James Wan nous démontre ici que Saw n’était pas un coup de chance et qu’il est clairement un cinéaste à suivre.


Donnie Walhberg (Saw 2) est également de la partie...

Le scénario est très bon bien que le début se contente d’aligner les clichés de ce type de films. Bien construite et bourrée de bonnes idées (Etre obligé de ne pas crier, la multi-langue de Mary Shaw…), l’histoire devient franchement intéressante une fois que Mary Shaw a fait son apparition. Comme dans Saw (en moins percutant tout de même), un twist final inattendu clôt le film et laisse le spectateur pantois.

Dead Silence ne renouvelle clairement pas le genre mais par contre les amateurs de films à l’ancienne, qui jouent plus sur l’atmosphère que les effets chocs, devraient se régaler.

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Infectés
Imaginer une fin du monde, c'est à la portée de tout le monde. Et d'ailleurs, dans le cinéma actuel, on en voit de toutes les sortes. Entre les comètes, les volcans, les tornades, les maladies, les invasions extraterrestres... on peut dire que le cinéma fantastique se lâche et trouve tout et surtout n'importe quoi pour faire peur aux spectateurs. Bien souvent ce genre de film est la proie à des...
La Horde
Dans la banlieue parisienne, suite au meurtre d'un des leurs, un quatuor de policiers décide de se rendre justice lui-même en investissant, de nuit, la tour d'un immeuble délabré dans lequel squatte un gang. Néanmoins, l'opération se passe mal et, au dehors, de terribles événements changent la donne. Journaliste dans plusieurs revues (Positif, Mad Movies...) et présentateur sur...
Shrill Cries : Reshuffle
A Hinamizawa, petit village japonais, une malédiction frappe tous les ans les habitants. Lors d'un festival où rituel et traditions apaisent le dieu Oyashiro-Sama, une personne est tuée et une autre disparaît dans des circonstances mystérieuses. Keiichi et ses amies s'interrogent, mais la folie semble les guetter... Après une adaptation-live absolument pathétique, il semblait peu probable...
En eaux troubles
Vouloir produire un film de requins à l’heure actuelle peut relever du suicide artistique si l’on souhaite s’engouffrer dans la brèche abyssale laissée par Asylum, SyFy et consorts. Hormis Instinct de survie et 47 Meters Down , peu de bobines se sont révélées intéressantes ces cinq dernières années. En ce sens, une sortie sur grand écran est tout aussi surprenante qu’...
Trinity Blood
Après avoir subi l'Armageddon, les humains sont contraints de cohabiter avec leurs plus féroces ennemis : les vampires. C'est dans ce contexte incertain que le père Nightroad est chargé de résoudre des enquêtes qui viseraient à rompre cette fragile entente. L'histoire de Trinity blood est à l'origine un roman adapté en manga, puis vint cette série animée. Les vampires et la religion ne font pas...