Voir la fiche complète du film : Taram et le Chaudron Magique (Ted Berman, Richard Rich - 1985)

Taram et le Chaudron Magique

Un film Disney atypique, imparfait, mais qui mérite d'être vu...
Publié le 12 Juillet 2012 par GeoffreyVoir la fiche de Taram et le Chaudron Magique
8
Dragon

Film Disney mal-aimé et singulier au sein de la filmographie du studio aux grandes oreilles, Taram et le Chaudron Magique, sorti en 1985, vaut pourtant bien mieux que sa désastreuse réputation le laisse supposer. Déjà, c'est un spectacle étonnament adulte pour un Disney, mais en outre, il constitue l'une des rares tentatives de sortir du carcan des "films musicaux pour toute la famille" et rien que pour cette audace, c'est assurément un film à voir.

Dommage qu'il constitue également l'un des plus gros échecs commerciaux de la firme avec un coût de 44 millions de dollars pour seulement 21 millions de dollars de recettes aux Etats-Unis.


Bienvenue chez Disney

Taram, un jeune valet de ferme, rêve de devenir un guerrier. Aidé par le don de voyance que possède son fidèle compagnon, un porcelet nommé Tirelire, il doit à tout prix éviter qu'un mystérieux chaudron magique se retrouve entre les mains du maléfique Seigneur des Ténèbres. Dans sa quête, il rencontrera un petit personnage poilu, Gurki, ainsi que la charmante princesse Éloïse et le ménestrel Ritournel qui lui prêteront main forte tout au long de son aventure...


On note quand même quelques touches de Disney "normal"

Formellement, déjà, outre l'absence de chansons, ce film animé se démarque des autres productions Disney par son atmosphère souvent pesante et sinistre ; certaines scènes sont d'ailleurs susceptibles d'effrayer le jeune public (l'enlèvement de Tirelire par deux vouivres, l'aspect du Seigneur des Ténèbres). De plus, l'animation est soignée même si, époque oblige, elle a parfois vieilli. De fait, certaines imperfections sont visibles, mais témoignent d'une époque où tout était encore dessiné à la main. Ces défauts n'en sont donc pas vraiment et il serait dommage que la génération actuelle, nourrie à l'excellence des animations japonaises, délaisse ce film à cause de ces imperfections.

Non, ce qui pourrait rebuter les amateurs, c'est, à mon sens, le manque d'empathie suscité par les personnages. Pour résumer, seul le cochon Tirelire parvient à attendrir le spectateur. Il faut dire aussi qu'il représente la seule bouffée d'oxygène dans un monde triste et pesant.
Taram, pourtant héros du film, ne brille pas par son altruisme et agace à force de vouloir devenir un chevalier sans s'en donner les moyens. Le sympathique cochon Tirelire sera d'ailleurs enlevé par sa faute, ce qui sera loin de faire monter sa cote de popularité.
A ses cotés, le personnage de la princesse se révèle trop énervant pour plaire. En cause, son comportement hautain. On pourra également lui reprocher une certaine inutilité puisqu'à l'exception d'un coup de main dans l'évasion de Taram, elle ne servira pas à grand chose.
Ritournelle, le ménestrel, remonte un peu le capital sympathie dfe l'équipe, même si son utilité est également discutable.
Outre Tirelire, le seul autre personnage attachant est celui de Gurki. D'aucuns me répondront que lorsque celui-ci est présenté pour la première fois, c'est sous l'apparence d'un voleur, lâche et menteur. Mais son évolution, motivée par son besoin de trouver des amis, ne peut que le rendre sympathique.


Moi ? Pas sympathique ?

On pourra également reprocher au film de manquer de souffle épique. En effet, ses situations manquent d'envergure et de suspense. J'en veux pour preuve l'évasion de la forteresse du Seigneur des Ténèbres, tellement facile qu'elle en devient suspecte. Pour parler franchement, j'ai cru qu'il s'agissait d'un piège dans lequel se jetaient les héros. Mais non. Il faut croire que l'on peut circuler dans cette forteresse très librement, que l'on soit prisonnier ou pas.
Difficile de dire si ce défaut provient de la réalisation ou s'il était déjà présent au niveau de l'écriture, mais le résultat est le même. Les situations se résolvent trop facilement pour susciter l'emoi du spectateur.

Je critique, mais ce film Disney mérite tout de même de s'y attarder. Certes, il est bancal, et on sent très bien que le réalisateur n'est pas un habitué du genre héroic-fantasy, tout comme l'était sans doute sa hiérarchie, mais il n'en reste pas moins un film sympathique et plaisant.
Les réfracteurs aux habituelles sucreries animées de chez Disney devraient, pour une fois, y trouver leur compte.
 

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Le Cauchemar de la Forêt
Vous êtes de ceux qui pensent que le survival est un genre qui a dit tout ce qu'il avait à dire? Que quand on a vu un survival, on les a tous vu? Et bien dans ce cas, je vous déconseille fortement la vision de ce Cauchemar de la Forêt , énième chasse à l'homme forestière à base de jeunes crétins partis faire du camping dans un endroit inapproprié. Pour les autres, suivez-moi, c'est...
Zombillenium
Occupés par une majorité de productions américaines, les films d’animation qui sortent sur grand écran aiment de temps à autre rendre un hommage au cinéma de genre. Ainsi, on concilie deux publics où les histoires sont parsemées de références en pagaille. Monstres contre Aliens, Monster House, L’étrange pouvoir de Norman ou encore Hôtel Transylvanie ... Autant d’exemples...
The Theatre Bizarre
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Une jeune femme, obsédée par un théâtre à l'abandon situé en face de son immeuble, parvient à y pénétrer un soir. Elle assiste alors à une étrange cérémonie, animée par un mystérieux pantin, qui lui raconte six histoires macabres. Le Théâtre du Grand-Guignol , qui avait ouvert ses portes à Paris à la fin du XIX ème siècle, a inspiré depuis...
Kingdom Come
Depuis le début du XXe siècle, la réputation et les conditions de vie au sein des hôpitaux psychiatriques ont évolué de telles manières à renvoyer une image apaisante de la maladie mentale. Des camisoles de contention aux camisoles chimiques, les apparences ont fait un bond en avant pour rendre acceptable les traitements et autres thérapies qui eux, se contentent de soigner les symptômes et...
Dead Mine
Après avoir suscité un certain engouement avec Mum and dad , son premier long-métrage, Steven Sheil s'expatrie en Indonésie pour son nouveau projet : Dead mine . Il aura fallu cinq années de patience pour voir ce deuxième film arriver directement dans nos salons. De prime abord, l'on serait enclin à saluer l'initiative de Wild Side pour nous dégoter des productions presque...