Voir la fiche complète du film : L'attaque du requin à 6 têtes (Mark Atkins - 2018)

L'attaque du requin à 6 têtes

Un quatrième opus encore plus mauvais que ses prédécesseurs qui s’apparente à une compilation des pires choses que l’on puisse commettre dans un survival animalier. Moche, inintéressant au possible, d’une bêtise crasse, L’attaque du requin à 6 têtes n’a aucune raison d’être si ce n’est élargir les frontières du crétinisme cinématographique.
Publié le 28 Juillet 2019 par Dante_1984Voir la fiche de L'attaque du requin à 6 têtes
1
Requin

Qui aurait pu croire que la saga Headed Shark Attack aurait continué jusqu’à fournir quatre métrages ? Quatre films plus ineptes les uns que les autres où la surenchère est de circonstances pour exploiter malencontreusement un concept d’une rare bêtise. Non, les têtes d’un requin ne repoussent pas comme ses dents. C’est une évidence qu’il serait néanmoins bon de rappeler aux producteurs. Toujours est-il que cette énième itération au pays du grand n’importe quoi tient (peut-être) ici son point d’orgue. Grand habitué des ignominies made in Asylum et de certaines bévues de la sharksploitation, Mark Atkins s’y colle. Au demeurant, est-ce que six têtes valent mieux qu’une ? Rien n’est moins sûr...

Une "étoile de mer" qui augure du pire

Sans entrer dans des considérations temporelles dignes de Sharknado 6, l’introduction nous invite à un petit détour dans le passé où l’on découvre que le requin à 6 têtes a précédé les autres étrons de son espèce. Cela n’apporte strictement rien à une pseudo-intrigue qui, on le devine, va déboucher sur un florilège de non-sens où l’incohérence reste un qualificatif pour le moins euphémique au vu de ce qui s’annonce. Comme à l’accoutumée, on nous inflige une brochette de caricatures et de hors-d’œuvre complètement à côté de la plaque. Les clichés sont de rigueur et exacerbent des traits déjà fortement agaçants.

L’isolement sur une île pour participer à une sorte de camp de vacances survivaliste fait s’enchaîner les allers-retours aux quatre coins de ce bout de rocher. Il n’y a aucune vraisemblance dans leurs choix et leurs réactions. En lieu et place de retrouver la terre ferme, on s’éloigne au large sur une plateforme de fortune. De plus, il est préférable de s’abriter d’un cyclone dans un laboratoire scientifique flottant avec une bâche de protection plutôt que se réfugier dans un phare. Un requin dans les parages? Rien de tel pour motiver les troupes et réaliser plus de séances de nage en guise de transition absurde! Mais le plus consternant reste sans doute cette propension à mettre en danger les survivants davantage sur la terre qu’en barbotant dans l’eau !

Quand un requin-crabe demande l'heure à un couple sur le point de rompre. Que se passe t-il ?

Pour ce faire, le requin est désormais une bestiole amphibienne qui se sert de ses têtes latérales comme pattes. En matière d’aberrations évolutionnistes, on tient là le haut du panier. De prime abord, on découvre un «requin-étoile de mer» qui se meut avec la grâce d’une orque échouée. Littéralement, on ne sait plus où donner de la tête. Comme si cela ne suffisait pas, chaque tête capricieuse peut être arrachée par l’une d’entre elles et repousser aussitôt à la manière d’une hydre. Ridicule? Pas autant que son aptitude à marcher sur la terre qui le fait bizarrement ressembler à un «requin-crabe». Hormis les films Sharknado et Sharktopus, on a rarement atteint un tel degré d’insanités.

On en oublierait presque les problèmes de proportion du squale qui rétrécit pour correspondre à des lieux plus étriqués, comme une crique ou le labo scientifique. Dans la majorité des cas, il se révèle assez massif. Mais, force est de constater que les effets spéciaux ont régressé. Là où les autres métrages proposaient des plans sous-marins identiques et néanmoins potables, on se retrouve avec une créature qui ne ressemble à rien dont la peau est plus lisse qu’un morceau de plastique. Est-il nécessaire de parler d’incrustations calamiteuses, de faux raccords ou d’attaques d’une indigence totale? Même le seuil de tolérance du spectateur le plus indulgent au monde ne peut faire l’impasse sur de pareilles bévues.

Quand on vous dit que c'est tiré par les cheveux !

Au final, L’attaque du requin à 6 têtes constitue le summum de la bêtise humaine; le tout condensé en 88 interminables minutes. Véritable non-sens anthologique perpétuel, cette erreur cinématographique commise par Mark Atkins n’a d’autre intérêt que de repousser les limites du concevable en matière d’inepties sur nageoires (ou plutôt sur têtes). Histoire inexistante, incohérences en pagaille, trucages immondes et scandaleux, séquences d’une stupidité incommensurable... Rien ne manque à l’appel pour une nouvelle pierre à l’édifice des étrons de la sharksploitation. Vraisemblablement, l’une des pires itérations en la matière de cette dernière décennie. Pourtant, celle-ci est déjà bien fournie...

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Kingdom Come
Depuis le début du XXe siècle, la réputation et les conditions de vie au sein des hôpitaux psychiatriques ont évolué de telles manières à renvoyer une image apaisante de la maladie mentale. Des camisoles de contention aux camisoles chimiques, les apparences ont fait un bond en avant pour rendre acceptable les traitements et autres thérapies qui eux, se contentent de soigner les symptômes et...
Terreur dans l'Arctique
Quand on s’attaque au survival animalier, on peut choisir de créer sa propre bestiole, de reprendre un animal existant ou une espèce disparue. Parfois, l’amalgame de ces éléments donne lieu à quelques aberrations tant biologiques que cinématographiques. Aussi, le fait de se cantonner à une ligne directrice plutôt claire relève déjà de l’exploit. Cela sans compter les multiples...
Nick Cutter et les Portes du temps
Les dinosaures pour le cinéma (ou la télévision) sont une manne providentielle pour les paléontologues en herbe. A tort, l'on incombe généralement ce centre d'intérêt aux enfants ou jeunes adolescents qui s'étiole au fil des ans. La propension de dessins animés qui les mettent en scène semble confirmer ce malheureux préjugé ( Denver , Le petit dinosaure ou Dinosaures ...). Au regard d'un public...
The muthers
Les années1970 auront été favorables à l’émergence et au développement de divers courants cinématographiques. Parmi ceux-ci, les films grindhouse ont fourni pléthores de bobines vite tournées pour engranger un retour sur investissement des plus rapides. Si certaines d’entre elles sont tombées dans l’oubli, d’autres ont gagné leurs galons d’œuvres cultes. Au même titre que les intentions des...
Mulberry Street
- Meilleur film indépendant 2007 au festival de Toronto - Black tulip 2007 du meilleur film au festival d'Amsterdam - Meilleur film 2007 au fant-asia Film festival ainsi qu'une foule d'autres sélections, c'est avec cet impressionnant palmarès que nous accueille fièrement Mulberry Street . C'est certain qu'une tonne de références n'a jamais fait un bon film (on se demande parfois si le public des...