Voir la fiche complète du film : Wer (William Brent Bell - 2013)

Wer

Bien qu'une légère pierre à l'édifice qu'est la lycanthropie cinématographique, Wer reste tout de même une pelloche pas trop mal torchée avec quelques fulgurances gores plus que bienvenues.
Publié le 14 Mai 2018 par KinemaVoir la fiche de Wer
6
Loup-Garou

Il est clair que Le Loup-Garou de George Waggner a pris un coup de vieux. Toutefois, ce classique du cinéma de monstres a laissé derrière lui une descendance riche pour les amateurs de cette mythologie toujours aussi intrigante. Pour le plaisir de ces derniers, Wer vient ajouter sa pierre - pas bien lourde cela dit - à l’édifice de la lycanthropie cinématographique.

Cette créature mythique fait aujourd’hui partie de l’imaginaire collectif. Il allait donc de soi que des cinéastes de pedigree revisitent cette légende sous leur propre lumière. C’est ainsi que Wes Craven (Scream, Les Griffes de la nuit, Le Sous-sol de la peur) accoucha de Cursed et un peu plus tôt, Joe Dante (The Hole, Gremlins) de l’incontournable Hurlements. Si Le Loup-Garou eut droit à un remake plus qu’honnête avec Wolfman de Joe Johnston, c’est en revanche dans une approche de modernisation que cette vague de films s’est située. Le Loup-Garou de Londres de John Landis (La Quatrième dimension) reste incontestablement l’un des maîtres dans le domaine, alliant avec brio humour et horreur.

Wer

De son côté, Wer propose, et assume, une démarche encore plus moderne en transformant cette malédiction en pathologie. L’idée de démythifier ce conte peut être une intention louable pour autant que le scénario assure une certaine crédibilité tout en gardant la part de surnaturel, indispensable à un métrage du genre. Une grande majorité des éléments du film apportent leur contribution au réalisme global souhaité ; l’apparence de la créature s’est presque totalement émancipée de l’image du loup. Le montage dynamique et la caméra légèrement tremblante offrent une allure d’investigation rappelant le style found footage, et l’usage - un peu trop répété - de faux reportages télévisés suggère une certaine authenticité au spectateur.

Le fait de remettre le mythe au goût du jour a pour conséquence de restreindre la fibre fantastique du long-métrage. Curieusement, ce parti pris n’entraine pas la tension escomptée et pour combler ce manque de frissons, le métrage est truffé de jump scares forcés et de scènes gores assez brutales.

Wer

En toile de fond, Wer tente, en vain, d’aiguiser son ambiance grâce à un scénario basé sur des complots et des enjeux économiques plutôt maladroits, et surtout en décalage avec la thématique principale. On retrouve A. J. Cook (Mother’s Day) et Simon Quaterman (Devil Inside) dans les rôles principaux tandis que Brian Scott O’Connor fait ses débuts au cinéma en interprétant le charismatique Talan Gwynek, dont les mains surdimensionnées sont authentiques. C’est William Brent Bell (Stay Alive, Devil Inside) qui est à la réalisation, à laquelle l’on reprochera quelques impairs. Cependant, Wer se démarque nettement dans la filmographie de ce cinéaste qui est, faut-il l’avouer, loin d’être brillante. Même s’il démontrera, quelques années plus tard avec The Boy, qu’il est loin d’être dénué de talent.

Wer a toutes les aptitudes requises pour prétendre au titre de divertissement acceptable, les qualités sont présentes, mais les défauts les suivent de près. Pour le cinéphile ayant épuisé les ressources du cinéma d’horreur, ce métrage se laisse apprécier pour seule condition de ne pas avoir la dent trop dure.

Autres critiques

REC 2
Les films tournés caméra à l'épaule ne sont pas une nouveauté. Depuis Cannibal Holocaust , tout cela était un peu tombé en berne, puis est intervenu le Projet Blair Witch , qui a relancé la machine avec un succès plus ou moins mérité. Depuis quelques temps maintenant, les films faussement documentaire, ou documenteur, sortent de plus en plus sur nos écrans et il faut croire que cela donne des...
The Creeps
Au rayon grosse débilité profonde, je voudrais The Creeps de Charles Band de chez Full Moon. Les grandes figures monstrueuses de la littérature ont inspiré plus d'une fois les amateurs de bis et de films d'horreur. En témoigne les différentes adaptations du monstre de Frankenstein de Mary Shelley, de Dracula de Bram Stoker ou encore de la momie et du loup-garou. D'ailleurs, même les...
Lake Placid : The Final Chapter
Aux abords de Lake Placid, une classe, un shérif et son acolyte, ainsi que des braconniers sont amenés à se rencontrer sur les berges inhospitalières du lac où ils vont avoir maille à partir avec les crocodiles géants du coin. La saga Lake Placid a bien mal vieilli au fil de ces dernières années. Depuis le premier volet, la franchise n'a cessé de sombrer dans les affres de la médiocrité,...
Bring Me the Head of the Machine Gun Woman
Être chroniqueur de films, c'est parfois se taper des navets innommables que l'on aurait voulu éviter à tout prix (le douloureux souvenir de La véritable histoire de Blanche Neige hante encore mes nuits froides et glaciales...), mais c'est aussi, heureusement, tomber sur de petites pépites que l'on n'aurait jamais découvertes en temps normal. Prenez Bring Me the Head of the Machine Gun Woman ,...
Ghost Shark
Si l’on peut regretter la médiocrité permanente qui suinte du survival animalier, il faut reconnaître que les producteurs ne se découragent pas pour donner vie aux concepts les plus idiots. En 2013, Asylum entamait la saga Sharknado . Auparavant, on avait également eu droit à Sharktopus . Outre la volonté d’infliger quelques aberrations génétiques aux squales, on remarque une certaine...