Voir la fiche complète du film : Wer (William Brent Bell - 2013)

Wer

Bien qu'une légère pierre à l'édifice qu'est la lycanthropie cinématographique, Wer reste tout de même une pelloche pas trop mal torchée avec quelques fulgurances gores plus que bienvenues.
Publié le 14 Mai 2018 par KinemaVoir la fiche de Wer
6
Loup-Garou

Il est clair que Le Loup-Garou de George Waggner a pris un coup de vieux. Toutefois, ce classique du cinéma de monstres a laissé derrière lui une descendance riche pour les amateurs de cette mythologie toujours aussi intrigante. Pour le plaisir de ces derniers, Wer vient ajouter sa pierre - pas bien lourde cela dit - à l’édifice de la lycanthropie cinématographique.

Cette créature mythique fait aujourd’hui partie de l’imaginaire collectif. Il allait donc de soi que des cinéastes de pedigree revisitent cette légende sous leur propre lumière. C’est ainsi que Wes Craven (Scream, Les Griffes de la nuit, Le Sous-sol de la peur) accoucha de Cursed et un peu plus tôt, Joe Dante (The Hole, Gremlins) de l’incontournable Hurlements. Si Le Loup-Garou eut droit à un remake plus qu’honnête avec Wolfman de Joe Johnston, c’est en revanche dans une approche de modernisation que cette vague de films s’est située. Le Loup-Garou de Londres de John Landis (La Quatrième dimension) reste incontestablement l’un des maîtres dans le domaine, alliant avec brio humour et horreur.

Wer

De son côté, Wer propose, et assume, une démarche encore plus moderne en transformant cette malédiction en pathologie. L’idée de démythifier ce conte peut être une intention louable pour autant que le scénario assure une certaine crédibilité tout en gardant la part de surnaturel, indispensable à un métrage du genre. Une grande majorité des éléments du film apportent leur contribution au réalisme global souhaité ; l’apparence de la créature s’est presque totalement émancipée de l’image du loup. Le montage dynamique et la caméra légèrement tremblante offrent une allure d’investigation rappelant le style found footage, et l’usage - un peu trop répété - de faux reportages télévisés suggère une certaine authenticité au spectateur.

Le fait de remettre le mythe au goût du jour a pour conséquence de restreindre la fibre fantastique du long-métrage. Curieusement, ce parti pris n’entraine pas la tension escomptée et pour combler ce manque de frissons, le métrage est truffé de jump scares forcés et de scènes gores assez brutales.

Wer

En toile de fond, Wer tente, en vain, d’aiguiser son ambiance grâce à un scénario basé sur des complots et des enjeux économiques plutôt maladroits, et surtout en décalage avec la thématique principale. On retrouve A. J. Cook (Mother’s Day) et Simon Quaterman (Devil Inside) dans les rôles principaux tandis que Brian Scott O’Connor fait ses débuts au cinéma en interprétant le charismatique Talan Gwynek, dont les mains surdimensionnées sont authentiques. C’est William Brent Bell (Stay Alive, Devil Inside) qui est à la réalisation, à laquelle l’on reprochera quelques impairs. Cependant, Wer se démarque nettement dans la filmographie de ce cinéaste qui est, faut-il l’avouer, loin d’être brillante. Même s’il démontrera, quelques années plus tard avec The Boy, qu’il est loin d’être dénué de talent.

Wer a toutes les aptitudes requises pour prétendre au titre de divertissement acceptable, les qualités sont présentes, mais les défauts les suivent de près. Pour le cinéphile ayant épuisé les ressources du cinéma d’horreur, ce métrage se laisse apprécier pour seule condition de ne pas avoir la dent trop dure.

Autres critiques

Le sang des templiers 2 - La rivière de sang
En 2011, Jonathan English signait Le sang des templiers , film historique âpre et violent qui méritait le détour si tant est que l’on apprécie le Moyen-Age. Trois années s’écoulent avant qu’une suite ne voie le jour et sorte directement en DVD. L’initiative est bien loin de surprendre, car bon nombre de productions ayant rencontré un certain succès (critique et commercial) sont déclinées avec une...
Toutes les Couleurs du Vice
Entre la perte son bébé suite à une fausse couche et les réminiscences du meurtre de sa mère alors qu'elle n'était encore qu'une enfant, Jane se sent seule et perturbée, malgré les attentions de son compagnon. Alors qu'elle consulte un nouveau psychiatre, sur les conseils de sa soeur, elle croit reconnaître l'assassin de sa mère. Un an après L'Etrange Vice de Madame Wardh , Sergio Martino...
L'Incroyable Hulk (série)
Souhaitant découvrir à tout prix le facteur déclencheur d'une force surhumaine permettant des sauvetages incroyables dans certaines situations de danger extrême, le Docteur David Banner (Bill Bixby) expérimente sur lui une solution qui le transforme en monstre doté d'une force monumentale. Pour la génération née au début des années 70, la série l'Incroyable Hulk a bouleversé le...
La Colline a des Yeux
D'un commun accord, on peut dire que Wes Craven est capable du pire comme du meilleur. Inventeur de deux des plus grandes figures du cinéma d'horreur que sont Freddy et Ghostface ( Scream ), il est aussi responsable de films de qualité plus discutables. Mais ses premiers films ont marqué certaines personnes, certains adolescents, qui, en grandissant, ont voulu en faire des remakes. Ainsi...
Haunter
En dépit des années et de plusieurs échecs commerciaux, Vincenzo Natali demeure un réalisateur à part, fidèle à ses principes, car au lieu de tomber dans la facilité et le commercial à l'instar de bon nombre de ses collègues, il continue sans relâche à se creuser la tête pour trouver LE concept fort capable de fournir un film original, quitte à déstabiliser le public. Le mémorable Cube et ses...