Voir la fiche complète du film : Ghost Game (Sarawut Wichiensarn - 2006)

Ghost Game

Un début en fanfare pour un film qui ne tient pas la distance et plonge finalement le spectateur dans l'ennui...
Publié le 1 Janvier 2008 par GeoffreyVoir la fiche de Ghost Game
6
Fantôme Bateau Prison
Tiens, un film asiatique avec des fantômes. Un de plus... C'est que depuis le succès de Ring 1er du nom, on en bouffe jusqu'à plus soif (The Grudge, Réincarnations, Dark Water, et j'en passe) et si les qualités sont souvent présentes, il devient franchement dur de s'exciter sur ces productions qui s'empilent à n'en plus finir.

Toutefois le pitch de Ghost Game pouvait s'avérer excitant avec sa bande de crétins envoyés dans un ancien camp hanté et surveillés par les caméras d'une émission de télé-réalité. Las, 1h40 plus tard on se dit que franchement, il faudrait qu'ils cessent de nous abreuver de ces productions insipides calibrées pour surfer sur le succès des films précités...


Noooooon! Pas encore un film de fantômes asiatique!

Onze candidats sont sélectionnés pour participer à un nouveau jeu, le GHOST GAME dont les règles consistent à rester le plus longtemps possible dans un camp de prisonniers Cambodgiens soit disant hanté, le tout filmé par une équipe d'une émission de TV réalité...


Derrière vous, c'est affreux!

Pourtant tout commence plutôt bien. Les quarante-cinq premières minutes passent à toute vitesse et l'ambiance fonctionne à merveille avec les premières apparitions de fantômes dans de jolis décors. On regrette juste de ne pas tout bien voir à cause de l'obscurité mais ce n'est pas grave, les scènes sont efficaces et s'enchaînent à toute vitesse.

Car s'il y a bien quelque chose que l'on ne peut reprocher à ce début de film, c'est de nous faire languir. En effet, à peine dix minutes après le début du film, générique compris, l'action est déjà lancée et les spectres font leur apparition. Le revers de la médaille c'est qu'aucun des personnages ne nous est présenté et qu'une heure après le début du film, on ne sait toujours pas qui est qui (ce qui est très mauvais pour l'identification et la sympathie du spectateur).

C'est d'autant plus gênant que la grande majorité des scènes sont noyées dans la pénombre et que l'on a du mal à distinguer qui fait quoi. Ce procédé finit par lasser le spectateur et par le désintéresser totalement de l'action et c'est dommage car le coté télé-réalité est assez bien retranscrit avec les épreuves débiles que doivent accomplir les candidats et qui ne sont pas sans rappeler les âneries façon Loft Story ou autre Secret Story, dans un tout autre registre évidemment.


Profitez-en, vous ne les verrez plus aussi bien.

De son coté, la réalisation est bonne mais comme déjà dit plus haut, on ne peut pas trop apprécier ses effets puisque tout se passe dans la pénombre. C'est frustrant aussi car les rares scènes qui se passent dans la lumière du jour parviennent à créer l'effroi encore plus que les séquences de nuit (le pétage de plomb de la fille pendant le repas du début).

Le scénario est au diapason du reste, il commence bien puis finit par tourner en rond en répétant ses effets jusqu'à la nausée (on n'ose compter le nombre d'apparitions de spectres dans la lumière des torches!) et finit par devenir franchement nébuleux puisqu'on ne sait plus qui est déjà mort et qui il nous reste comme "héros". Certains réapparaissent d'on ne sait où alors qu'ils étaient censés avoir quitté le jeu et y reviennent sans rencontrer de problème. Bref, une fois de plus, ceci forcera le spectateur à s'enfoncer dans la torpeur surtout que les mises à mort graphiques se font très rares.

Heureusement les quelques unes qui nous sont offertes valent le coup (je pense au coup du tourniquet notamment). Ce sera toutefois loin d'être suffisant pour les amateurs du genre.


Lui-même n'est pas certain de bien voir ce qui est devant lui...

Mais le comble est atteint lors du générique final qui nous montre la vidéo de présentation de chaque personnage alors que l'on a attendu pendant des plombes pour en savoir un peu sur les andouilles que l'on voit à l'écran!

N'en jetez plus! Le film terminera probablement sa carrière de la même manière qu'il est filmé, c'est-à-dire dans l'ombre et c'est plus que dommage car il y avait du gros potentiel à tous les niveaux (casting, réalisation, décors,...) mais le tout a été assez mal maitrisé.
Geoffrey Claustriaux

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

La Traversée du temps
Le voyage dans le temps est un thème particulièrement chéri au sein de la science-fiction. Outre les classiques du genre tel que La machine à explorer le temps, le septième art ne se lasse pas de nous servir maintes productions plus ou moins attrayantes. Ce sujet est un peu similaire à celui des vampires dans le sens où il est difficile d'innover sur un terrain largement exploité. Aussi, les...
Dark Side
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Ethan, un journaliste divorcé, est harcelé par son propriétaire véreux, qui souhaite raser son immeuble. Un soir, deux hommes tentent d'entrer chez lui par effraction. Acteur britannique abonné aux seconds rôles, Cary Elwes avait changé de registre avec le premier épisode de la série des Saw , en 2004, s'ouvrant une seconde partie de carrière...
The Pact
Les fantômes et les maisons hantées sont un thème récurrent dans le domaine du cinéma horrifique. Depuis 1906, avec la venue du premier film de maison hantée, qui se nomme sobrement La Maison Hantée, film muet franco-espagnol de 6 minutes, les entités ectoplasmiques ont toujours fasciné et effrayé. Utilisé à toutes les sauces et sur tous les continents, le fantôme constitue une peur de ce qui n...
Livide
La France est un pays frileux en matière de cinéma fantastique et horrifique, laissant partir ses meilleurs éléments outre atlantique, pays où les entraves du politiquement correct sont moins présentes. C'est le cas pour Alexandre Aja ou encore Pascal Laugier . Les seuls irréductibles gaulois restant dans leur pays pour faire leur film d'horreur sont Alexandre Bustillo et Julien Maury ...
The Collector
Il est très difficile de se renouveler dans le cinéma d'horreur, tant il y a déjà eu des histoires dans tous les sens. Entre les films de fantômes, les slashers avec des tueurs plus ou moins variés, les possessions, les monstres, les zombies, les légendes urbaines, bref, il y a eu de tout et il y aura certainement de tout. Sans compter bien évidemment les incursions dans d'autres genres...