Shadowz - la plateforme de VOD
Voir la fiche complète du film : Godzilla 2: Roi des monstres (Michael Dougherty - 2019)

Godzilla 2 : Roi des monstres

Cette nouvelle incursion dans le MonsterVerse se solde par des exigences revues à la baisse et une standardisation du propos pour fournir une distraction simpliste, voire rudimentaire dans ses mécanismes de narration. Il en ressort une suite dispensable si l’on excepte les combats titanesques qui occupent la majeure partie du film durant plus de deux heures. Un blockbuster sans âme, vide de sens et incapable de développer une ambiance propre à son sujet.
Publié le 28 Mars 2021 par Dante_1984Voir la fiche de Godzilla 2: Roi des monstres
4

En l’espace de deux métrages, le MonsterVerse s’est distingué par des œuvres foncièrement différentes. Derrière les apparats du blockbuster, chaque réalisation s’est forgée une identité qui s’écarte sensiblement des approches basiques et sans âme. Pour Godzilla premier du nom, l’hommage aux films de kaïjus s’est doublé d’une formidable ambiance apocalyptique. Pour Kong : Skull Island, on se trouvait avec un traitement qui faisait se coïncider le film d’aventures et de guerre avec des connotations évoquant le conflit du Vietnam. Godzilla 2 – Roi des monstres constitue donc la troisième itération de la franchise qui amorce le travail au crossover Godzilla Vs Kong.

 

Avant de s’atteler à un tel projet, Michael Dougherty s’est distingué par de modestes incursions horrifiques qui, à leur échelle, se sont avérées efficaces. On songe surtout à Krampus et son étonnant détournement de la fête de Noël. Le fait de s’attaquer à une production de cette envergure a de quoi décontenancer. Et cela se ressent dès les premiers instants. Certes, l’intrigue s’inscrit dans la droite lignée de son prédécesseur. On y retrouve également des figures connues. En un sens, le travail de continuité sur le plan narratif est respecté, développant la mythologie du MonsterVerse. Seulement, le cinéaste semble bien vite dépassé par les évènements.

Il a beau être conscient du potentiel initial, son approche se contente du minimum syndical pour remplir le cahier des charges d’un blockbuster. On ne peut pas fustiger les effets spéciaux ou le gigantisme des monstres, même si ce dernier point s’avère moins surprenant qu’auparavant. L’enrobage est flatteur pour la rétine et les scènes de destruction sont bien menées avec ce qu’il faut d’effets pyrotechniques pour dépeindre des affrontements titanesques. Dans les airs ou sur terre (parfois sous l’eau), les combats tirent parti des aptitudes et de la force des créatures, rendant les rapports de force équilibrés. Seulement…

 

Au sortir de cette débauche visuelle, Godzilla 2 – Roi des monstres dissimule une vacuité scénaristique peu commune. Hormis cet enchaînement épileptique de confrontations, le récit se contente d’aligner les clichés sous couvert de prétextes invraisemblables. On songe aux comportements et aux motivations des protagonistes qui se contredisent ou use d’arguments sommaires afin de justifier leurs réactions. Il est difficile de leur prêter du crédit. Encore plus de se sentir impliquer dans leurs vaines tentatives de contrecarrer la destruction apocalyptique annoncée. Et ce ne sont pas les quelques pseudo-messages sur l’état actuel de notre planète ou de notre société qui change la donne.

Hormis les combats de titans, on a l’impression que le reste des séquences fait office d’intermèdes. Une sorte d’entracte entre deux rounds censée faire patienter le spectateur en mal d’actions décérébrées. Si le tout se révèle dynamique, il n’en demeure pas moins une évolution poussive qui privilégie la surenchère à un minimum de cohérence. Les lignes de dialogue sont éculées et confèrent de temps à autre un second degré qui nivelle par le bas le semblant d’atmosphère instauré jusqu’alors. Vraisemblablement, Michael Dougherty est bien moins à l’aise que Gareth Edwards pour canaliser l’énergie requise à cet exercice cinématographique.

 

Au final, Godzilla 2 – Roi des monstres s’avère une grande déception. Derrière son aspect ultra-référentiel et sa débauche d’effets spéciaux, cette suite se trouve aux antipodes des deux précédents métrages du MonsterVerse. Michael Dougherty se contente de proposer un divertissement de bas étage qui ne s’embarrasse guère d’une intrigue potable. On a beau apprécier des affrontements violents, la surprise est passée et dissimule avec difficulté les atours peu flatteurs d’un blockbuster sans identité, contrairement à ses prédécesseurs. Une action tonitruante, un monster design de premier ordre, mais un traitement basique au possible, totalement dénué de fond.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Triassic Attack
En général, quand on évoque les attaques animalières, on songe d’emblée à des bestioles disparues, imaginaires ou réelles. Toujours dans la majorité des cas, elles sont faites de chair et de sang. Or, Triassic Attack semble emprunter les chemins tortueux d’un nouveau concept: l’offensive de fossiles préhistoriques possédés par des esprits indiens en colère! Tout en programme en...
Mama
Avant de même de sortir en salle, Mama dispose d'une solide réputation confirmée par la pluie de récompenses lors du dernier festival de Gerardmer (dont le grand prix). Tant la critique que le public a été conquis par ce premier long-métrage. Il est vrai que le cinéma hispanique est capable du meilleur dans le domaine comme du pire. Pour appuyer les bons a priori que l'on se fait du film,...
The Walking Dead
Adaptation du célèbre comic éponyme, The walking dead nous décrit une invasion de morts-vivants à travers la planète. Rick, adjoint au shérif, se réveille dans sa chambre d'hôpital est constate l'ampleur du cataclysme qui a définitivement mis fin au monde qu'il a connu. Frank Darabont est un réalisateur avant tout passionné et passionnant de par son travail et une filmographie...
Time Crimes
Attention, cette critique contient des spoilers. Un couple vient d'emménager dans une grande demeure, quelque peu isolée. Réveillé dans sa sieste par un étrange appel téléphonique, Hector observe ensuite avec ses jumelles les bois environnants. Intrigué par la présence d'une jeune femme dénudée dans les bois, il décide de traverser la forêt. Commence alors pour lui un cauchemar inimaginable. Le...
Cowboys & Envahisseurs
Après avoir initié la franchise Iron man au cinéma, Jon Favreau s'en retourne vers une autre adaptation de comics au pitch assez improbable. XIXe siècle, Arizona. Un amnésique se réveille aux abords d'une petite bourgade du far-west. L'accueil n'est pas des plus chaleureux, mais les divergences de points de vue sont rapidement oubliées lorsque des vaisseaux spatiaux surgissent et enlèvent des...