Voir la fiche complète du film : Resident Evil : Damnation (Makoto Kamiya - 2012)

Resident Evil Damnation

La saga Resident Evil accueille un second film d’animation honnête qui reprend l’esprit des derniers jeux en date pour justifier le dynamisme de son récit. S’il n’est guère effrayant, Resident Evil Damnation exploite d’autres pistes de réflexion sur l’usage d’armes biologiques dans un contexte politique houleux. Rien de très alambiqué ou complexe, mais un effort appréciable pour amalgamer des connotations réalistes (et réalisables) à la genèse de la franchise de Capcom.
Publié le 18 Mai 2020 par Dante_1984Voir la fiche de Resident Evil : Damnation
7
Zombie

En règle générale, les films d’animation issus de jeux vidéo tiennent davantage du fan service un rien opportuniste que d’une réelle nécessité à étendre un univers en dehors du format vidéoludique. Preuve en est avec Dead Space ou encore Devil May Cry pour ne citer que deux exemples. Cela vaut également pour les adaptations live, mais celles-ci coïncident moins avec la sortie « opportune » d’un nouveau titre. C’est notamment le cas de Resident Evil Damnation qui, en 2012, prépare le terrain au sixième opus de la saga phare de Capcom. Avec Resident Evil Degeneration, on se souvient d’un premier métrage animé globalement sympathique, bien que dénué de surprises.

 

Aussi, Resident Evil Damnation semble s’inscrire dans la continuité de son prédécesseur à bien des égards. Mais avant cela, l’entame expose un traitement géopolitique particulièrement dense et réaliste pour la franchise. La chute du bloc de l’Est, la division des états périphériques à l’URSS, les guerres civiles et autre conflit intestin posent un contexte relativement rigoureux dans le domaine. Si cela reste un prétexte, la première approche tend à privilégier une tonalité tangible, bien éloigné des expérimentations d’Umbrella et des « échecs » de Racoon City. La dimension internationale du bioterrorisme est définitivement entérinée, à tout le moins pour les films d’animation en question.

Il est vrai que le propos a tendance à s’atténuer par la suite pour fournir un traitement plus manichéen avec des factions rebelles qui se heurtent à des dirigeants peu scrupuleux. On ne fait pas la lumière sur leur légitimité, mais les comportements qui tiennent du totalitarisme sont bel et bien présents. Si Resident Evil a longtemps pâti de scénario qui relève davantage du divertissement, on distingue des efforts consentis sur le fond. Ici, la notion d’éthique du précédent opus cède la place à une approche différente pour se cantonner à l’éternelle question : « La fin justifie-t-elle les moyens ? ». En ligne de mire de cette interrogation, on retrouve notamment les armes biologiques.

 

Le présent métrage intègre une donnée nouvelle avec la pleine maîtrise des lickers pour occire des cibles précises. On était habitué aux sempiternelles triturations du vivant pour s’en servir comme ressources létales. Cependant, le contrôle échappait rapidement aux créateurs pour donner lieu à des titres axés sur la survie. Ici, le concept est donc savamment détourné pour instiller une volonté consciente à travers des ennemis aussi redoutables que les lickers. L’idée n’est pas foncièrement novatrice, mais elle a le mérite d’être bien assimilée à l’intrigue, quitte parfois à jouer sur des ressorts narratifs assez prévisibles.

Au même titre que Resident Evil Degeneration, la prédilection pour l’action supplante l’horreur. Le rythme est énergique et les séquences donnent lieu à de multiples affrontements, dans un cadre assez varié. Des tunnels de la première partie aux souterrains secrets du palais présidentiel, sans oublier les rues de cette ville dévastée, les situations présentent une diversité appréciable pour se heurter à des configurations étroites, puis spacieuses ; le tout sans négliger le design de l’environnement. L’influence de l’Europe de l’Est est bien retranscrite, tandis que certains passages d’exploration rappellent les ruelles désolées de Raccoon City plongé dans une ambiance digne de Resident Evil 4. Sans doute la présence de plagas n’y est-elle pas étrangère…

 

En ce qui concerne l’animation, on demeure avec un style graphique réaliste qui conserve les qualités et les faiblesses du premier opus ; de quatre ans son aîné. Si l’on distingue de modestes efforts consentis sur les expressions faciales, les mouvements paraissent toujours aussi rigides. Les courses sur des plans larges sont particulièrement représentatives de cette propension à raidir les gestes du corps. Dommage, car certaines chorégraphies, notamment en combat rapproché, s’avèrent fluides et bien orchestrées. Quant à la réalisation, elle offre un cadrage de qualité avec des angles variés qui renvoient davantage à des influences cinématographiques.

Au final, Resident Evil Damnation est une agréable surprise. Certes, son scénario présente des failles, tout comme certains aspects de l’animation. Il n’en demeure pas moins un métrage intéressant, fidèle à l’esprit de la saga, jusqu’à imiter son virage orienté vers l’action au détriment de l’horreur. On apprécie cette volonté de trouver de nouvelles pistes d’exploitation pour justifier l’usage d’armes biologiques, ainsi qu’un contexte géopolitique bien amené, même si, par la suite, il n’est guère développé. S’il reste sommaire et peu ambitieux dans ses intentions, il en ressort un film efficace qui offre une continuité louable aux jeux vidéo, contrairement à certains opus de la saga-live…

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Douce nuit - sanglante nuit
À Noël, les allées des jardineries fleurent bon les sapins et les supermarchés vomissent des rayons de jouets par milliers. C'est l'occasion de nous ressortir une tripotée de films familiaux à la morale plus ou moins discutable, aux classiques de notre enfance et quelques mini-séries aux qualités variables. Dans cette opulence de sentiments mièvres, les fêtes de fin d'années ne sont...
Les Châtiments
Par le biais de leur société Dark Castle, Robert Zemeckis et Joel Silver nous offrent régulièrement des films d'horreur qui, sans être excellents, nous procurent tout de même de très bons moments. On retiendra notamment La maison de l'horreur ou La maison de cire. Assez prévisible dans l'ensemble, mais rondement mené par leur réalisateur respectif. Qui plus est, si les premières...
Warm Bodies : Renaissance
R est un zombie parmi tant d'autres dans un monde qui n'a plus rien à offrir que de longues journées d'errance entrecoupées de petits casse-croûtes cannibales. Enfin, c'était jusqu'à ce qu'il rencontre Julie. Après s'être fait remarquer avec le slasher Tous les garçons aiment Mandy Lane (un peu trop surestimé à mon goût), Jonathan Levine semblait avoir déserté le...
Waterworld
Dans un futur lointain, la Terre est recouverte d'eau de part et d'autre du globe. Chacun tente de survivre à sa manière tandis qu'un groupe de rebelles poursuit une jeune fille dont le tatouage indiquerait une île, véritable Eldorado. En 1995, doté d'un budget monumental, Waterworld se présente comme le Blockbuster de la décennie. Figure du moment à Hollywood, Kevin Costner était...
Club Dread
Pour tous les fans de films d'horreur, le slasher est un genre bien particulier. Il s'agit de mettre en avant un tueur psychopathe, de préférence masqué, et qui tue avec une violence inouïe et avec une arme plus ou moins originale. Ainsi, on connait la saga Halloween ou Vendredi 13 , ou bien plus récemment la saga Scream . Parfois, l'horreur est tellement poussée loin que cela vire au grand...