Voir la fiche complète du film : Penance (Jake Kennedy - 2009)

Penance

Entre torture porn et faux documentaire, Penance s’avère un film linéaire affublé de séquences de tortures minimalistes et peu convaincantes. Un métrage redondant, aux références mal exploitées et clairement dispensable malgré la présence de têtes connues.
Publié le 22 Juillet 2014 par Dante_1984Voir la fiche de Penance
2

Depuis Saw et Hostel, le torture-porn s’est largement démocratisé avec quelques sympathiques surprises (The collector, Grotesque…), mais également pas mal d’étrons imbuvables (Scar 3D, Broken…). En parallèle de cette évolution chaotique, le faux documentaire semble avoir suivi la même courbe avec une baisse qualitative encore plus flagrante. Aussi, le mélange des genres peut parfois redonner un second souffle aux concepts les plus éculés. Si l’aspect amateuriste de l’un peut très facilement se conjuguer au côté scabreux de l’autre, le pari n’est pas forcément gagné d’avance. Il faut une bonne dose de rythme et de réalisme pour que la sauce prenne. Est-ce le cas avec cette pellicule qui reste toujours inédite dans l’hexagone ?

 

On commence par s'amuser...

 

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, cette rencontre n’est pas une première. Deux ans auparavant, l’on avait droit au malsain The poughkeepsie tapes, bobine angoissante et plutôt bien fichue qui, elle également, n’est jamais sortie en France. L’illusion entre fiction et réalité fonctionnait correctement tout en proposant son lot de tortures physiques et psychologiques. À l’instar du slasher, il est vrai que l’on n’exige pas une histoire fouillée et surprenante, mais efficace dans et dérangeante. Pour son second long-métrage, Jake Kennedy tente de jouer sur le fameux argument commercial « Inspired by true events ».

 

On a déjà connu enrobage marketing plus aguicheur (même avec un budget réduit) : point de site internet, de buzz sur la disparition du véritable Geeves (qui n’existe que dans l’imagination du cinéaste) ou d’une quelconque ambiguïté sur le fond. Une recherche sommaire suffit à éventer le subterfuge. À cela, le choix du faux documentaire se justifie très mal : enregistrer les performances de strip-teaseuse, puis filmer leurs épreuves de « purification ». Limite. Tout comme la réalisation. Malgré quelques angles intéressants, la mise en scène manque d’originalité et ne parvient jamais à trouver l’équilibre dans l’exposition du calvaire. Montage anarchique, tremblements énervants et peu convaincants, cadrage réduit, rien de bien neuf pour contenter un public rompu au genre.

 

 

On finit attachée sur le lit...

 

On pourrait espérer que le côté torture-porn rattrape l’ensemble, mais là également, on demeure au stade des poncifs avec une intrigue linéaire et redondante au possible. Penance pioche çà et là des idées aux références du genre (l’hôpital psychiatrique évoque clairement Hostel) tout en édulcorant les sévices. Une mise en place trop longue dont la tension grimpe crescendo, à engranger une certaine attente, pour déboucher finalement sur quelques décharges de taser, des coups de fouet. Seul le dénouement propose une séance d’émasculation dont vous ne verrez rien et une opération à vif dans le même ton : dérangeant dans le fond, mais peu explicite sur le plan visuel.

 

On notera également des gerbes d’hémoglobine trop fluide et d’une couleur étrange qui suintent des blessures. Ces trucages sommaires cassent le minimum de crédibilité instauré. À cela, l’exploitation du cadre restera dans les combles. Des cellules, des couloirs à foison, une cantine, un bureau et une salle de chirurgie. Les jeunes femmes courent, tournent en rond, se font rattraper, puis punir : long et d’un intérêt moindre. Outre le manque de cohérence, on découvre constamment les mêmes artifices, les mêmes effets de lumière pour une mise en abîme qui ne décolle jamais. Un huis clos trop sombre, parfois illisible, qui ne procure aucun sentiment de claustrophobie.

 

 

Pour conclure sur la table d'opérations...

 

Et ce n’est pas la présence les guest-stars qui parsèment le métrage qui changera la donne. Entre le caméo de Tony Todd, le rôle de cabotin de Michael Rooker ou un Jason Connery plus que transparent, on est clairement dans une optique d’attirer le chaland sans jamais contenter ses attentes. À cela, les interprétations s’avèrent monolithiques (mention spéciale à Graham McTavish) et les strip-teaseuses ne brillent que par leur plastique et leurs danses langoureuses. Seule Marieh Delfino se démarque un tant soit peu de cette médiocrité ambiante avec une palette d’émotions plus larges. Il s’en dégage une impression d’amateurisme pénible à constater pour ces têtes connues.

 

Au final, Penance tente de conjuguer deux genres incontournables de l’horreur, mais ne parvient à retirer que le pire de ces modèles. Malgré la tension qui règne au sein de l’hôpital psychiatrique (cadre exploité au minimum), la répétitivité des séquences laisse à penser que l’on tourne en rond. Histoire linéaire et anecdotique, interprétation et personnages sans reliefs, tortures qui manquent d’inventivité, le film de Jake Kennedy ne répond à aucune des promesses qu’il fait. En somme, un torture porn qui ne justifie son côté faux documentaire que par la volonté à « faire comme… » plutôt qu’à se démarquer.

 

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Sick Nurses
**Attention, cette critiques contient des spoilers.** Sept jeunes et séduisantes infirmières font tout pour être l'assistante favorite d'un jeune médecin coureur de jupons, qui revend des corps de la morgue pour des trafics d'organes. Un soir, une scène de jalousie vire au drame. Depuis Ring , le film de fantôme asiatique s'est exporté avec bonheur en Europe et aux USA, donnant lieu à une...
Black Christmas
Le Black Christmas de Bob Clark est considéré par les spécialistes, contrairement à une croyance populaire répandue qui veut que ce soit le Halloween de Carpenter, comme le père fondateur du slasher (avec la Baie Sanglante ). Il faut dire que tous les futurs ingrédients de ce sous-genre mal-aimé s'y trouvaient déjà et ce, deux ans avant que le Michael Myers de Big John débarque sur les écrans...
Condemned to Live
Attention, cette critique contient des spoilers. Un village perdu près des côtes est la proie d'un énigmatique monstre qui, chaque nuit, tue un habitant en le vidant de son sang. La plupart des habitants pensent qu'il s'agit de l'oeuvre d'une chauve-souris géante. Sur le grand écran, les années 30 voient naître les grands classiques du fantastique signés par la firme Universal , avec les acteurs...
Shark in Venice
Les animaux dangereux ont toujours fasciné les gens et il n'a pas fallu attendre longtemps pour voir débouler sur nos écrans des films avec des bêtes aux dents acérés. Le film qui marque et qui reste dans l'inconscient collectif, ce sont Les dents de mer . Le film de Spielberg a effrayé un très grand nombre de spectateurs et beaucoup voient la mer d'un autre oeil. Malheureusement,...
Monsters
Alors qu’une zone de quarantaine est délimitée entre le Mexique et les Etats-Unis suite à l’apparition d’une vie extraterrestre, Samantha et Andrew sont contraints de traverser la zone infectée pour rejoindre leur pays. Gareth Edwards fait partie de ces nouveaux réalisateurs qui disposent d’une vision précise et très marquée de leur métier. Avec Monsters (son premier long-...