Voir la fiche complète du film : The Fades (Tom Shankland, Farren Blackburn - 2011)

The fades

Une série percluse de longueurs qui ne racontent pas grand-chose hormis les états d’âme d’adolescents relégués à de basses caricatures. Malgré de rares bonnes idées, l’on s’en désintéresse bien avant la conclusion.
Publié le 7 Avril 2015 par Dante_1984Voir la fiche de The Fades
4
Rêve et Cauchemar Fantôme

Les Britanniques sont connus pour offrir des séries à contre-courant d’une production de masse efficace qui manque cruellement d’originalité. Après s’être penché à de nombreux thèmes chers au fantastique et à l’horreur, le Royaume-Uni s’attaque aux fantômes sur fond de prophéties apocalyptiques. Doté d’un pitch non dénué d’intérêt, d’une solide réputation autant auprès du public que des professionnels (Bafta 2012 de la meilleure série dramatique), The fades n’aura pourtant duré qu’une unique saison. Une décision qui semble aller à l’encontre d’un a priori sympathique, du moins en apparence...

La chute est rude !

L’on apprend que certains morts ne parviennent pas à trouver la lumière et sont condamnés à errer sur la Terre pour l’éternité. Seuls les angéliques sont capables de les voir et de contrecarrer leur plan et l’envie de se nourrir d’êtres humains. Pourtant, il n’est nulle question de zombies à l’horizon même si les créatures les évoquent en certaines circonstances: regards atones, peaux blafardes et gestes approximatifs les caractérisent au mieux. Dans un premier temps, on sent une mythologie intéressante s’insinuer dans la progression de l’intrigue. Seulement, le sujet principal laissera place à une déconvenue de taille au vu du traitement qui lui est accordé.

En effet, l’atout premier de l’histoire s’efface au profit du quotidien terriblement banal d’un adolescent en mal de reconnaissance. Souffre-douleur ou looser dans l’âme, l’on assiste à un déballage pseudo-intimiste de sa vie en insistant sur des clichés grossiers tels que l’obsession du sexe ou les références dispensables à des films ou des œuvres cultes. Il ne s’agit en rien d’une introduction ou d’une mise en place lourde. L’intégralité de la série se déroule ainsi avec son lot de longueurs. Discussions inutiles, séquences interminables ou affrontements grotesques peinent à maintenir l’attention du spectateur.

La mort, ça laisse des séquelles.

Dès lors, l’évolution est suivie d’un œil distrait avec quelques surprises absurdes en stock. L’ouverture de l’épisode 3 sur la masturbation du personnage principal qui se voit pousser des ailes pendant l’éjaculation, cela laisse... Comment dire? C’est comme contempler une scène quelconque d’un mauvais American Pie; même s’ils le sont tous. À cela, l’on ajoute des retournements de situations peu crédibles pour tenter d’étirer l’intrigue à son maximum, mais lorsque le potentiel n’y est pas, même la courte durée de la série peut paraître sans fin. À aucun moment, on n’entrevoit un changement radical de direction.

Peut-être faut-il se tourner vers le passif de Jack Thorne, le créateur pour comprendre cette orientation à la limite du grotesque avec l’écriture de certains épisodes de Skins, série où l’on assistait également aux quotidiens d’adolescents prépubères. Toujours est-il que les protagonistes sont à l’image de l’ambiance générale: ils ne retiennent guère l’attention. Les caricatures minables ne bousculeront pas les idées préconçues, même les rôles plus «matures» sont d’une incroyable platitude. Entre la peste de sœur jumelle, la mère prévenante, le meilleur ami geek, les brutes épaisses du lycée ou les profs un peu distraits, voire benêts, l’on vous présente un florilège de caractères aussi conventionnels qu’affligeants.

On n'y voit pas plus clair.

Au final, une saison suffit amplement à The fades pour poser les bases d’un concept original qui ne sera à aucun moment exploité convenablement. L’intrigue s’égare du début à la fin vers des considérations secondaires au lieu de progresser vers une finalité saisissante. À savoir, empêcher l’apocalypse d’arriver. On touche rapidement le fond pour se rendre compte qu’on préfère s’attarder sur une bande de personnages sans reliefs et énervants au possible plutôt que de les soigner. En d’autres circonstances, il aurait pu en ressortir une série singulière qui ne privilégie pas le spectaculaire à l’efficacité. Ici, ne prévalent que l’ennui et la frustration d’un travail bâclé. Un beau gâchis.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

The Pact
Les fantômes et les maisons hantées sont un thème récurrent dans le domaine du cinéma horrifique. Depuis 1906, avec la venue du premier film de maison hantée, qui se nomme sobrement La Maison Hantée, film muet franco-espagnol de 6 minutes, les entités ectoplasmiques ont toujours fasciné et effrayé. Utilisé à toutes les sauces et sur tous les continents, le fantôme constitue une peur de ce qui n...
Last of the Living
Quand on s’attaque à un thème aussi exploité que les morts-vivants ou la comédie de zombies en l’occurrence, il faut avoir un minimum d’idées et un scénario potable pour se lancer dans l’aventure. Faire un film sans imagination et surtout sans apporter un petit quelque chose au genre, c’est un peu comme suivre le troupeau de moutons qui saute de la falaise. Autrement...
Les Châtiments
Par le biais de leur société Dark Castle, Robert Zemeckis et Joel Silver nous offrent régulièrement des films d'horreur qui, sans être excellents, nous procurent tout de même de très bons moments. On retiendra notamment La maison de l'horreur ou La maison de cire. Assez prévisible dans l'ensemble, mais rondement mené par leur réalisateur respectif. Qui plus est, si les premières...
La Nuit des morts vivants 3D
Les remakes sont une manne providentielle pour les producteurs. Le scénario est déjà écrit et le succès de l'oeuvre originale les rassure quant à un potentiel investissement. Pourtant, il est un cas un peu particulier : La nuit des morts-vivants . Je ne vous ferai pas l'affront de présenter l'½uvre culte de Romero, ni même de décrire son influence pour le cinéma de genre. Mais...
La Dame en Noir
Après son éprouvant et néanmoins intéressant Eden Lake (dont le final laissait tout de même une vive polémique), James Watkins nous revient avec une histoire de maison hantée et non des moindres. Arthur Kipps est un jeune notaire chargé de s'occuper des papiers d'une cliente décédée. Pour cela, il doit se rendre dans son village natal où les rumeurs inquiétantes sur son compte se propagent...