Advertisement

Voir la fiche complète du film : Jersey Shore Shark Attack (John Shepphird - 2012)
Critique

Jersey Shore Shark Attack

Indéniablement moche, mal joué et sans l’once d’une histoire, Jersey Shore Shark Attack relève plus de la télé-réalité merdique que d’un survival animalier SyFy, si médiocre soit-il. Un mélange qui ne suscite que l’accablement et l’ennui pour un résultat déconcertant d’inepties en tout genre.
Publié le 18 Septembre 2017 par Dante_1984Voir la fiche de Jersey Shore Shark Attack
1
Requin

Ce n’est une surprise pour personne, se lancer dans la production d’un survival animalier mettant en avant des requins est une véritable gageure. Rarement capable de sortir du sillage des Dents de la mer, le genre s’est fourvoyé depuis bien des années dans les affres de la nullité consommée. Et pourtant, une poignée de tâcherons opportunistes ne cessent de nous infliger des spectacles qui rivalisent d’indigences et de bêtises. On a eu droit à toutes les abominations concevables, mais les concepts poussent comme des champignons parasites dans l’esprit dérangé des scénaristes. La dernière idiotie en date? Mélanger une émission de télé-réalité avec la sharksploitation.

La pêche aux gros... crétins

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Jersey Shore n’est pas le nom de la petite station balnéaire bucolique où les squales décident de séjourner pendant leurs vacances. Les profanes non lobotomisés par ce genre d’émissions pathétiques apprécieront (ou pas) de découvrir le titre d’un programme MTV plébiscité outre-Atlantique. Des jeunes décérébrés semblant tout droit sortis d’un mauvais slasher sont filmés dans leur excès de beuverie et autres passe-temps croustillants. Le niveau est clairement en dessous de la ceinture et offre une excellente base pour proposer un spectacle navrant, prônant la musculation sous stéroïdes et des arguments féminins gonflés au silicone.

Et c’est tout ce beau monde qui occupe le devant de la scène dans le présent métrage. Dès lors, on s’enlise dans des échanges interminables qui se cantonnent à des chamailleries pleines de non-sens. En cela, le film est une réussite pour retranscrire la vacuité de la télé-réalité. On s’aime, on se déteste, on se réconcilie... On agite les lèvres pour ne rien dire. On erre d’une fête à l’autre avant de s’affronter à nouveau sous couvert de rivalités masculines, de compétitions féminines et de conneries inhérentes à Jersey Shore ou à des programmes du même acabit. Pourtant loin d’être un moteur de glorification, imaginez nos propres émissions de télé-réalité, du style Les anges de la télé-réalité, à la stupidité décuplée pour avoir une idée de ce dont on parle.

Instant bronzette sanglant !

Car Jersey Shore Shark Attack se montre extrêmement bavard. En dépit d’une durée standard (on frôle les 90 minutes), on s’ennuie face à cette succession de séquences toutes plus soporifiques et agaçantes les unes que les autres. Ça jacasse, mais ça n’agit pas dans le bon sens. Les réactions sont un ramassis d’imbécillités qui feraient passer l’orientation desdites émissions pour des modèles de maîtrise narrative. Là encore, les amusettes de service s’éclatent avant de partir à la chasse aux squales, puis se dandinent à nouveau sur les bars ou s’adonnent à des concours de t-shirts mouillés. On ne cherche même plus à essayer de distinguer la frontière entre l’autodérision et l’hommage pleinement assumé qui caractérise cette chose.

Et les requins? Hormis quelques morceaux de plastiques pixellisés avec les yeux bandés, l’amateur avisé n’a rien à se mettre sous la dent. On peine à deviner que l’espèce concernée est un requin-taureau albinos s’invitant par grappe de dizaines sur les côtes de Seaside Heights. Les images pour les illustrer sont toujours les mêmes et se payent le luxe d’une présence furtive à l’écran. Du côté des victimes, on frôle l’escroquerie manifeste. Des morts qui se comptent sur les doigts d’une main, des disparitions stupides et grotesques... Et ce ne sont pas les litres d’hémoglobine colorés au sirop de pastèque qui viendront nous contenter. Le seul mérite est de ne pas proposer des bestioles hybrides.

Ça botte, mon pote ?

Au final, Jersey Shore Shark Attack privilégie les considérations sexuelles de ses protagonistes en encensant un programme qui contribue à forger une inévitable «idiocracie» des deux côtés de l’Atlantique. Imaginez un mélange hasardeux et moisi entre une production David DeCoteau avec Jersey Shore et l’on obtient un film sans fond, pas même capable d’élaborer l’esquisse d’un scénario. L’intrigue et le casting partent en roue libre pour accoucher d’un final à l’image de 90 minutes de bêtises gratuites et de réparties vaseuses. On en oublierait presque les requins qui, loin d’être nécessaires à de telles frasques, nous abîment la rétine.

A propos de l'auteur : Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

John Carter
Au XIXe siècle, John Carter refuse de s'engager dans une guerre qu'il ne reconnaît pas comme la sienne. Par un malheureux concours de circonstances, il va néanmoins se retrouver téléporté sur Mars. La planète rouge est loin d'être morte et ses habitants sont également enclins à sombrer dans des luttes intestines. Pour John Carter, la découverte se mêle à la surprise face à cet univers...
Devil Story : Il était une fois le Diable
Depuis des mois, le DVD de Devil Story trônait sur ma pile de films à chroniquer sans que j'ose y toucher. La raison de cette réticence était simple : ce film me faisait peur. Etais-je de taille à m'attaquer à ce que nos confrères de Nanarland.com, par ailleurs édteurs du DVD, décrivent comme, je cite, le plus mauvais film du monde et de sa proche banlieue ? De plus, Devil Story me...
Pacific Rim
Il est assez intéressant de parler de la genèse de Pacific Rim avant d'entrer dans les détails du film. En effet, deux gros points sont intéressants concernant ce blockbuster, le fait que ce soit une ½uvre originale et le portrait de son réalisateur, Guillermo Del Toro. D'habitude, Hollywood prend très peu de risques avec les blockbusters, préférant lancer une suite de franchise qui fonctionne ou...
Darkest Hour, The
Partis en voyage d'affaires en Russie, Sean et Ben sont témoins d'un phénomène extraordinaire dans le ciel moscovite. En compagnie de Natalie, Anne et Skyler, ils arpentent la capitale russe dévastée dans l'espoir de trouver un moyen pour rentrer aux États-Unis. Les invasions extraterrestres ont le vent en poupe depuis quelque temps. Certes, le concept est loin d'être novateur, mais c'est un fait...
Goal of the Dead
On dit souvent que le film de genre français est mal aimé, pas assez soutenu (notamment par les aides publiques), puis boudé par les spectateurs. Des affirmations malheureusement vraies au regard des films sortis en salles ces dernières années. Livide de Julien Maury et Alexandre Bustillo, La Traque d'Antoine Blossier, Le Village des ombres de Fouad Benhammou ou encore La Meute de Franck...