Voir la fiche complète du film : Scary Stories (André Øvredal - 2019)

Scary Stories

Sous de faux atours de films à sketches, Scary Stories se distingue par sa réalisation, son ambiance et sa reconstitution des années 1960. Néanmoins, le film d’André Øvredal recycle des idées qui ne sont pas sans rappeler Stranger Things, Ça et d’autres références plus ou moins évidentes, comme Chair de poule ; en plus sombre, cela dit. Malheureusement, le cinéaste éprouve toutes les difficultés du monde à s’en départir. Un enrobage soigné, mais très prévisible et dénué d’une identité propre.
Publié le 28 Juin 2020 par Dante_1984Voir la fiche de Scary Stories
6
Livre Hôpital Fantôme

Sous forme d’histoires courtes ou de pulps, de nombreux récits horrifiques ont pu voir le jour dans le domaine des nouvelles ou de la bande dessinée. Au fil du XXe siècle, le format a été particulièrement bien accueilli outre-Atlantique, parfois jusqu’à fournir des adaptations classiques, comme Les Contes de la crypte. En France, Scary Stories to Tell in the Dark, l’œuvre d’Alvin Schwartz, est demeurée totalement inédite alors qu’elle est devenue culte en l’espace de trois ouvrages aux États-Unis, entre 1981 et 1991. Chaque histoire s’apparente à une légende urbaine dont la potentielle véracité permet de frissonner gentiment au coin d’un feu ou dans une pièce plongée dans la pénombre…

 

Produite par Guillermo del Toro, la présente adaptation cinématographique ne se présente pas comme un film à sketches, du moins pas d’une manière classique. L’idée est de compiler plusieurs intrigues secondaires afin d’émailler la structure narrative principale. Il n’est donc pas question de poser le décor dans un cadre lugubre, puis de raconter chaque récit de telle sorte à introduire des courts-métrages sous la forme d’une anthologie. En l’occurrence, ce sont les protagonistes qui sont pris d’emblée au cœur des évènements surnaturels. Ce choix est pertinent pour dynamiser et fluidifier l’évolution générale.

De même, on apprécie cette variété dans les situations qui se montrent particulièrement cohérentes dans leur déroulement. Eu égard au concept initial, l’évocation du pouvoir des mots à travers des histoires vivantes, au sens littéral du terme, permet d’entremêler des éléments paranormaux fantasmés à un contexte réaliste pour le moins soigné. En l’occurrence, les années 1960 offrent une résonnance assez intéressante pour travailler le fond. On songe notamment à la guerre du Vietnam ou à la ségrégation raciale qui minent les États-Unis. L’ensemble reste discret et néanmoins bien amené par l’entremise de certains comportements, discours et retranscriptions télévisées.

 

En raison de l’âge des protagonistes et de la tonalité générale, l’approche n’est pas sans rappeler les productions qui s’insinuent dans les années 1980 ; à commencer par Stranger Things. Le groupe de jeunes enfants, l’atmosphère très marquée de la décennie en question, la reconstitution d’un mode de vie et d’une petite ville typiques… Le fait que les enfants soient confrontés à des évènements extraordinaires (et improbables) les isole par rapport à une aide providentielle de la part des adultes. En ces circonstances, il est également difficile de ne pas songer à Ça de Stephen King pour combattre une entité maléfique en s’affranchissant de moyens de défense rationnels.

Et c’est là que le bât blesse. Scary Stories demeure soigné dans sa présentation, mais il n’invente strictement rien. Étant donné que les mini-intrigues se succèdent assez rapidement, elles ne sont guère approfondies et véhiculent des poncifs éculés. Il paraît donc vain de flouer un spectateur averti ou versé dans le cinéma de genre. La fuite d’un danger informe et intangible se répète avec constance sur la base d’enjeux similaires, mais dans un cadre différent. Encore une fois, la variété du bestiaire n’est pas à remettre en cause. De l’épouvantail au croque-mitaine, les incursions sont percutantes et s’accompagnent d’une ambiance léchée à défaut d’être foncièrement effrayante. On regrette simplement que les tenants et les aboutissants demeurent assez prévisibles.

 

Au final, Scary Stories s’avance comme une itération horrifique en demi-teinte. La réalisation est de qualité, même si elle se montre assez académique. L’atmosphère bénéficie également d’une photographie et de jeux d’éclairage travaillés avec application (et implication). Quant à l’histoire, elle profite d’une belle reconstitution des sixties et ne présente aucun temps mort. Pourtant, le film d’André Øvredal ne possède pas l’once d’une originalité. La manière dont surviennent les phénomènes paranormaux est à l’image de la trame : maîtrisé et toutefois très attendu. Ce qui annihile tout effet de surprise. Il en découle un métrage divertissant qui prévaut surtout pour son atmosphère.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Amityville : L'histoire vraie
Avec ses huit longs-métrages et un remake en l’espace de 25 ans, la saga Amityville se distingue surtout par sa longévité et non par ses qualités artistiques fluctuantes. À l’occasion de la sortie du film d’Andrew Douglas, un documentaire a été réalisé, non pour effectuer une rétrospective sur les précédentes productions, mais pour revenir sur les deux principaux faits divers...
Doom Annihilation
Il est malheureusement de notoriété publique que le cinéma et les jeux vidéo ne font guère bon ménage quand il s’agit d’adapter une œuvre vers l’autre format. De titres à licence bâclés en longs-métrages qui relèvent du navet ou du nanar, il est difficile de trouver des productions notables, hormis le Silent Hill de Christophe Gans. En 2005, Andrzej Bartkowiak réalisait Doom ,...
L'homme au masque de cire
Pour des raisons de qualité et d’opportunisme, on a tendance à rejeter les remakes, basses initiatives mercantiles peu inspirées. Pourtant, le procédé a pour volonté de proposer un regard différent sur une histoire particulière, en y apportant quelques ajustements pour la «moderniser». Les véritables réussites, celles où le remake est supérieur à son modèle, sont rares, mais...
Puppet Master
Créateur de poupées réputé, André Toulon est parvenu à insuffler la vie à ses petits protégés. Au courant de ce prodigieux don, les nazis cherchent à l'incarcérer. Toulon décide de se suicider et met à l'abri ses créatures avant que les soldats ne le retrouvent. De nos jours, un riche homme d'affaires invite quatre personnes, dotées de pouvoirs psychiques particuliers, dans un grand...
Ginger Snaps : Aux origines du mal
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Au début du XIX ème siècle, au Canada, deux jeunes soeurs, rescapées du naufrage d'un navire, trouvent refuge dans un fort assiégé la nuit par d'étranges créatures. Le dernier volet de la trilogie des Ginger Snaps peut se définir comme une préquelle revenant aux origines de la malédiction frappant les deux soeurs, Ginger et Brigitte. Cet...